Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 08:45

09-04-21-070-geais

09-04-21-070-GEAIS

Bonjour à tous !

 

Avez-vous eu le ciel aussi rouge chez vous qu’ici hier soir? Impressionnant ! Je revenais des poules et arrivés à la maison, en contraste, la lumière de la maison éclairée aux néons semblait verte !!!!

 

Panique à bord ! Est-ce qu’elle a la rage. Elle crache de la mousse blanche partout autour d’elle ! Peut-être a-t-elle été mordue par un chat malade?

Qui, Lasouris ? Mais non, ouf ! La machine à laver !!!!

Et oui, au troisième tour, elle s’est mise à déborder en se secouant comme une malade.

Nous avons vite tout débranché et, ayant une longue expérience derrière moi, il faut bien que l’âge ait quelques avantages, j’ai dit à Michel !

-« Pompe bouchée. »

-« Je m’en serais douté ! » m’a répondu avec une ironie amère Monsieur-qui-sait-tout mais n’avait pas demandé un supplément de travail pour son samedi !

Je dois dire, à la décharge de notre machine, que nous lui avons fait laver les chiffons des chats, qui, même énergiquement secoués par Michel et en plein vent, ont dû faire avaler à ma travailleuse pas mal de poils !

OK, en avant les serpillières, les éponges, les cuvettes et les pieds dans l’eau.

Déjà rien qu’ouvrir la trappe où est cachée la sortie de la pompe est un travail ! Figurez-vous que les fabricants ont réussi à la coincer par le bord extrême de la barre de protection du bas de la machine. Il faut donc démonter… ce qui devient relativement facile depuis qu’après plusieurs aventures du genre elle ne tient plus qu’avec des papiers adhésifs !

Ensuite il y a un tout petit bouchon pour vider à filet…Et Michel lâche le petit bouchon qui dégringole en rigolant à l’intérieur de l’engin !

On redresse à toute vitesse la machine qui se vide sur le carrelage et on cherche.

On passe les doigts, on explore avec la lampe, impossible de le retrouver !

Une fois retiré les poils mais aussi une étiquette qui s’était détachée d’un vêtement je suppose, il s’agit de boucher ce petit orifice ! Mais avec quoi ?

On essaie diverses choses jusqu’à ce que je rapporte de mes fouillis…Le crayon avec le bon diamètre. Impeccable !

On fait le ménage, on redresse madame sur ses pattes, on appuie sur le bouton…Ça Marche !!! Et en bonne fille qu’elle est, elle finit proprement le travail.

C’est alors que je vois… et que mon cerveau s’allume d’idées bizarres…

Je vois cette machine à la surface lisse, neutre et blanche et ce crayon qui surgit, incongru pointe en avant !

Voilà !

 Si j’installe une feuille de papier devant, avec les vibrations et les mouvements du linge, la machine va me faire des graphismes intéressants !!! Après des années d’exercices, de recherches, et d’applications dans l’ombre, j’ai là de quoi me faire mon heure de gloire et ma fortune ! Je finis au musée des Arts modernes !

Je me vois déjà mettre un crayon bleu quand je lave les jeans de travail, comme ils sont plus lourds, les traits seront plus vigoureux, je trouverai des noms savants comme… Colique intestinale maritime…Bon, d’accord ce n’est pas terrible on va penser à une indigestion de moules! « Ciel bleu sur l’Adriatique », cela ressemble trop à M.Boronali, ça mettrait la puce à leur oreille! Je demanderai à mes amies poètes et voilà ! Mes sous-vêtements me donneront des graphismes légers et suggestifs, « Les sous-entendus d’LN », Je marierai même plusieurs lessives avec plusieurs crayons de couleurs !!! Voire des pinceaux, Michel adaptera bien un truc pour qu’un gros manche tienne dessus !

Cela vaudra bien la queue d’Aliboron, et bien d’autres ahahah !!!

Non, rassurez-vous, c’est juste pour rire !

 

Plus tard Michel a dû démonter le dos de la machine, il a retrouvé le fameux petit bouchon manquant, mais il a perdu une autre chose à laquelle il a renoncé. Ça marche, c’est le principal !

Ah j’oubliais ! Une souris, pas chat, une véritable souris avait fait un garde-manger de croquettes en dessous dans la machine ! Mais elle n’était plus là depuis longtemps vu l’état de ses provisions et je ne me pose aucune question de l’endroit où elle a fini !

 

Bon dimanche les amis, je vais peut-être trouver du temps pour mes oiseaux !!! Qui sait ?!

Avec toutes mes amitiés et je vais essayer de changer de chanson, je suis avec « Perrine était servante » et quand je réfléchis aux paroles, quelle horreur ! Et pourtant nous chantions cela allègrement ahahah

Oh, allez qu’importe ! Chantons ! C’est ce qui compte !

LN

L’affiche était bien belle mais en PDF et je ne sais la transformer pour vous la poster. Dommage. Mais gens de la région, pensez à cette journée très intéressante où vous pourrez aussi vous inscrire à des ateliers pour cet été ! :

 

 blog: lescarsenfete.over-blog.com contact: 06 70 70 77 29 IPNS

 

 DIMANCHE12 MARS

BUGEAT

PORTES OUVERTES

de 15 à 18 heures

Salle du Foyer Rural

Venez découvrir les nouvelles animations

Avec des intervenants professionnels

Pour continuer à faire vivre le magnifique site

de la Villa des Cars

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 08:40

3 ADOS

3 ADOS.

Bonjour à tous !

 

Hier nous sommes allés suivre l’enterrement d‘un monsieur du village. Il n’était pas de nos amis à proprement parlé, nous ne le connaissions que de le croiser, et aussi parce qu’il avait fait gentiment l’accompagnement musical de plusieurs repas des anciens, avec un talent certain. Si peu que je le connaissais, j’avais de la sympathie pour lui, le soupçonnant d’être une gentil, un brave homme. Je ne m’étais pas trompée, les personnes à qui j’ai parlé m’ont parlé de lui et de ses faits avec beaucoup de reconnaissance, c’était vraiment un très brave homme. Je connais presqu’encore moins sa femme, mais je partage son chagrin, je devine trop bien la peine, le vide que laisse derrière lui un mari comme lui.

Nous attendions le convoi au cimetière et nous nous sommes gelés. Nous n’étions pas les seuls à l’être, c’était à chaque rencontre les mots échangés après salutations et bisous « oh là là, mais qu’est-ce qu’on gèle ! », Même ma « voisine » que j’aime bien et qui est toujours à peine couverte, une véritable caille, reconnaissait n’avoir pas chaud non plus ! Fait exceptionnel.

Après l’enterrement nous étions tous invités à boire un pot dans une des salles de la mairie. Nous n’avions pas l’intention d’accepter, ne buvant ni ne mangeant et n’étant as intimes, mais nous étions si gelés et Michel ayant besoin de s’isoler, nous y sommes allés tout de même. C'était très accueillant comme toujours! Nous avons encore bavardé un peu avant de rentrer pour relancer le feu de toute urgence ! Le thermomètre dehors annonçait zéro ou un, j’ai eu du mal à voir et il faut y ajouter le vent qui n’arrangeait rien.

 

En attendant dans la voiture près du cimetière nous nous sommes réjouis de voir des ânes dans un pré, ceux de Vincent certainement (à cause de la devinette, « Vincent mit l’âne dans un pré et s’en vint dans l’autre combien y a-t-il d’ânes » Si vous ne connaissez pas cette plaisanterie qui ne se sert qu’oralement, à l’oreille la personne entend Vincent mit l’âne =1 dans un pré et 120 dans l’autre=121.) Ils étaient  6 ou 7 animaux dans cette prairie dont deux tout jeunes qui caracolaient de côté avec des grâces de crabes, se roulaient par terre, les grands jouaient avec et une dame est venue avec un sac en plastique leur apporter de la nourriture, ils étaient tous, lèvres en avant montrant leurs belles dents, le cou tendu au-dessus du fil de fer attendant leur part, c’était tout à fait réjouissant.

Et nous avons joué au portrait comme chaque fois que nous devons attendre ainsi sans rien pouvoir faire d’autre.

 

En rentrant nous avons dû essuyer les reproches de Patapouf qui avait faim et exigeait d’être servi TOUT DE SUITE !!! Comme Michel voulait se changer et s’occuper du feu avant, il y avait un duo détonant entre les « mias » à répétition du chat et les grognements outrés de l’homme qui tenait à garder ses droits de priorité ! Rassurez-vous, tout finit par s’arranger et redevenir calme, il n’y eut ni mort-incertaine, ni mor-sures !

 

Ce matin la gelée recouvre le sol mais le soleil est là…A mon avis les abreuvoirs des poules vont devoir être dégelés ce matin !

Ma machine à laver est en route, la journée commence, Patapouf a exigé et il est servi, Lasouris a été amorcée, à genoux devant le fauteuil Michel doit lui présenter la gamelle et l’exhorter gentiment à y goûter avant qu’elle daigne manger. C’est parti  les amis, c’est samedi et je vous souhaite à tous une excellente journée ! Je vous envoie toutes mes pensées tendres et réchauffées !

LN

Dessins : trois ados mais les deux premiers peuvent vous faire penser à d »anciennes vedettes du cinéma car je me suis servie de leurs caractéristiques sans vouloir trop être ressemblants. Le troisième ne peut être reconnu que par des proches. Ces dessins et toute une série avaient été faits pour Jacky Questel, n’oubliez pas, quand vous avez besoin de réconfort, d’aller voir les PPS de Jackydubearn, vous y retrouverez toute sa tendresse et sa foi !

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 08:56

11-02-21-012

11-02-21-012- photo

Bonjour à tous !

 

Ca y est les placards sont pleins à nouveau. Ce n’était pas un très gros marché, maintenant nous craignons moins d’être bloqués par la neige !!! Et le chocolat était en réclame, nous en avons pris d’avance !!! Prudence ! ahahah

 Il a fait beau mais sur le parking, sans trop d’abri comme tous les parkings, le vent était plutôt fort et glacial !

 

Je n’ai pas eu le temps de faire, de lire ou d’écouter grand-chose à partager aujourd’hui, seulement qu’il y aurait des terres, 7 je crois, un peu plus loin avec possibilité d’eau et de vie même… C’est incroyable de pouvoir savoir ça !!!! Mon père biologique était friand de livres de sciences fiction, il serait éberlué et ravi de voir que cela arrive ! Nous avons du mal à poser un TGV sur une ligne qui lui convienne, mais on pense très vite pouvoir aller à des années lumières s’installer sur d’autres planètes... Après avoir cochonné la terre, peut-être la solution sera l’exil ? Les émigrants devront faire plus que nager ! Peut-être mettrons nous une religion par terre, cela évitera aux gens de se disputer à cause de leurs croyances ?... Oh ! j’en rage de devoir mourir trop vite et je ne saurai pas la suite de l’histoire ! GRRR ahahah

Déjà, toutes ces navettes, et stations qui sont au-dessus de nous avec des gens qui vivent en décalage de plusieurs années en flottant comme des fœtus… Je sais que cela existe mais j’ai du mal à le réaliser vraiment. Nous, la lune c’était juste pour rêver à l’inaccessible et, la lune, on va bientôt s’asseoir dessus comme Pierrot !

A quelle vitesse les choses se sont développées ces dernières années et cela va de plus en plus vite grâce aux progrès.

Avez-vous vu tous les véhicules volants qui sont déjà fabriqués en prototypes ? Jusqu’ici il nous fallait faire attention où l’on mettait les pieds mais là il faudra faire gaffe à nos têtes ! Le gouvernement impose le casque aux enfants à vélo, mais là c’est chacun de nous qui devrons en porter un en permanence ! Pauvres permanentes !;-)

Déjà à Dubaï des taxis volants sont en circulation si j’ai bien compris, sans conducteurs, juste pilotés à distance. On les appelle au téléphone, on s’installe, on indique sa destination et zou ! Piloté d’un central par électronique et GPS…

C’est à la fois effrayant et magnifique. Mais n’oublions pas qu’à chaque invention il y a eu des gens pour hurler au danger, physique et mental, et les choses ont existé, continué, on n’en est pas morts (enfin pas tous !) et ça continue…

Pas tous, nous ne sommes pas tous morts même si oui il y a les accidents de voiture pour ne citer qu’un exemple, mais il y avait déjà les accidents de diligences, et avant les accidents de chevaux et je suppose qu’avant il y avait déjà autre chose… Et chaque fois que les choses ont évolué, certains ont crié contre les inventions du Diable !

J’aime bien regarder les innovations « geek » ! Des machines, Ô pardon ! Des APPLICATIONS qui font des choses incroyables et devraient nous accompagner à chaque seconde de nos vies pour veiller sur nous…ou nous espionner pour d’autres, c’est selon…

Je ne savais pas, il y a des poupées Barbie ou des jouets qui non seulement parlent, mais à qui l’enfant peut s’adresser, verbalement, c’est connecté à des robots qui répondent à l’enfant !!! Allez savoir quoi ?!...Mais en plus on est en train de les interdire car de l’autre côté de ces récepteurs il y a des malins au sens vilains qui récupèrent des informations pour s’en servir ! De plus, imaginez la manipulation des esprits des enfants qui peut être faite ainsi !

J’ai vu cet après-midi d’hier un petit sujet en plastique vendu au rayon jouet et qui doit certainement se brancher sur un ordinateur pour entrer en contact avec un jeu… Le papier est dedans je n’ai pas pu lire exactement ce que c’est, hélas ! Ce peut-être bien, mais qui contrôle ?

C’est vraiment un autre monde qui nous attend… enfin…Qui attend nos enfants et petits-enfants qui, déjà, sont incapables d’imaginer une enfance comme la nôtre, jouant à la marelle avec des pierres sur le chemin de poussière sans risque de nous faire écraser !

Comme je voudrais savoir comment tout cela va évoluer !

 

Allez, je range ma curiosité, journée écourtée car nous voudrions aller conduire au cimetière une personne du village et porter notre sympathie à sa femme qui a perdu son mari, un homme qui nous a semblé bien gentil. Nous n’entendrons plus sa musique et c’est dommage…. De toute façon, gentil ou non, c’est triste…

 

Mais nous avons la chance, vous et nous, d’être vivants encore aujourd’hui ! En espérant que ce soit encore pour longtemps et que nous ayons encore le temps de voir évoluer toutes ces choses extraordinaires, je vous souhaite une excellente journée et je vous envoie toutes mes amitiés !!!

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 08:40

06-06-03-124

06-06-03-124 découpages-collages par ordinateur.

Bonjour à tous !

On ne s’y attendait pas, après un départ « grisouille » le soleil est venu nous rejoindre, un vrai beau temps ! Du coup Patapouf absent depuis deux jours dort sur le canapé ! Je ne vois pas le rapport à moins que, tout simplement, il ne voulait pas salir notre plancher en revenant les pattes mouillées ! Merci le chat de cette délicatesse à laquelle je ne crois pas une seconde !!! Je crois plutôt qu’il était bien planqué confortablement chez un autre habitant et n’avait pas l’intention de sortir ! D’ailleurs, il n’était pas si affamé que quelques autres fois…

 

J’ai lu quelque chose qui me plait : (Que Choisir)

Il y a des demandeurs de logements, et il y a des logements vacants. Mais voilà, on a fait des lois pour que les propriétaires ne louent que des locaux aux normes. Fini les chambres de bonnes avec l’eau et les W.C.communs sur le palier, au mieux !

Pourtant ceux qui vivaient là n’ayant aucun moyen de payer plus cher autre chose, étaient bien contents, malgré les inconvénients et les regrets, d’avoir au moins un toit sur la tête et une porte qu’ils pouvaient fermer sur leur intimité et sur leur sécurité. C’était tout de même mieux qu’un carton sur le trottoir !

Je garde un merveilleux souvenir de ma piaule, pourtant sans chauffage et croyez-moi l’hiver n’avait pas été tendre, juste un robinet d’eau sur un évier, un lit, un placard et des murs très tristes. WC au rez-de-chaussée dans la cour ! Des rembourrages sous les pieds de la table parce que taper à la machine la nuit agaçait ma logeuse à l’étage en dessous.

Mais c’était chez moi ! Après des années de dortoirs et de lit partagé avec ma sœur, quel bonheur d’avoir son domaine et sa propre clé…Même si je savais bien que la propriétaire fouillait régulièrement dans mes affaires !

Maintenant ces gens, adultes ou étudiants peu fortunés, ne peuvent plus rien trouver.
Les propriétaires de logements qui ne sont pas aux normes, ne peuvent pas forcément engager des travaux dispendieux pour le louer, se retrouver avec un crédit et de lourds intérêts en espérant un loyer que les locataires auront le droit de ne pas payer parce qu’ils n’ont pas de travail et parce que c’est l’hiver ! Expérience vécue par ma mère qui a logé pendant plusieurs année, dans le petit appartement qu’elle nous avait alloué pendant un bon moment, un garçon qui n’a jamais pu s’acquitter du loyer, protégé par la loi pour cause de dépression nerveuse et non travail, et dont maman devait assumer les charges et le chauffage malgré tout ! Quand enfin il est parti sans même la courtoisie de prévenir il a laissé la place dans un état épouvantable, inimaginable.

 On peut être propriétaire d’un petit appartement par héritage sans être riche pour autant !

Et là je lis :

« Depuis le 1er Février, les propriétaires louant leur logement en dessous du prix du marché bénéficient d’une exonération fiscale de 15 à 17% sur leurs revenus locatifs. Plus la baisse de loyer est importante, plus l’exonération sera élevée. Auparavant, ils doivent signer une « convention à loyer maîtrisé » avec l’Agence nationale de l’habitat (Anha), l’abattement sera majoré à 85% si le propriétaire confie la gestion du bien à un organisme agréé en intermédiation locative (solibail, etc.) Ce dispositif vise à inciter les propriétaires à remettre sur le marché des logements aujourd’hui vacants. »

Si e n’est pas un moyen de soutirer le bien des mains du propriétaire, cela me semble un moyen intéressant pour tout le monde… Mais peut-être y a-t-il des loups cachés que je ne sais pas voir !

Aujourd’hui supermarché, ben oui, tout de même, de temps en temps !!!

Bonne journée mes amis ! Allez-y doucement mais surement !                      Avec toutes mes amitiés chaleureuses et mon enthousiasme revigoré !!!

LN

 

 

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 08:44

09-05-21-119

09-05-21-119

Bonjour les amis !

 

Chance ? Hasard ? A quoi tient qu’un mariage marche ou ne marche pas ?

Je ne crois pas qu’il y ait de réponse à cela, ou plus exactement non, il y a des milliers de réponses à cela ! Nous sommes tous différents et tout cela se combine au hasard…

Ce que je pense, à mon humble niveau, c’est que le fait d’être MARIé, n’est en rien un gage de sécurité.

D’ailleurs je n’y ai pas cru pendant DES années, persuadée qu’un vilain soir Michel ne rentrerait pas ! C’était trop beau !

Il venait me chercher au bureau, nous allions ensemble jusqu’au métro et nous rentrions chez nos mères.

Puis Michel revenait d’Aubervilliers jusqu’au Perreux, à moto, après une journée de travail sur les toits, tous les soirs après diner pour me voir chez ma mère. Nous nous mettions dans les bras l’un de l’autre et nous nous endormions pour quelques instants rassurants, puis il devait repartir dans la nuit et le froid…

Il ne parlait pas, je ne parlais pas, mais nous savions, nous nous devinions…

Nous sortions le week-end pour souvent nous promener au bord de la Marne ou visiter les zoos.

Nous étions bien tous les deux. C’est tout et c’était un TOUT.

Nous n’avons pas fait de projets, ni de plans, ni quoi que ce soit.

Jamais de mon enfance je n’ai pensé me marier un jour, avoir des enfants etc. Jamais je n’ai pensé à l’avenir, m’évadant dans mes rêves.

Michel s’exprime avec des actes et j’ai passé ma vie à le traduire, à le deviner. Ainsi après presqu’un an ce fut la fête des mères et Michel m’a offert un cadeau… ?!... Et c’était un tablier de cuisine avec des cœurs dessus… Je ne suis pas certaine qu’il avait vraiment « pensé » le symbole, ça lui était certainement venu comme quelque chose d’évident, d’inconscient, de spontané.

Puis maman qui avait eu des problèmes avec moi avant même ma naissance et qui craignait de me voir revenir « gros ventre comme devant » squatter la maison a dit un  jour :

-« Si vous voulez partir en vacances ensemble, il faut vous marier »

J’étais mineure, j’avais 19 ans et à l’époque c’était encore 21 ans.

Michel qui parlait peu a répondu :

-Ca ne me dérange pas… »

J’ai dit :

-« Moi non plus. »

Maman a fait les papiers, a acheté un appartement dans lequel elle nous a logés (et là ce fut un miracle à cette époque où on ne trouvait rien !) et nous avons signé le bout de papier à la mairie avec nos plus proches, nous étions 7. La famille de Michel n’est pas venue, trop de problèmes. Je reconnais à maman sa gentillesse d’avoir fait un joli goûter et m’avoir offert une petite corbeille de fleurs.

J’étais libre !

Vous haussez les yeux ! Je signe pour un  mariage et je suis LIBRE ?

Oui, j’étais libérée de mon enfance.

Et avec Michel, j’étais libre. Lui aussi se libérait du poids de sa famille. Nous savions sans jamais nous le dire que nous n’étions pas prêts à supporter de mauvaises situations, nous en avions eu suffisamment. Ce n’est pas cette signature qui nous lierait. Il était clair que ce que s’était permis l’un le permettait à l’autre. Il était évident que je travaillais et gagnais bien ma vie et n’avais pas besoin de lui matériellement. Nous étions égaux en droits. Si nous restions ensemble c’est parce que nous y gagnions quelque chose et que nous choisissions de le faire. Chacun se sentant libre, et sachant l’autre aussi libre, du coup, nous rendait plus attentifs à ne pas ramener la couverture à soi. C’était notre choix personnel de rester ou partir.

Si bien que nous avons appris à nous épargner mutuellement et à nous respecter.

Cela ne veut pas dire que ce fut idyllique ! Il y eu bien sûr des drames et des larmes et des retrouvailles sur l’oreiller, comme partout ! Mais nous avons appris à accepter l’autre tel qu’il était avec ses bons côtés et ceux qui agacent. Et chacun a fait la moitié du chemin vers l’autre.

Je crois qu’un point principal, dans un couple est de ne pas ramener tout à soi :

Quand l’un arrive de mauvaise humeur et qu’il s’emporte pour une bêtise, dit des choses désagréables, voire TRES désagréables ! Ne pas penser : « mais moi j’y suis pour rien ! et comment qu’il me parle celui-là ! » et crier plus fort.

Oui, ça fait mal, ce n’est pas juste.

Mais se demander : « Qu’est-il arrivé à l’autre ? Pourquoi L’autre réagit ainsi ? Qu’est-ce qui l’a blessé à le rendre agressif injustement ?» Attendre le retour au calme et essayer de voir comment apaiser le conjoint de ce qui l’a mis dans une telle humeur!  Quelque chose s’est passé avant…Et cet avant peut venir de TRES loin…De son enfance !!!!

Le fait d’avoir été mise au courant dès l’enfance des moyens de précaution, du préservatif, qui nous a protégés d’avoir un enfant avant d’être guéris nous-mêmes de nos blessures a certainement été aussi une excellente chose.

Mais en dehors de cela, tomber sur celui qui suivra la même route, c’est le coup de chance, c’est tout ! Il n’y a pas de recette, et cette chance nous l’avons eue. Merci la vie !

Un petit truc : Dans une querelle, l’un crie plus fort que l’autre, le ton monte et cela devient grave. Vous vous doutez bien que ce n’est pas moi qui crie le plus fort. Mais je ne me tais pas non plus. J’écrivais sur un petit mot ce pourquoi je n’étais pas d’accord ou ce qui m’avait blessée. Je le glissais dans sa gamelle du déjeuner. Ainsi il lisait tranquillement sans avoir à défendre son amour propre de mâle. Le soir s’il voulait en parler on pouvait le faire le plus calmement du monde, en général on n’en parlait plus, il savait, je savais qu’il savait et pas de rancune ni de non-dits ravalés de travers et qui fermentent.

 

Voilà l’histoire d’un coup de chance, tout simplement.

Il fait bien gris et humide, il ne pleut même pas vraiment, cela ne remplit pas nos cours d’eau.

Je vous souhaite malgré la grisaille un cœur joyeux et tendre et je vous envoie plein de bisous joyeux !

LN

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 08:34

89-Peinture au doigt

89-Peinture au doigt.

Chers tous,

Il est toujours difficile d’exprimer la complexité des sentiments en quelques mots et parfois il est utile de rapporter quelques précisions pour que les choses soient tout à fait claires.

 

En effet, parlant de nos déjeuners, je pourrais bêtement laisser croire à l’image classique de la femme soumise à son homme et lui sacrifiant sa vie et ses aspirations.

Mais nous sommes loin, très loin de ce qui se passe chez nous.

Je parlais de comment le temps file sans production de travail, oui, mais pas de temps « gâché » !!!!

Nos déjeuners petits, grands, goûters et diners sont nos temps de rencontre, comme le temps du café sur le canapé, comme le film du soir avec ou sans chats sur nos jambes allongées, comme le temps passé au lit et comme la multitude de « Chéri viens voir » et de baisers échangés, ou de recherches du disque ou des paroles d’une chanson que nous entonnons en retournant aux travaux de la maison ou du jardin!!!

Temps perdu « à cause » de Michel ? Mais c’est lui qui en fait le plus ! Les feux c’est lui ! Le ménage du bas c’est lui ! Les réparations c’est lui ! L’herbe rasée c’est lui ! Les voitures c’est lui !  Et j’en passe et des tonnes !

Et qui pense ?: « t’as a vu l’heure ? »-« Tu as appelé ta mère ? »-« Tu as fait du pain ? » -‘Tu n’oublies pas que… » c’est encore lui !

Et pour vous dire, sans Michel, je ne serais pas. Je serais un petit ballon de baudruche qui s’envolerait très vite et se dégonflerait doucement sans bruit pour retomber tout flasque sur le sol.

Avec Michel je ris, je chante, je « déconne »,oui beaucoup ! et cela nous fait rire ! Avec Michel je me câline, je me réchauffe, je me rassure…

Où pourrais-je trouver cela sans LUI ? Même vous mes si chers amis attentifs ne pourriez me le donner.

 

Maintenant l’image de l’artiste coupée dans son inspiration par un conjoint qui ne le comprend pas…

Il est certain que Michel et moi sommes diamétralement différents et c’est ce qui fait que notre couple est si complémentaire.

Mais qui souffre de ne plus voir sur la table les bourguignons bien lourds, les roastbeefs saignants, les mokas bien gras et se contente de perpétuelles inventions hasardeuses diététiques et végétariennes ? C’est qui le sacrifié ?

Il regarde son plat à four, me regarde. ».-C’est quoi ?...-Goûte… -MMM…-C’est bon ?...-Oui, c’est bon, c’est même très bon…Mais cela fait longtemps que tu ne m‘as pas fait une grosse côte de porc ! –Samedi c’est promis ! » et là, échange de bisous !

Michel ne comprend pas trop pourquoi j’ai besoin du contact avec les autres puisque je l’ai LUI. –« Cette manie d’écrire ! Qu’est-ce que tu peux bien leur dire ?! »… « T’as-vu mon dessin ?...-Oui…. –T’en pense ? –Ben.. c’est bien !?... »

Ce n’est pas son truc. Ce serait mieux si je venais avec lui au jardin ou bricoler le moteur du J9, ou faire des gâteaux ! là oui ! Ca sert à quelque chose au moins !

Mais il a appris, tout doucement, à respecter cet espace de liberté. Au début il criait d’en bas, d’un ton courroucé : –« HEY T’as vu l’heure ?... » et je le sentais fâché et je n’aime pas, et je me sentais à la fois coupable de ne pas être ce qu’il fallait et en même temps frustrée de devoir m’en excuser, même si je n’en faisais rien !. Je ne dis jamais rien, je ne me plains jamais. Mais il n’est ni aveugle, ni idiot, et il me voit bien piquer du nez, et il n’aime pas…

Maintenant quand c’est l’heure et que j’ai oublié, il MONTE jusqu’à ma tour et c’est gentiment qu’il me dit « Hey Loulou, il est déjà 8h et tu n’as pas été voir les poules et tu n’es pas lavée ! » -Oh oui zut, j’arrive… » et ça change tout !

Vers 6h c’est l’heure du goûter, là il appelle, l’urgence est moins lourde, pour que je fasse des gaufres. Parfois il est passé me voir avant. Si je suis investie dans un texte, c’est là où l’arrachement est le plus difficile. Je lève alors vers lui le regard aussi lumineux que celui d’un poisson mort depuis huit jours, le vide sidéral dans la prunelle… « Hein ? OUI ?...Heu j’sais pas… » . Michel redescend, résigné à goûter seul et remonte quelques minutes plus tard avec une boisson chaude de « marmite » et une pomme épluchée et coupée en tranches qu’il dépose à côté de moi….

Elle est où l’artiste sacrifiée ?

 

Et enfin mon art !

Oui adorable Lou, il est où mon art ???

Je n’ai rien inventé, même pas le tableau peint en noir uni comme un certain artiste ou un miroir posé pour que le tableau soit le reflet du visiteur !

Je n’ai ni style, ni ligne, ni projet !

Mais il est vrai que j’ai besoin de dessiner, de découper de faire des trucs, inutiles, parfois jolis, parfois pas, et encore que cela dépende plus du regard des autres que du mien.

Pourquoi ? Je n’en sais rien. Cela ne me donne ni argent, ni gloire, ni pouvoir, ni rien du tout…

Cela donne un peu de plaisir à d’autres ? Je veux bien mais sans moi, pas de problème, il y en a des tonnes et des tonnes de plus beaux, de plus intéressants, de plus inventifs, créatifs, non seulement dans le monde mais ne serait-ce que sur Internet ! Un clic et c’est l’avalanche ! Les miens n’apportent rien de plus…

Mais pour moi je pense que c’est une sorte de thérapie, un moyen de lâcher la pression, inventé dans mon enfance pour m’évader quand je me sentais trop emprisonnée, par les autres ou par mon impuissance personnelle dans un monde qui ne me donnait pas de place.

Alors, aller chez un psy me prendrait autant de temps et coûterait bien plus cher ! Mieux vaut que je fasse mes petits dessins tranquille à la maison, non ?

 

La vie ce sont des choix, et qui dit choix dit forcément sacrifices.

Avec des si et des regrets, on n’avance pas ! Si j’avais eu le droit à cette dernière année d’étude j’aurais eu mon diplôme et j’aurais pu avoir un métier…Être dans un atelier à copier des dessins pour d’autres peut-être ?... OK j’aurais été payée et j’aurais une retraite… Mais imaginer que je n’aurais pas connu Michel ? Je n’aurais pas eu tout ce que j’ai ? Quelle horreur !

 

Mon seul problème c’est d’être trop gourmande de temps, de vouloir expérimenter trop de choses ! Je voudrais coudre, broder, faire de la dentelle, faire des pliages, des découpages, du bricolage de bois, de la gravure sur verre, du modelage et que sais-je encore ? J’en ai essayé pas mal, réussi quelques-uns…Mon problème c’est d’avoir une tête trop bouillonnante, de vouloir tout savoir, tout essayer, mais après tout c’est tellement mieux que de s’ennuyer !!! De ne savoir que faire ?

Ce qu’il me faut c’est définir ce qui est important et, comme je le disais, oublier les moutons qui bêlent sous le lit et les araignées qui entoilent la maison, les livres qui s’empilent partout, et les fichiers non triés dans l’ordinateur…. De toute façon, moi morte, ils ne serviront à rien, pas plus que ce que je fais.

C’était un peu long, mais je crois qu’il était utile d’apporter cette rectification afin que vous ne vous trompiez pas sur mon sort, je ne suis pas la sacrifiée, je suis la trop gâtée au contraire !!!

Et je vais aller nettoyer les poules parce que cela aussi j’aime, j’aime quand elles viennent au-devant de moi comme des petits chiens pour voir ce que je leur apporte… Et je ferai aussi le jardin parce que j’aime voir les choses pousser même si, ici, nous sommes assez mal récompensés…

Et vive la vie !!!!

Je vous souhaite à tous une belle journée, même s’il pleut, et que vous puissiez trouver des choses qui vous passionnent et vous permettent d’oublier les laideurs qui ne manquent pas et qui sont les seules choses que l’on nous montre pour nous faire croire que notre Monde est ainsi fait ! Oui cela existe et c’est horrible. Mais n’en faisons pas la généralité, il y a plus de gentils que de méchants mais tous les gentils sont comme nous, dans l’ombre du quotidien et non à la une des quotidiens !

Avec mille baisers pour chacun de vous…
LN

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 08:26

09-05-03-097

09-05-03-097

Bonjour chers amis !

 

Je vous demande pardon de vous étaler ainsi mes états d’âme, j’ai été un peu rapide hier en vous alarmant bêtement, un coup de fatigue…

Nous perdons beaucoup de temps à être ensemble, Michel et moi, ce que bien entendu je ne regrette pas, mais qui m’oblige à diminuer chaque fois un peu plus le temps pour ce que je voudrais faire, moi.

Michel mange beaucoup, longuement, tranquillement et quatre fois par jour. J’attends qu’il ait fini son repas pour manger mon dessert et parfois, si la télé ne m’apporte rien, je prends même un petit jeu électronique à pile en noir et blanc, de briques qui tombent, pour passer le temps, tout en échangeant nos réflexions ensemble sur la télé ou le reste du monde. Je crois que c’est là que je perds le plus de temps. Avant quand Michel travaillait, je ne mangeais même pas le midi ! Et nous nous levions très tôt le matin !

Donc c’est une organisation très différente, et, je le répète, que je suis contente d’avoir ! Je sais que le temps nous est compté et que je regretterais si ces instants m’étaient supprimés !

Donc pour ME caser dans tout cela, je cavale, je combine mes devoirs en les entrelaçant pour gagner du temps et parfois j’en attrape le vertige.

 

Et là…

La fragilité de ma tête… Je n’y peux rien, je suis à cheval entre deux mondes, ma tête et la vie, et comme je veux tout gérer et ne pas choisir l’un ou l’autre, tout cela se chevauche et j’oublie, je me perds, je me trompe, je mélange, je confonds, et je téléphone à Maman dont la cervelle est dans un état pire encore et cela ne me rassure pas sur mes capacités à gérer quoi que ce soit !

Je réfléchis à ce que je vais faire à manger, comment m’arranger pour en faire une part à poser sur la cuisinière et le démarrer pendant que je prépare la soupe des poules pour  finir mon plat de déjeuner en rentrant du poulailler tout en ayant un corbeau et un  martin pêcheur qui me picorent la cervelle pour savoir comment les poser sur un fond de lac !

Et là…La pensée…Les jardins reprennent ! Il faut que j’aille nettoyer la serre et remettre en eau….et mon temps rétrécit encore…

Physiquement je suis fatiguée :

Changement de saison ?

Le zona qui me titille et souvent là où je ne peux me gratter (je parle de l’omoplate et le dos), cette dent qui n’en finit pas de guérir et cela m’inquiète, j’ai une trouille blanche à l’idée qu’il va peut-être falloir tout arracher à nouveau ! Et peut-être laisser le trou, visible dans mon sourire, maintenant que la dent a été rasée ?

Moralement de mauvaises nouvelles de la santé et du décès de personnes que l’on connait ou/et que l’on aime…Et on entend « il avait 77 ans » et on pense à soi… Mon Dieu, c’est bientôt l’heure…et ça fait peur quand cela tombe à un moment où on est un peu fragilisé…

Du coup pfuuut les idées rigolotes s’envolent ! Que vais-je pouvoir dire sur le blog pour ne pas décourager mes compagnons ?

Et matériellement, il est vrai, le fait de n’avoir presque plus de dessins d’avance…

Et là….

Je suis allée nettoyer la serre et trimbaler les arrosoirs pour remouiller le sol. L’eau arrive par un tuyau jusque dans la serre, Michel a veillé à m’épargner les voyages et la réserve est assez haute pour que, même doucement, l’eau arrive jusque-là.

Donc tranquillement j’ai arraché les plantes mortes et desséchées, et trié un peu entre ce qui repousse spontanément persil, chou kale et céleri en particulier et retiré le trèfle, l’herbe à robert, les camomilles, le mouron et autres herbes qui ont profité de la tranquillité des lieux pour envahir l’espace…. Sans oublier de m’attendrir sur 4 ou 5 petites salades fragiles à peine enracinées qui tentent de pousser et d’être reconnaissante à deux cressons qui se sont ressemés. !

Et là…

 

J’ai eu tout le temps de réfléchir calmement.

Pour imaginer ma vie sans vous et me rendre compte combien c’est absolument IMPENSABLE.

J’ai réellement besoin de vous, justement pour ce que je disais précédemment. Je compte sur vous pour me remettre en place, pour me corriger quand je déraille, pour m’apprendre ce que je ne sais pas, ne comprends pas…Il me reste de mon côté à vous apporter de mon mieux une petite distraction, même si mes propos sont bien légers et si parfois je doute de l’utilité de ce que je fais, et mon affection tellement chaleureuse et sincère, ça on n’en a jamais trop !

Oui Gi, j’y ai pensé aussi : Qui remonte dans le passé du blog pour voir des images ? Des images il y en a des milliers partout ! Ce qui compte c’est d’en avoir au moins une à regarder parce que c’est une petite fenêtre qu’on ouvre sur autre chose, et parce que peut-être il nous reste l’imprégnation de « l’image récompense » de notre enfance et que souvent nous donnons beaucoup de nous-mêmes sans trop que cela soit remarqué, nous avons peut-être besoin de ce « bon point ». J’aime aller regarder tes PPS chaque fois ! Pour tes images ou celles de Elantra ou de Mirella etc…parce que, en plus de l’objet c’est quelque chose qui vient de vous que je connais et reconnais, de vos soins à faire plaisir…

Quand j’aurai fini mon stock de dessins, je recommencerai, avec même un peu plus d’intelligence et d’expérience, en supprimant d’une clé celle que j’ai posée afin de ne pas la mettre deux fois ! Et j’ai plein de photos mais il me faudrait le temps de les trier…Voir plus haut, hahaha !

Et puis m’accorder le droit de ne pas mettre de texte le jour où mon cerveau sera trop abruti ou mon temps trop surchargé avec votre généreuse assurance d’en être pardonnée.

Donc…LE BLOG CONTINUE !!!! Et notre route ensemble aussi !

Bonne journée et bonne semaine à tous !

 

Merci de bien couloir rester à mes côtés, et je vous envoie des flots d’affections !

LN

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 08:43

09-08-28-183

09-08-28-183

Bonjour à tous !

Bon, ça y est, je radote. Je savais que cela arriverait…

Quand hier matin au supermarché j’ai demandé à vider ma carte, le monsieur m’a regardée avec deux points d’interrogations en place d’yeux, mais complaisamment a soustrait le 1,50 euros de ma facture…Il me fallut une demi seconde pour comprendre la valeur du nombre, puis une autre demi seconde pour réaliser…Que j’avais déjà fait vider cette carte la fois d’avant et que j’avais dû déjà vous faire part de mes réflexions à ce sujet…

Bon. Tant pis. J’ai dû avoir l’air très mesquin aux yeux de ce monsieur, mais après tout cela me paie presque deux de mes paquets de farine ! Pas de regrets.

Il va peut-être être temps pour moi de fermer ce petit journal qui tourne depuis 2011, d’autant plus que je n’aurai pas beaucoup de nouveaux dessins à vous mettre, ce qui était le projet premier, à la vitesse où je peux travailler. Grâce à ma désorganisation, j’imagine que j’ai déjà dû mettre quelques doubles !

Mais je ne vous abandonnerais pas pour autant ! J’ai besoin de votre compagnie !  J’ai la plupart des adresses de mes plus précieux amis, je garderai le contact par mail dans ce cas, et je continuerai à communiquer ainsi avec vous!!!…

 

Mais pour aujourd’hui j’ai une petite histoire qui m’est passée par la tête, et je vous la soumets… Histoire de me faire pardonner, mais sera-ce suffisant… ?

L’ILE DES MILLE PLUIES….

Après de longs jours en mer, à plat ventre sur une planche, un homme, vêtu d’un lambeau d’on ne sait quoi pour cacher ce qui lui semblait de plus précieux de sa personne, aborda une côte sauvage qui ne paraissait sur nulle carte. Effrayé il se cacha derrière des verdures pour observer l’univers dans lequel il se retrouvait, désorienté.

C’était une île perdue et inconnue du reste du monde où il pleuvait tout le temps.

Depuis peu des habitants avaient débarqués par hasard en cet endroit et s’étaient installés tant bien que mal. Ils étaient tous violets avec des yeux pers, d’une luminosité sans pareil, de véritables pierres précieuses. Leurs cheveux blancs et longs étaient presque transparents. Ils étaient vraiment très beaux. Cela vous étonne mais eux n’ayant jamais vu personne d’autre qu’eux n’étaient pas surpris et trouvaient cela tout à fait naturel et, naturel, ça l’était.

Ils vivaient perpétuellement dans l’ombre d’un ciel couvert, protégés de manteaux cousus de feuilles imperméables posées comme des ardoises de nos toits afin de se protéger et ils avaient des bottes de même matière pour patauger dans la boue.

Ils faisaient quelques récoltes inconnues de nous, les arbres y étaient magnifiques, quelques animaux non domestiqués, la plupart aquatiques bien sûr, complétaient leur nourriture et, s’étant petit à petit habitués à cet univers, ils n’étaient ni plus heureux, ni plus malheureux que d’autres.

Après quelques jours d’observation, notre navigateur-à-contre-cœur osa s’approcher des villageois.

Ce ne fut qu’un cri d’horreur et de frayeur !

D’une part notre homme leur sembla extrêmement bizarre, il était de toutes les couleurs! Vous imaginez un zèbre dont chaque rayure aurait une couleur différente !

Et d’autre part, au même moment il y eut une grande lueur fugace autour de lui qui fit briller les eaux de mille reflets.

Pour nos habitants ce fut la panique ! Ils se mirent à crier, à prendre des branches d’arbre et à chasser le pauvre naufragé de toutes leurs forces en hurlant, jusqu’à l’autre extrémité de l’ile, endroit particulièrement inhospitalier de roches coupantes et très peu exploré à cause des dangers.

L’homme échoué, à bout de souffle et complètement affolé, se demanda bien pourquoi tant de haine et se mit en devoir de s’installer comme il le pouvait dans cet endroit redouté, certains que tant qu’il resterait là les autres n’oseraient venir l’agresser. Il se trouva une cachette au fond d’une grotte et ne se déplaça plus qu’avec la plus grande prudence afin de n’être point découvert ni blessé ou grillé.

L’endroit était aride, desséché par le soleil qui brûlait les roches. En dehors de la mer, seuls quelques filets d’eau douce venant de l’ile des pluies  passaient entre les pierres pour rejoindre l’océan. Cela suffit à notre homme pour survivre ainsi, il y avait du poisson et en lisière de la forêt des eaux douces il pouvait trouver suffisamment de verdure et de fruits pour sa seule consommation.

Les habitants de L’Ile, à bout de souffle dans leur poursuite, s’arrêtèrent de courir après l’étranger, satisfaits de l’avoir condamné  à perpétuité et sans nul doute à mourir sur ce sol maudit. Ils retournèrent chez eux, la lumière s’était éteinte en même temps que se sauvait l’homme des mille couleurs et la pluie tombait à nouveau. Tout allait bien.

La vie reprit au village, mais la pluie redoublait de force. Les eaux montaient dangereusement envahissant les terres déjà détrempées, et malgré leurs protections les gens commençaient à voir leur peau se rider, se ramollir, voire moisir entre leurs doigts de pieds, bref chacun commença à s’inquiéter.

C’est alors qu’ils se tournèrent vers le sage, l’ancêtre du groupe, qui avait traversé un autre monde, avant d’être embarqué par hasard avec cette population violette.

-« Dans d’autres pays, il y a de temps en temps une grosse lumière dans le ciel qui réchauffe et qui sèche la terre. Elle est dangereuse, parfois c’est trop fort, mais de temps en temps c’est très bien. Dit le sage.

-Mais où peut-on trouver cette lumière dont tu parles ?

-Je n’en sais trop rien. Elle était là quand j’y étais mais je n’ai jamais pensé à demander d’où elle venait ! »

C’est alors qu’un gamin déluré, un peu voyou sur les bords, s’écria :

-Mais la lumière qui brûle, elle est de l’autre côté de l’ile, là où vous avez voulu faire mourir l’étranger !

-ah ? Heu…Oui peut-être, mais comment la rapporter ? Vivre là-bas est impossible et vivre ici devient bien difficile !

Et si on s’installe à la lumière à demeure on va finir comme l’étranger, grillés !

-Moi je l’ai vu !

-La lumière ? Nous aussi !

-Non, l’étranger !

-Comment ? Tu es allé là-bas ? Mais tu es fou ?!!

- Je suis allé jusqu’à la limite et j’ai pu l’apercevoir et il n’est pas mort !

Il a un secret car il résiste à la lumière et souvenez-vous que quand il est arrivé, il y avait eu une sorte d’éclat qui nous a effrayés… Peut-être sait-il maitriser la lumière ?

-Tu es un chenapan, mais tu n’es pas bête. Crois-tu que l’étranger soit dangereux ?

-Je ne pense pas car il m’a aperçu plusieurs fois, m’a appelé, mais ne m’a jamais poursuivi, il n’a pas tenté de m’agresser !

-Penses-tu que tu pourrais l’approcher ?

-Ah non, se mit à crier sa mère ! N’utilisez pas mon fils au risque de sa vie !

-Ma chère, pensez que votre fils ferait cela pour la communauté, il deviendrait un héros !!

-Oh oui, je veux bien devenir un Héros ! répondit le gamin qui n’avait pas froid aux yeux, et qui se sentait assez fort pour vaincre n’importe quel monstre !

-Alors, essaie de voir si tu peux apprivoiser l’étranger, tâche de savoir s’il peut maitriser la lumière et la transporter ici… »

Pendant que sa mère se tordait les mains d’angoisse comme toutes les mères des enfants mâles, l’adolescent partit en campagne.

Il surveilla et mémorisa tous les mouvements de l’étranger et petit à petit s’en approcha. Par gestes plus que par paroles, ne partageant pas le même langage, faisant des dessins sur le sable de la plage, ils finirent par se comprendre et l’étranger eut un sourire pour lui expliquer qu’il ne demandait pas mieux que d’aider le peuple des pluies.

Le garçon un beau jour revint au village accompagné du navigateur et d’une belle lumière irisée qui se dégageait doucement autour de sa personne. C’était un spectacle fabuleux dans toute cette grisaille de pluie, cette aura douce et multicolore se reflétant sur toutes les surfaces mouillées autour de lui.

Les habitants s’étaient agglutinés dans un coin, prêts à détaler comme des lapins.

Le sage vint au-devant de l’étranger et fit traduire sa demande par le garçon :

-« La pluie n’arrête plus de tomber, peux-tu nous aider ?

-« Bien sûr, je suis là pour cela ! »

L’homme fit un grand geste des bras et un arc immense de toutes les nuances coupa le ciel en deux,. Doucement les nuages s’écartèrent et laissèrent passer le soleil.

La clarté s’étala sur le paysage lugubre dévasté par les eaux, émaillant toutes les surfaces d’éclats diamantés…

Ce fut une grande clameur d’admiration devant ce miracle et tout doucement les habitants levèrent la tête pour admirer cette merveille, regardèrent l’étranger, le gamin, reportèrent les yeux vers le zénith et n’en croyaient pas leurs yeux !

Puis ils se déchainèrent de joie, se précipitèrent sur l’homme inquiet ne sachant trop si c’était de remerciements ou de représailles. Mais il fut porté en triomphe !

Il n’y eut pas moins d’élans de reconnaissance pour le jeune téméraire qui fut respecté de tous à partir de ce jour à la grande fierté de sa maman qui avait tout de même vieilli de quelques années en ce court laps de temps à cause de ses angoisses !

L’étranger fut installé dans une belle demeure, un trône lui fut consacré au milieu de la place, il fut nommé arc-en-ciel et protégé de toute la communauté et quand les nuages reprenaient leurs droits trop longtemps, Monsieur arc-en-ciel sortait retrouver son trône et faisait le geste magique qui ramenait la lumière pour quelques temps.

La boue sécha et la vie devint parfaitement équilibrée et harmonieuse entre les gens de toutes les couleurs.

17 Février 2017 Hélène Porcher

C’est un peu long, mais je ne pouvais pas trop la couper…

Et je vous souhaite un bon dimanche, avec ou sans granule. Je ne sais quand tu arrêtes le traitement Gi… Avec ce beau temps on peut rêver que l’hiver s’éloigne, bien que….

Bonne journée à tous et mille baisers, autant que de perles de rosée à la fonte de la gelée matinale !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 08:48

13-04-21-03813-04-21-038

Bonjour à tous !

Avant que je n’oublie, si vous avez le temps, allez voir ceci, c’est très mignon et bien joli !

https://www.youtube.com/embed/X29l7bqGCQs

Ce fut une véritable journée de printemps hier ! Il faisait beau et très doux, cet air magique qui n‘est pas si fréquent ! C’est le moment où l’on voit plus de derrières que de figures dans les jardins ! Les démangeaisons de jardinage se sont fait sentir ! J’ai changé mes boutures de terre…
En effet nous avions acheté du terreau et je les avais faites avec cela, mais cette matière noire devient dure comme du ciment, je ne sais trop ce que c’est, j’ai donné à mes bébés de la véritable terre à la place. De toute façon se sont des plantes d’intérieur qui vivent plus d’eau que de terre… Et puis bien sûr… j’ai pris des photos !!! Ben voyons !

J’ai cueilli du mouron pour les poules et leur ai ramassé les dernières boules de l’aubépine. C’est stupide mais quand je ramasse quelques chose ou fait un geste répétitif cela me force à les compter machinalement, ce qui ne sert à rien car je me trompe, recommence n’importe où et, arrivée à 100…Je m’endors ! Ce n’est pas vrai ! C’est juste pour rire !

 

Et je pensais aux jeux d’enfants… Tous ces jeux que nous avions et qui se sont perdus ! Hélas je ne fréquente plus les cours de récréation, peut-être y a –t-il encore des rondes et des jeux en primaires. Mais en secondaire je pense que le téléphone remplace toute autre occupation …Et déjà dutemps de notre fille, je ne me souviens pas tellement de jeux à la récréation…

Pourtant jouer avec les camarades, c’est aussi un psychodrame partagé qui permet à chacun de trouver sa place dans un groupe, ce sont des petites leçons de vie, de morale aussi, il y a des règles à respecter…C’est le début d’une vie en société qui se construit…. C’est dommage.

Et les jeux de société en famille ? Je sais qu’il y en a plein les catalogues, mais est-ce que nous y jouons tellement ? C’est un excellent moyen de réunir les membres d’une même famille, ou d’un groupe, de partager un moment ensemble et de frotter les caractères différents les uns aux autres….

Nous avons beaucoup joué étant gosses, et Michel et moi avons beaucoup joué également étant adultes, avec la famille, avec les amis ou bien tous les deux ! C’est mieux que les discussions enflammées autour de la politique qui finissent en fâcheries bien souvent !

Il y a encore quelque chose qui réunit ce sont les jeux de sports à la télévision ou au stade, ça marche bien  ça. Et les filles s’y sont mises, elles sont aussi au courant maintenant que les garçons !

Ah oui, il y a les jeux à la télé. Mais ce n’est pas pareil, nous ne sommes pas acteurs…Même si nous essayons de répondre également.

 

Michel n’a pas pris assez de boîtes à chat. Il faut dire qu’il n’avait peut-être pas compté avec l’appétit de Patapouf ! Aussi allons-nous perdre notre temps pour quelques conserves alors que j’aurai tout un marché à faire dans quelques jours. Encore du temps perdu…

Mais je viens de me souvenir que je suis encore en train d’oublier de faire vider ma carte du supermarché. On y gagne pas grand-chose, mais il ne faut pas se faire d’illusions, ce n’est pas un cadeau ! C’est de l’argent qui mous a été pris et bien placé pour eux, autant qu’on nous le rende ! Presque tous les ans je perds mon avantage parce que je n’y pense pas ! C’est malhonnête de vider cette carte automatiquement car il doit y  avoir, surtout dans une ville qui vit surtout de ses estivants, plein de gens qui y laissent leurs plumes ! Tous les magasins ne le font pas. Chez Leclerc cela reste permanent je crois. Allez, on verra bien et heureusement plaie d’argent n’est pas mortelle.

 

Il va de nouveau faire beau, il a gelé blanc cette nuit ce qui présage d’un ciel clair. Peut-être, après-midi fichu pour moi de toute façon, irai-je un peu nettoyer la serre…Peut-être ? ahahah

Bon week-end à vous tous et mille baisers qui volent vers vous en évitant les pollens !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 08:33

07-11-15-210

07-11-15-210

Bonjour à tous !

J’ai fini ! J’ai fini !J’ai fini !!!

Quoi ? Mes comptes et mes pages de comptes et tout est beau et prêt pour l’année ! Wouai !!!

Je ne comprends pas le plaisir, l’intérêt que peuvent avoir certaines personnes à altérer des messages pour construire des mensonges qui nous laissent dubitatifs et nous font manquer de confiance en tout ce que nous voyons. Suite aux avis tronqués, détournés  à propos de Mme Ben Kassem ou aux ronds-points escamotés, cela sert à quoi ? A qui ?

Je peux, sinon admettre et conseiller le fait, du moins comprendre les motivations de quelqu’un qui aurait quelque chose à gagner dans une manipulation quelconque. Mais des choses comme cela ne servent à personne ! Le quidam qui balance ces faux messages ne voit même pas la tête des gens qui le reçoivent et ne peut prendre plaisir à les avoir abusés ?

Cela me fait rager car j’ai tant cru et espéré quand j’ai entendu au début parler d’Internet sans même jamais rêver de pouvoir un  jour y accéder! Un endroit où chacun pourrait partager ce qu’il sait, ce qu’il connait et où  chacun pourrait trouver des réponses à ses questions ! J’ai TANT besoin de cela…

Mais nous avons les amis, et cela reste merveilleux et inaltérable. En effet chacun de nous, réunis par nos affinités mais de race, de cultures, de talents, de parcours différents avons à recevoir et à offrir aux autres, à partager ce que nous nous sommes donnés la peine d’apprendre ou ce que la vie nous a enseigné, à coups de pieds aux fesses parfois…. Merci à vous ! J’ai besoin de ce que vous savez, j’ai besoin de votre cœur et de votre intelligence !

 

En parlant avec d’autres je m’aperçois que tout le monde n’ose pas utiliser les poissons en conserves autrement que froids, accompagnés au mieux d’une salade de légumes. Thon, sardines, maquereaux, harengs moules à l’escabèche etc…pour nous ils deviennent des plats chauds accompagnés de légumes, de riz ou de pâtes,  cuisinés ou pas. En général je ne fais pas « cuire » les filets, je les mets au dernier moment à réchauffer avec le plat et je me sers du jus de la boîte pour monter des sauces délicieuses ! Et ne pas oublier les soupes !

Nous avions pris un sac de paëlla, bien meilleure qu’en boîte. Mais c’est un peu trop, même avec Michel à table !!! (et le midi Patapouf n’est pas là ! ;-) Il m’en reste la valeur d’un pot à confiture. Je le garde pour le lendemain et cela fait de fameuses soupes !!!!

Les sardines se grillent très bien, à la poêle ou au four. Seul inconvénient : la maison en est parfumée du sol au plafond !

Non seulement j’en fais « tout un plat » -ahaha- mais aussi des boulettes, des croquettes, voire des beignets !

Si vous ne l’avez jamais fait…Essayez ! Je suis certaine que vous allez découvrir de nouvelles recettes ! Enfin…Si vous aimez le poisson, bien entendu ! Et nous sommes vendredi, c’est le jour ! …C’est pourquoi j’y pense…

Gi ! Tu es déjà en route mais nous allons penser bien fort à toi !!!

La montagne est tango, il devrait faire beau, alors profitez-en chers amis et, vous qui avez un jardin et pouvez-vous déplacer, vous allez peut-être découvrir ce début de renaissance sous les feuilles mortes, c’est tellement encourageant et chaque fois un tel émerveillement ! Le miracle de vie !

Avec toute mon affection enthousiaste, à pleins bras pour chacun de vous !

LN

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de helenedurio.over-blog.com
  • Le blog de helenedurio.over-blog.com
  • : ttextes , histoires, peintures et photos du quotidien isolé en montagne Correzienne
  • Contact

Recherche