Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 08:26
les billes 1-16-09-14-052
les billes 1-16-09-14-052

Bonjour chers amis !

Ca y est ! Vous allez pouvoir lire quelque chose d’un tout petit peu plus distrayant que la pluie et la fraîcheur qui retombe sur notre contrée !

Je me suis dépêchée hier de faire cette illustration, j’aurais dû soigner plus mais j’espère que vous me pardonnerez, cela reste entre nous !

J’espère pouvoir faire celui qui me manque aujourd’hui car il y aura 5 morceaux à cette histoire.

Rassurez-vous, vous survivrez facilement au suspens !

1-LES BILLES….

Trois gamins en culottes courtes dévalent la prairie devant la ferme en criant de joie, soutenant curieusement leur poche de la main.

Ils s’arrêtent essoufflés, ravis après une bonne dégringolade puis, échangeant un regard de connivence, s’accroupissent d’un même geste, leurs jeunes genoux ronds et durs se touchant presque. Avec des gestes lourds de secret, ils sortent de leurs poches leurs trésors….

Dans leurs petites mains brillent…des billes ! Six chacun !

Pas des billes en terre brunes et écaillées comme ils en gagnent parfois dans la cour de l’école ! Non ! Des « yeux de chat » en verre, avec cette petite flamme légèrement vrillée, colorée, figée au milieu, ces joyaux issus de la pierre et du feu.

Ces billes sont très chères et c’est leur oncle qui les leur a offertes. Ô le précieux cadeau ! Doublement accueilli pour la beauté et le luxe qu’elles représentent, mais aussi pour le prestige qu’ils vont gagner auprès des petits copains ! Ces petits garçons ne sont déjà plus des anges!!!

Ils découvrent, admirent, ferment un œil pour regarder à travers ces jolies boules la lumière qui s’irise au travers, les caressent doucement du bout des doigts, dans le creux de la paume pour en retirer toutes ces sensations de glisse et de douceur, découvrant des sensations nouvelles.

Ils ne peuvent faire rouler ces merveilles à cause des éteules de foin séché par l’été, alors ils décident de jouer au lancer, comme un peu à la pétanque bien qu’ils n’aient jamais entendu parler de ce jeu.

Ainsi, petit espace par petit espace, ils descendent la colline en oubliant le monde qui les entoure, passionnés à viser ces petits éclats de lumière, dans la concentration que peuvent avoir les enfants qui s’amusent.

En haut du poirier, un autre personnage observe et les envie… Une pie ! Elle aussi n’a jamais rien vu d’aussi beau depuis que la tante a oublié, sur la table de dehors, sa broche qui maintenant dort dans le nid de l’oiseau. Ô comme elle les veut ces jolies billes !

Tellement qu’elle n’y tient plus et plonge sur les enfants espérant leur en voler au moins une au passage.

Mais les enfants ont plus de réflexe qu’elle n’avait calculé. Ils se sont dressé tous les trois les bras en l’air pour protéger leur bien et leurs têtes, la pie n’a d’autre choix que de se sauver en sautant dans les herbes.

Les gamins détournés de leur objectif premier se trouvent là un autre jeu tout aussi passionnant, invectivant l’oiseau, oubliant les billes, et se mettent à courir derrière la pie en faisant de grands gestes en criant. Ce qui amuse beaucoup le volatile qui se venge de sa défaite en courant devant, tout en gardant une bonne longueur et sachant fort bien que s’il venait que les enfants puissent la distancer elle n’aurait qu’un coup d’ailes à donner pour leur échapper !

Les enfants commencèrent à arracher des touffes d’herbes tout en galopant pour les lui jeter. Quand ils arrivèrent près de l’endroit où le grand–père avait coupé du bois, ils trouvèrent dans ce grand rond de sciure et de branches des éclats qui firent d’excellents projectiles. Leur maladresse protégeait l’oiseau qui s’envola en leur criant des mots que, par courtoisie, je ne vous traduirai pas, et qu’heureusement les enfants ne comprirent pas non plus.

C’est à cet instant précisément que leur grande sœur les appela de la ferme tout en haut de la colline !

Les enfants réveillés de leur engouement dans cette petite guerre s’aperçurent avec horreur qu’ils étaient près du « trou » !!!

Vite, vite au risque des pires punitions, il fallait remonter et ne pas laisser quiconque deviner qu’ils étaient descendus si bas… Peut-être leur sœur n’a-t-elle pas pu voir… Vite, vite remonter, retrouver leurs billes laissées sur place et les glisser dans leur poche tout en courant et remontant le terrain.

A suivre….

Et à demain !

Je vous souhaite une excellente journée, avec un peu de chauffage, une petite veste et la chaleur de mes amitiés pour le cœur !

LN

PS: J'ai réuni tous les dessins à la même date que le premier qui arrivera plus tard afin qu'ils se classent ensemble.

Partager cet article

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

gi 19/09/2016 08:49

ici aussi il commence à faire froid et hier j'ai mis une gde couette, en début de nuit j'ai cru que j'avais exagéré mais ds la nuit j'étais très contente d'en sentir sa chaleur !!
A savoir si la pie plus leste qu'eux n'est pas allée leur prendre 1 ou 2 billes ? j'aime bien tes ptes histoires, je n'ai pas eu la chance que quelqu'un m'en raconte ou m'en lise !!!
Le vent est froid aussi attention aux 1° rhumes. Bonne journée. Bisous. gi

LN 19/09/2016 08:56

Bonjour GI! Toujours bien matinale!
Maman pour nous tenir tranquilles lisait parfois tout haut pour nous. Nous étions assises autour d'une table ronde. Elle nous lisait l'Aiglon ou Cyrano de Bergerac mais aussi des contes d'Andersen ou de Perraud et elle savait si bien lire! C'étaient des moments spéciaux, riches et qui me laissent à jamais des oasis de paix et d'emerveillement.
Hélas je ne pourrai jamais te donner cette magnifique impression, mais maintenant tu peux, comme moi, continuer à dévorer tout ce qui te passe dans les mains!
Bonne journée et merci pour les images d'Islande de ton blog c'est magnifique ces ciels!!!
Gros isous!!!
LN

Présentation

  • : Le blog de helenedurio.over-blog.com
  • Le blog de helenedurio.over-blog.com
  • : ttextes , histoires, peintures et photos du quotidien isolé en montagne Correzienne
  • Contact

Recherche