Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2018 5 02 /11 /novembre /2018 08:47

10-10-10-130

Bonjour à tous !

 

Une petite pluie fine qui entre bien dans le sol et ne dévale pas directement à la mer…Mais à ce train-là ce n’est pas prêt de remplir les sources !

Châtaignes en écoutant un film sans parole…Oui c’est un comble mais c’est vrai. Un petit robot Disney qui fait des bruits et dont on ne peut suivre l’action qu’en regardant, mais moi j’avais les yeux marrons, si je puis dire. (Et ils sont effectivement marrons.)Pourtant Michel gentiment me servait de voix off et me signalait les actions importantes  et après le diner nous avons fini de regarder le film.WALL-E.

Bruyant, brouillon, pas très clair du moins pour moi par moments, mais l’intention est excellente… Précaution ou prémonition ? Des trouvailles multiples, des grâces exquises…à revoir pour rattraper des détails échappés….

 

Puis, Ô merveille ! Hier je me suis jetée dans mes papiers, cutters, crayons et ciseaux à la recherche d’une façon pour confectionner une idée de carte qui me trotte dans la tête depuis des mois. Souvent entre l’imagination et la réalisation il y a un gouffre ! Mais je n’ai pas mal avancé, cherchant l’économie d’encre et de temps, car je dois aller à Ussel pour en acheter ! Pas du temps, hélas, mais de l’encre ! C’est bien moins cher qu’à Egletons !

Faire cela me repose car je ne pense à rien d’autre, je n’ai plus de craintes ni de soucis, je suis dans la Xe dimension ! ahahah !

Mais voici le deuxième chapitre de Titom si vous avez envie de continuer. Rien ne vous y oblige !

A ce propos j’ai vu  depuis que j’avais laissé une faute que je fais sans cesse à « décidément », je n’arrive pas à m’en guérir…Peut-être y en a-t-il  bien d’autres et je vous prie de bien vouloir m’en pardonner !

 

TITOM 2/3

C’est le début de l’après-midi, les tantes sont à leurs répétitions et Titom est accueilli par les ors de cette belle journée d’automne. Il ouvre des yeux ravis, tourne la tête en tous sens, il se remplit de bonheur, juste la chance d’être là, à cet instant, dans cette gloire de la nature ! Il n’est plus Titom, il est Edouard comme il avait été baptisé, il n’est plus tordu, il est un jeune de 21 ans avec ses espérances, et ses droits. Il se gonfle de cet air doux chargé des effluves de pétrichor tout en marchant maladroitement mais sans même y prendre garde. Il ne voit pas les passants qui le regardent de biais pour ne pas prendre le risque de rencontrer ses yeux et devoir lui adresser au moins un mot ou un sourire.

Oh la jolie feuille ! C’est du platane, il connait ! Il la ramasse, la tourne, la renifle … Un homme le voit, une seconde et hausse les épaules… Titom n’a pas fait attention tout à ses découvertes… Elle est magnifique cette feuille dorée et parfaitement découpée ! Tiens et celle-là… Et puis une autre… ET il glisse ses feuilles dans son grand sac.

Titom ne voit plus que les feuilles, nomme à haute voix en doublant les syllabes bien contre sa volonté, les arbres qui les ont laissées tomber, sans prendre garde si quelqu’un l’écoute… Il marche, il cueille, il garde, son sac se gonfle…Il passe de l’avenue à une rue et une autre, le long des parcs et des jardins derrières leurs hautes grilles fermées, il découvre des petits bois au bout de ruelles, il tourne, il ne sait où il va mais il marche sans relâche, sans porter attention à ses hanches qui commencent à le blesser, à son sac qui s’alourdit, il s’enivre des senteurs de jardins humides, il se sent riche et comblé…

La soirée s’avance et Titom avance toujours. Il a parcouru la Haute ville, puis les alentours de la banlieue, il  voyagé comme il ne l’avait jamais fait, il découvre, il est Christophe Colomb, Bougainville, il est Cousteau et cela le fait sourire car il pense « Costaud » !

Son sac plein de feuilles de toutes les couleurs de feu pèse sur son épaule et Titom remonte vers la ville… Vers la Grand Place.

Il commence à faire sombre, il n’est pas très tard mais le ciel se charge de nuages et la nuit tombe vite en fin d’octobre… Titom approche du théâtre et va droit au guichet d’accueil.

La dame assise derrière la vitre est quelque peu surprise, voir inquiète et pense instinctivement «  mais c’est QUOI ça ? » et se reprend immédiatement alors qu’elle se penche pour demander :

-« C’est pourquoi …Monsieur, hésite-t-elle…

- C’est p-p-pour le spect----show !

- Pour le concours de théatre ?

-Oui mad-dadame !

-Mais il est trop tard pour s’inscrire c’est déjà commencé !

-Je-je-je…Et fait un geste vers la tablette devant la dame pour désigner le carnet et le crayon…

Il insiste, la dame regarde le papier, regarde Titom qui lui montre sa bouche, sa gorge…

-Vous voulez écrire ?

Titom secoue la tête, reconnaissant pour l’effort de cette femme qui le comprend et lui tend ce qu’il demande.

Avec un sourire à l’adresse de la caissière il pose son sac sur le sol attrape le carnet et le stylo et il écrit :

- Je voudrais faire un spectacle moi aussi. Je suis déglingué mais pas idiot, s’il vous plait donnez-moi cette chance que je n’aurai pas deux fois, laissez-moi faire mon spectacle, je vous en prie…

La dame est touchée, elle relève la tête d’au-dessus de sa lecture pour regarder Titom droit dans les yeux et là, quelque chose se passe… Elle comprend, elle devine le besoin passionné du garçon de faire quelque chose pour être VU, reconnu autrement que sur son apparence volée par le sort… Elle l’admire lui et son courage et Titom le voit dans son sourire ouvert et chaleureux…

-« Vous pensez être suffisamment fort pour supporter si ça rate ? Si les gens se moquent ? »

Titom accepte cette probabilité d’un hochement vertical de la tête…

-Cela peut faire très mal, je ne sais si…

Titom secoue la tête vigoureusement. Il a choisi. Il a décidé. Il veut.

-Bon écoutez, cette compétition est absolument libre, je ne me vois pas le droit de vous empêcher de participer. La seule chose c’est que vous serez le dernier et la clause est qu’à 23h 30, quel que soit le nombre de ceux qui ont fait leur numéro et que celui en cours soit terminé ou non, les lumières seront fermées sur scène et les auditions finies. Vous risquez de ne pas passer selon la longueur des autres sketches ou d’être coupé… Voulez-vous vraiment prendre ce risque ?

-Oui Madd-aame explose Titom.

La dame lui enregistre un ticket et au moment de le lui donner, elle le retient un instant alors que Titom l’a déjà au bout des doigts, elle regarde ce jeune homme avec émotion et lui souhaite bonne chance de toute la sincérité de ses espoirs pour une réussite qui récompenserait l’audace de Titom.

Le cœur de notre ami est gonflé de confiance et de tendresse et après avoir remercié, il fouille dans son sac, sort une belle feuille rouge sang de liquidambar et la tend à la caissière émue.

Puis il va s’installer dans la salle désignée par un panneau afin d’attendre son tour. Là il voit les tantes qui sont prêtes à défaillir en le découvrant. La plus âgée se lève à sa rencontre pour lui intimer de retourner à la maison, il n’a rien à faire là, qu’est-ce qu’il a encore inventé pour lui pourrir la vie ? Mais les autres participants qui répètent leur texte en silence sont gênés et protestent en disant à la tante de garder sa place et se taire sinon qu’elle s’en aille.

La tante va rejoindre sa sœur, toutes deux rouges de colère et de honte imbécile et fusillant Titom du regard…

A suivre…

 

Bonne journée pour chacun de vous les amis ! Ne regardez pas la grisaille mais la lumière qui est en vous et, si elle est en baisse, soufflez gentiment dessus pour la rallumer !!!

Avec ma tendresse bien sûr, ça peut aider !

LN

Partager cet article
Repost0

commentaires