Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 08:39
CHATS-Lachouette et lesTwins
CHATS-Lachouette et lesTwins

Bonjour chers tous!

Hier soir j’étais au bord de la méningite.

Je voulais rajouter une liste nouvelle à mon ancienne liste des dessins que je vous pose, sinon je ne pourrai jamais me rappeler ce que je vous ai déjà montré.

Galère !

Il faut dire que j’ai des titres en lettres et des titres en chiffres et des choses bizarres, car j’ai installé tout ceci au fur et à mesure de ma compréhension du système !

Et ce fut looong ! ;-)

Je voulais ajouter sur les feuilles déjà faites, puis demander à trier, mais impossible.

J’ai fait sur Excel, sur Word, dans un sens, dans l’autre, je me suis perdue, je n’avais plus ma nouvelle liste, j’ai mis quoi ? où ? Je ne sais plus, bref, complètement perdue et le temps passait ! Et le téléphone sonnait !

Il était 19h20 quand j’ai pu crier EUREKA en sautant de ma baignoire de sueur intellectuelle !!!!

J’ai trouvé.

A la relecture il y avait une petite erreur d’une prise de chiffre, je l’ai corrigée et j’ai recommencé et mon deuxième tirage a une anomalie d’espaces de lignes à un moment mais là…il fallait aller faire la soupe !!! Ça ira !

OUF.

Et je vous avais promis un texte de Martine Goblet, le voici ! REGALEZ-VOUS !!!!!

« PORTE ENTR’ OUVERTE

Un samedi dans l’éternité,

J'ai pris ta main, et nous avons fermé les yeux, emportés par le même rêve, des instants fragiles et doux de la vie.

Nous avons franchi les barrières du temps, et oublié les quelques rancunes qui nous visitaient parfois. J'ai retrouvé la saveur de tes baisers, la couleur de tes yeux. Dans le même souffle réuni, nous avons laissé nos âmes vagabonder.

Je me suis retrouvée prisonnière de mes pensées.

Alors sont apparues quelques gouttes de rires, lorsque le monde bleuissait sous ton amour. Pour des instants de rêve j’avais inventé la couleur de la lumière, cueilli le ciel de tes regards, apprivoisé les mains voraces de la passion, découvert le tremblement secret de ton âme : j’avais gravé sur les sentiers de mon désir le mot Amour.

Maintenant, je reste là, près de toi, accrochée à nos vies, ma peau goûtant la tienne par ce simple mais majestueux lien de la main, je suis là, respirant à ton rythme, frémissante de tendresse et de ferveur. Le ciel dehors peut devenir ténèbres, je retiendrai les larmes pour les mêler aux flots de ma solitude.

Je suis là, comme un frêle espoir de bonheur tissé sur les mondes à venir, sur les blouses blanches de ma confiance, sur les tuyaux qui te retiennent encore, comme une preuve de ta lutte acharnée. Je sais que viendra le temps du départ, dans un silence replié, dans un air de lassitude, sans détresse, sur la frégate de la victoire. Car, sur les océans inquiets de l'ignorance, les vagues de l'oubli n'effaceront rien, et nous aurons gagné notre humanité.

Mais, déjà je t'entends murmurer au cœur de mon esprit ces quelques mots qui illumineront le temps loin de tes jours, proches de mes nuits :

« Disparu, décédé, n’écoute pas les mots de l’absence ; la passion ignore les frontières du temps, et de l’espace. Je serai là.

L’amour est la respiration de l’éternité, le souffle des mondes inconnus »…

Là, près de toi, j'oublie le futur, je vis le présent dans un miracle sans cesse renouvelé ; les aveux trop simples, trop étroits, prennent leur véritable envol pour envahir chaque instant de mon être : "je t'aime" ; ils sont notre triomphe sur ta mort … Et je n’ai plus peur. Plus aucune crainte n’envahira mon esprit car j’ai semé le désert de fleurs d’espérance, ouvert les cieux pour capturer mon étoile, emprisonné un nuage pour graver l’ourlet de tes lèvres ; j’ai inventé l’infini ; là près de toi, le temps nous appartient. Danseront les jours, les semaines, les années, jamais je ne pourrai t’oublier.

Parce que c’est toi…

Parce que c’est moi…

Parce que je t’aime…

Que tes souvenirs soient le Présent de ton Futur. »

Martine GOBLET

J’espère que cela vous a plu autant qu’à moi, ce sont des textes que je relis plusieurs fois car on risque toujours de laisser passer quelques perles ici et là !

Que l’amour règne et ne perdez pas de temps à vous construire de beaux souvenirs !

Bonne journée à tous et plein d’amitié, et en plus, le soleil va briller !!! Si, si ! derrière le brouillard j’ai vu le bout de son nez !!!

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 08:23
brouillard-10-07-21-072
brouillard-10-07-21-072

Bonjour les navigants du Web!!!

Là au moins vous avez du courant d’eau, il a bien plu.

Hier j’ai passé « mon temps à moi » à répondre à la Cordée Epistolaire. Vous vous souvenez, c’est un courrier groupé entre plusieurs personnes de l’APF. Cette cordée avait été interrompue par une personne malade qui n’avait pu faire suivre, mais les gentilles personnes de l’APF se sont démenées et ont réussi à la remettre en route.

Evidemment la Cordée Electronique est plus intéressante car c’est presque du quotidien, donc plus vivant et plus proche. Mais par courrier ce n’est pas mal non plus et cela permet à ces personnes de recevoir quelque chose d’amical. C’est tellement important de temps en temps de trouver dans sa boîte autre chose que des factures !

A propos, nous avons reçu deux factures à payer pour quelque chose que nous avons déjà payé, et comble, les deux factures n’ont pas le même montant !!!! Faut l’faire !!!! Des gens bien organisés !

Et puis nous nous sommes mises d’accord Gi et moi, son petit chien c’est bien JORKY. Maintenant je vais tout mélanger !!! Mais son petit chien s’en moque, du moment qu’on l’appelle il répond !

Les pommes de terre que nous avons achetées m’ont un petit peu déçues car elles ne sont pas très bonnes pour la soupe, surtout la soupe moulinée comme je préfère. Rassurez-vous elles seront bonnes et mangées tout de même !

Mais si je mouline, non seulement elles ne se délitent pas en purée comme les nôtres, mais en plus elles font de la colle et là, non merci !

J’ai cherché dans ma petite tête et j’ai commencé à faire des soupes en plusieurs casseroles une pour les patates en morceaux et le reste dans une autre et mouliné etc… En effet je fais souvent des soupes avec des restes ou un bout de truc et un bout de machin, et il n’est pas forcément intéressant de faire une recherche pour savoir de quel naufrage vient cette épave, ni qu’il n’y ait qu’une personne qui profite du bout de lardon ! (Je ne parle pas d’enfant, je précise.)

Puis je me suis rappelée que le riz parfois colle un peu, mais que si il est lavé il se détache bien mieux.
Alors j’ai coupé mes pommes de terre en tout petits morceaux que j’ai bien lavés et ça marche ! Hélas elles ne s’ « aboudrillent » pas comme on disait dans le Berry, en purée onctueuse ,elles restent en petites parcelles, mais au moins, pas de colle. OUF
!

Et puisqu’on est dans les pommes, l’orage et le vent ont fait tomber nos deux pommes de l’arbre que nous surveillions. Michel avait dit « une chacun ». Prudente j’ai dit : « Coupons-en une en deux, si elle n’est pas assez mûre cela donnera une chance à l’autre »

J’ai bien fait car en effet elle n’est pas assez mûre, acide mes yeux tournaient comme les billes du loto en plein tirage ! Mais elle était très bonne, juteuse et prometteuse ! J’espère que l’autre tiendra le coup !!!!

Devinette…

Que sera cette nouvelle journée ?

Et bien nous y répondrons demain après l’avoir vécue au mieux de nos possibilités et courage !

Et demain Martine Goblet, dont je vous ai déjà mis de texte, vous offrira un très beau poème !

Eh bien dites-moi, cela en fait des raisons de vivre ahahaah !!!

Sur ce grand sourire gentiment moqueur je vous envoie mes grands bras pour entourer vos épaules et vous « huger » comme font les américains, ceci de toute la chaleur de mon amitié !

Bonne journée à tous !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 08:23
DÔME EN TRAVAUX.
DÔME EN TRAVAUX.

Bonjour chers amis,

Mésange m’a demandé, discrètement, de quoi il était question quand je parlais du « dôme de Michel ».

Alors le voilà :

Michel est couvreur. Il travaillait essentiellement sur Paris où les toits sont d’ardoises ou de zinc, parfois de cuivre aussi. Mais la majeure partie du travail de Michel fut le zinc.

L’ouvrage en zinc c’est de la couture, je dirais… tout simplement… Entendons-nous quand je dis simplement ! Je parle du principe.

On y retrouve d’ailleurs le même vocabulaire. Il fait des manchettes, des collerettes, des jupes, des coutures, des ourlets, des pinces etc…

Seulement contrairement à la couture, pas question de tricher en tirant ou en fronçant légèrement pour que cela s’adapte. Il faut des mesures très précises et…installé le plus souvent en équilibre et en hauteur histoire de corser l’exercice.

Il n’y a pas de toit qui soit régulier, égal à un autre, et les équerrages se sont toujours déformés avec le temps si toutefois ils ont été respectés au départ. Il faut donc chaque fois réinventer et quand il faut préparer un patron, ce n’est pas l’acheter mais le créer.

Pour « coudre » les pièces c’est le plus souvent les pinces ou la soudure, décapage à l’acide puis soudure à l’étain, à chaud.

L’étanchéité est souvent complétée par des bandes de plomb, plus souple et plus lourd, martelé, écrasé sur les endroits délicats. Particulièrement au bord du ciment ou plâtre comme un pied de cheminée.

Pour les ardoises c’est différent et là vous savez mieux comment cela se passe, un peu comme les tuiles, sauf qu’il faut faire un trou ou deux dans chaque et les clouer ou les poser sur des crochets eux-même accrochés aux liteaux, fines barres de bois. Il faut poser les ardoises se chevauchant d’une certaine façon sur les quatre cotés afin que l’eau ne s’infiltre pas. Là encore il y a une proportion à calculer selon la pente du toit, la direction du toit, la région où est la maison à savoir s’il pleut et neige beaucoup ou pas.

On retrouve quelques passages de zinc et de plomb à certains endroits où c’est nécessaire.

Et puis un jour on a demandé à Michel s’il accepterait de refaire la toiture du dôme que vous voyez, en très mauvais état, à gauche de mon montage photos.

Ah que oui !

Il en rêvait mon bonhomme ! Un travail d’orfèvre pour mon artiste !

Mais vous savez ce qu’il en est des chantiers, ça traîne entre les architectes, les autorisations, les propriétaires, les banques des propriétaires etc… Et Michel était à la limite de partir en retraite…

Il commençait à perdre espoir quand, enfin, ça y est, il a le feu au vert…et aux fesses, trop content de s’attaquer à ce monument parisien.

Il a travaillé seul avec un ouvrier dont nous gardons un excellent souvenir pour son travail et pour l’homme qu’il est. Consciencieux, discret, régulier et courageux. Un homme de confiance.

D’abord il a fallu monter l’échafaudage. Vous le voyez en image 2. Tout ceci à la corde, aux planches et aux biceps. Je ne saurais vous dire la hauteur de l’immeuble mais les quatre immeubles qui font les quatre coins de ce quartier font partie des plus hauts de Paris avant qu’on invente toutes les tours !

Michel a reçu les félicitations de l’architecte déjà rien que pour l’échafaudage.

C’est drôle sur la photo on dirait un soldat paré pour la pluie assis dans un baquet !!!!

Pour commencer il faut tout nettoyer, arracher, démolir et évacuer.

Ensuite pose des voliges. Image 3. Ce sont les planches de bois sur lesquelles viendront s’accrocher les ardoises.
Comme il est difficile d’arrondir le bois, il faut calculer avec certaines pentes, selon des traçages, afin de suivre le volum
e.

Puis vient l’Art :

Il faut convertir les rangées d’ardoises pour suivre les courbes horizontales et verticales du dôme.

Si vous regardez attentivement vous pouvez deviner les lignes tracées avec une ficelle et de la poudre qui marquent les fuseaux du sommet jusqu’en bas afin de délimiter des « tranches » comme celles d’une orange. Bon ce n’est pas exactement cela mais je vous simplifie !

Ensuite, en partant du bas, photo 3, les ardoises sont taillées une à une sur la lame que vous voyez fichée à droite afin de rétrécir jusqu’en haut et s’appuyer sur la forme. Et souvenez-vous que chacune est calculée pour se recouvrir en partie avec les voisines.

Je ne demanderai pas de correction à mon mari il m’embarquerait dans des explications techniques que je ne saurais transcrire, mais en gros, je suis certaine que vous en devinez suffisamment et comme je ne pense pas que vous ayez l’intention de couvrir un dôme ces jours-ci, cela devrait suffire à votre connaissance.
Maintenant si vous avez besoin de conseils techniques pour votre château, adressez-vous directement à Michel
!

Amusant :

C’est dans un appartement sous ce dôme qu’ont été tournés les films de Navarro avec Roger Hanin ! Michel les voyait faire le tournage.

Mais il n’y a pas que les Navarro ! Il nous arrive souvent de reconnaître l’endroit avec le pont Bir-Hakeim si particulier dans un film télévisé. Je pense qu’un des appartements doit appartenir à une compagnie de réalisateurs.

Une fois le dôme fini et la réception des travaux, il était temps de prendre notre retraite et de venir en Corrèze !

Mais avouez que c’est une sacrée chance de couronner une carrière ainsi !!!

Les toits de Michel sont faits pour longtemps et quand nous allions encore à Paris, il regardait avec plaisir ses chantiers en disant : « Dans 50 ans cela n’aura pas bougé ! ». Ceux de cuivre seront pour encore plus longtemps car c’est le matériau qui s’use et le cuivre est bien plus résistant !

Pardon, c’est un peu long, mais je ne pouvais le faire plus court, nous gardons un excellent souvenir de cette époque et je suis heureuse de le revivre en le partageant avec vous, mes amis !!!

Je vous souhaite une excellente journée et vous envoie mes chaleureuses amitiés !!!

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 08:32
DSCF6471
DSCF6471

Bonjour chers tous!

Que d’eau, que d’eau aurait dit…Mac Mahon Je crois…

J’avais tout débranché, la télévision, non pas le poste mais le film, sautait, cliquetait et hachait le son d’images figées, dommage c’était un film avec des illogismes flagrants, mais les intentions étaient bonnes ! Et de beaux indiens aux fiers visages !Heureusement nous avons pu voir la fin…Happy end ! mais incroyable tout autant que le reste…

Ce matin les couleurs vertes et or sont fortes d’humidité contre le brouillard, étrange et mystérieux…

Ca y est, les CHICOUFs sont partis?

Je reconnais aimer beaucoup ce nouveau mot qui exprime avec un humour tendre ce que nous ressentons nous les grands parents, quand les petits enfants arrivent en vacances. Nous sommes si contents de les voir arriver…et pas mécontents de les voir partir car nous sommes alors sur les genoux ! ahahah

Dire que je pensais pourvoir faire calmement mon courrier en retard, mais non ! L’électricité du ciel a agacé l’électricité des fils et faisait cliqueter dangereusement l’ordinateur. J’ai donc préféré l’éteindre et attendre la fin des hostilités entre les deux puissances.

J’ai rejoint Michel sur le canapé, pas envie de faire du ménage, et regardé la fin de Barnabee, un film anglais avec série de meurtres horribles (pas ma tasse de thé) style Agatha Christie et imbroglio de l’histoire dans laquelle on a bien du mal à suivre. (Surtout en le prenant en marche !) Mais en revanche, en général, nous avons droit à voir de fort beaux cottages aux jardins fleuris comme seuls les anglais savent faire !

La chaleur animale du mari au creux du divan, le chat « Lasouris » ronronnant et doux sur les jambes, si le film ne m’intéressait pas particulièrement, ma situation était néanmoins enviable !

Jusqu’au moment où Michel a fait un geste pour attraper la télécommande à la fin du film et le chat, pas très habitué à venir se détendre avec nous, a jailli comme une fusée en me plantant 20 griffes dans les jambes ! Pas très profond mais suffisamment tout de même pour que je puisse facilement apprécier !

Il était temps que je remonte à ma tour, mais du coup j’avais froid du changement de situation !!!

Rassurez-vous, cela n’a pas duré, Michel est allé secouer la cuisinière et la température a remonté dans la maison.

Il a fait gris humide. Michel a tout de même pu aller poser quelques tôles provisoires sur les tas de bois. Je ne sais si elles ne se sont pas envolées cette nuit. Nous avons une grande bâche mais il va falloir la plier en trois, elle est immense, nous préfèrerions attendre et acheter un plastique à la taille plutôt que de planter des clous dans cette grande surface impeccable…

Je suis allée un peu avant prendre des photos et là vous pouvez voir et notre cher J9 et le double tas de bois qui est derrière lui. Il y en a un autre plus petit à l’étage supérieur du terrain que vous ne pouvez admirer là, mais que vous avez aperçu derrière le fournil. ;-)

J’espère que les orages me laisseront travailler aujourd’hui, je vais recommencer à être coincée maintenant que tous mes ouvrages sont dans cette boîte magique !!!

Je vous souhaite à tous une journée calme et confortable au chaud et je vous envoie toutes mes amitiés !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 08:32
DSCF6460
DSCF6460

Bonjour chers amis!!!

Un peu de calme sinon de raison!

Michel a fini de décharger le dernier voyage de bois…

Un peu de nostalgie, ce sera le dernier…

En effet là nous avons du bois pour à peu près deux ans.
Mais le camion n’en peut vraiment plus. Hier matin la roue frottait sur la carrosserie, les amortisseurs sont épuisé
s.

De plus, dans deux ans, qui sait dans quel état nous serons et si nous pourrons encore charrier ce bois ?

Et même si nous en aurons encore besoin….

Mais ne soyez pas tristes mes amis, nous avons eu une chance incroyable.

Nous terminons ce boulot en apothéose !

Nous avons eu la chance d’un temps exceptionnellement beau qui nous a laissé finir jusqu’au bout notre ouvrage. Tout s’est bien passé, en contact avec le propriétaire qui est un homme charmant, le camion a tenu à nous ramener sains et saufs jusqu’au bout, et nous avons vécu des journées de joie et de tendresse complice qui resteront parmi nos merveilleux souvenirs jusqu’à la fin de nos jours.

C’est un souvenir de lumières, de couleurs et de chaleurs physique et humaines !!!

Peut-on demander plus ?

Merci la Vie !

Nous avions eu cette même chance quand Michel a décroché le chantier de son dôme juste en fin de carrière, un travail extrêmement délicat qu’il a pu mener à la perfection et qui nous laisse un sentiment de travail bien fait, d’une carrière bien remplie et d’un métier accompli.

Merci la Vie !

La grisaille va revenir, la météo l’a annoncé, mais nous avons vraiment bien profité de ce mois d’octobre exceptionnellement beau !

Je vais peut-être faire une chasse aux araignées. Les protéger je suis d’accord, mais je voudrais bien pouvoir rester dans la maison, or elles prennent de plus en plus de place ! Je pense jouer du plumeau très bientôt !

A propos de plumeau, j’ai trouvé un morceau d’aile d’ange sur le parking du super marché !

Bon, d’accord ce n’est qu’une branche de plante que l’on voit au milieu des massifs de grands espaces, mais elle était aplatie comme une énorme plume ! Je n’ai pas résisté à la rapporter à la maison! Reste le mystère : que faisait-elle là, couchée sur le bitume du supermarché ? Difficile à un oiseau de la transporter jusque-là ! Ou alors c’est vraiment un « bel oiseau » ! Et je ne pense pas que les avions, qui tout compte fait sont de gros oiseaux, arrivent à cueillir des fleurs pour les semer plus loin !

Un amoureux original voulait-il déclarer sa flamme avec cette hampe en place de rose ? Tiens, pourquoi pas ?

Ou alors notre ange gardien voulait-il nous laisser un souvenir tangible de nos aventures de bois en me laissant ce morceau d’aile… A mon avis ce doit être cela !

Merci notre Ange Gardien !

Allez, chers amis, c’est dimanche, et un dimanche de Toussaint, avec brouillard comme il se doit, et, si cela se trouve, vous êtes débordés de visites, un peu bousculés à l’étroit par le supplément d’habitants dans votre univers, mais en même temps tellement contents de retrouver votre parentèle !!!

Demain le calme reviendra et le plaisir d’avoir bien vécus ces jours bousculés… encore une fois !

Je vous envoie mes chaleureuses amitiés à tous !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 08:26
Paysage-14-10-31-116
Paysage-14-10-31-116

Bonjour à vous tous!!!

Cette Toussaint ensoleillée est incroyable! Peut-être serez-vous en famille? Que tout se passe bien et que le souvenir des disparus vous apaise!

Si nous allons bien et si hier matin fut aussi joyeux que d’habitude, je ne peux m’empêcher d’être blessée par ce qui arrive à ceux que j’aime…

Et en ce moment c’est l’avalanche et mon impuissance à les aider me navre.

Il y a des séparations et des situations impossibles où le serpent se mord la queue dans un imbroglio de lois.

Il y a une femme qui a mangé ses économies à sauver son fils de la drogue et se retrouve sans un sou, sa pension ne suffisant pas à les nourrir, et lui incapable de trouver un emploi stable.

Une autre qui se bat pour sauver ses gosses dans la drogue également, qui frappe à toutes les portes qu’on lui ferme gentiment au nez, personne ne peut l’aider, ni de loi, ni autre….

Et il y a ceux qui tirent sur les ambulances dans ce cas. Et il y en a toujours. Ça me désole encore plus. C’est mesquin.

Mais j’ai une jolie phrase à vous soumettre avec la permission de son auteur :

« L’amour, sous toutes ses formes, est un chemin semé de roses et de ronces. Il nous apprend à vivre avec des épines plantées au fond du cœur mais aussi à respirer le parfum des roses et à savourer le goût des mûres… »

Dominique BONIN

Oui c’est la maman de l’artiste peintre dont je vous ai déjà montré les tableaux, une famille d’artistes !

Il n’y aura pas de grand discours aujourd’hui car j’ai voulu tenter de transcrire cette image de ce petit arbuste flamme que je vois à chaque voyage sur la route en revenant du Vert vers Meymac.

C’est un très petit format, je ne pouvais même pas signer mes pinceaux étaient trop gros même réduits sur minimum, et c’est un peu vite fait, mais avec un peu d’imagination j’espère que vous pourrez trouver une partie du plaisir que j’ai à chaque fois.

Je file, c’est le dernier tas de bois, du moins à cet endroit pour cette année. Il fait beau, j’emporte ceux que j’aime avec moi par la pensée, espérant que les ondes de tendresse puissent aider sans qu’on en ait conscience même, et de mes amis…vous en êtes !!!

Bonne journée à tous, gardez courage et mes amitiés !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 08:14
DSCF-6455
DSCF-6455

Bonjour les amis!

Le croirez-vous, hier on nous avait volé deux trous depuis avant-hier !

Le premier matin nous partons bringuebalant avec le vieux camion qui sonne la ferraille, moteur de fauve feulant en broutant le bitume et, dans la montée du village de Beynat PAF…Nous heurtons dans un trou de la route, puis un autre.
Le deuxième matin nous avions oublié mais au dernier moment « attention aux trous ! », coup de freins et nous arrivons plus doucement pour ne pas cogne
r.

Ce matin nous y pensions, donc ralentissons au maximum pour éviter l’obstacle et…Plus de trous !

Ils avaient été « volés » dans la journée d’avant !!! Belle route toute propre ! Merci messieurs de la voirie !

J’espère que vous avez pu profiter de la magie des lampions en mettant plein écran !

Au fait, je m’amuse à appeler Hubert Delatulippe, mais je l’ai anobli pour le plaisir du nom, pourtant il s’appelle simplement Latulippe. C’est joli !!!

Et ce matin je repars au turbin. Je suis contente de grimper dans ce vieux camion qui nous sert avec tant de fidélité que je lui suis reconnaissante comme je le serais envers un bon cheval. Dans le boucan infernal et les cahots de la route, nous chantons à tue-tête, nous avons nos codes, nous disons bonjour au sapin qui ressemble à un hérisson, nous disons bonjour à la grosse fourmilière, nous disons bonjour au petit banc et gare à celui des deux qui oublierait, il serait rappelé à l’ordre dans des rires ! Oui c’est c…J’allais dire un gros mot, c’est idiot, débile, enfantin tout ce que vous voudrez, mais c’est rire, c’est vivre !

Il y a cette route, voute cathédrale de verts et d’ors qui nous conduit, ces bois en dessous avec leurs têtes serrées et frisées, ces montagnes qui se profilent parfois, jouant à cache-cache –« tiens elles sont là aujourd’hui, elles sont grises…ou blanches…Ou bleues… »

Il y a ce calvaire de Laubard magnifique et qui me donne chaque fois tant d’émotion…

Il y a l’arrivée sur Meymac avec sa forêt de tours et de toits pointus, tous bleus d’ardoise vêtus…

Et puis, sortis de Meymac, la route lisse avec de grands espaces coupés ici et là de quelques arbres avant d’être cernés par d’autres bois…

Plus loin un petit village que l’on devine à peine dans le creux, caché …

Là, je n’ai pu le photographier mais, au long de la route, il y a un tas de bois qui noircit et juste à côté qui dépasse, une branche droite portant des feuilles rouges et le soleil étant en face de nous traverse ces feuilles qui flambent en contre-jour et c’est beau à m’en faire gémir!

Comment ne pas être heureux dans des moments pareils ? Comment ne pas être reconnaissants à la vie d’avoir 73 et 78 ans et d’être encore capables de se sentir aussi vivants, capable de charger notre bois, de sentir nos corps s’articuler dans le mouvement cadencé du travail, de pouvoir nous regarder et nous sourire comme si nous détenions le grand secret du monde ?

Et sachant que cette chance peut basculer en quelques secondes….

Pas de temps à perdre mes amis, prenez-en , prenez tout et profitez de la vie, y a rien de meilleur et partageons notre belle humeur !!!!

Je file !!!

Avec mon amitié tellement enthousiaste et…Naturelle ! Pas de joint, pas de drogue, pas d’alcool, tout est fait naturel fabriqué au cerveau et au cœur ! ahahah

LN

Si vous regardez bien la photo du coin de notre fournil, derrière vous apercevez une partie du bois, et à gauche les boules rouges du houx !

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 14:31

Chers amis,

Je suis en pleine expérience, je ne sais si cela va marcher.
Mais Hubert Delatulippe m'a donné cette indication pour vous faire partager les magies de lumières de Montréal, j’espère que vous pourrez en profite
r.

La jeune femme est la fille d'Hubert!

Je file faire la vaisselle, mais je vous embrasse tous!!!

LN

Sinon voici le lien...

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=g0Pppn1ThNs

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 08:22
feuille vigne vierge-12-10-03-096
feuille vigne vierge-12-10-03-096

Bonjour à tous!!!

Hier !Quelle journée !

Bois le matin !

J’avais pris la précaution de cuire à la vapeur de NOS petites patates si bonnes aussi le déjeuner fut vite prêt ! Deux tomates de la serre, des rondelles de cervelas grillé, petit-suisse et l’affaire était dans l’…estomac.

Dans l’après-midi, visites hautement sympathiques, attendrissement sur les photos du bébé, coups de téléphone, et me voilà une fois de plus acculée à mon retard, mais avec bien des plaisirs en stock !

Plus ça va et plus je vois les vérités premières assénées il y a quelques 20 ou 30 ans s’effriter !

Sel , eau du robinet, sucre, beurre, ENNEMIS !

Puis on revient : Ah si, du sel, il en faut ! l’eau du robinet elle est bonne, meilleure que celle en bouteilles, du sucre oh mais c’est indispensable, boire oui mais pas trop !surtout pas de saccarine et autres substituts qui font monter le diabète plus que le sucre, les margarines ont développé le cholestérol au lieu de le baisser, mais le beurre c’est bien meilleur pour la santé ! « Suivez le bœuf » ! Ne mangez plus de viande grasse le cholestérol va étouffer votre cœur, Ah mais si, Il faut manger du gras votre corps en a besoin et rien de ce que vous mangez ne vous donnera du cholestérol !!! Du sport, oui, mais attention, il y a plus de bénéfice d’en faire peu que de faire de gros efforts ! Ne vous lavez pas au savon cela sèche la peau, prenez des savons sans savon! Ah mais non, attention les savons sans savons ont des tas de produits chimiques bien plus dangereux encore !

Et je ne vous cite pas tous les médicaments que l’on nous a fait avaler pour NOTRE BIEN, et qui sont retirés de la vente comme inutiles voire dangereux !

On nous a menti, ça c’est certain. Mais quand ? Avant ou maintenant ?

Je ne parlerai pas de politique ni d’économie…

Mais que croire ? Qui croire ?

Laissez tomber chers amis ! Faites comme vous avez envie, ce que vous dicte votre corps, votre instinct, en vous rappelant que l’excès dans le plus comme dans le moins est l’ennemi du bien !!! Nous avons plus de raison que tous ces donneurs de conseils.

J’ai lu que non seulement il est interdit de garder les cendres d’un défunt chez soi, mais que, si on le fait, au bout d’un an l’amende est de 15000 euros !

N’est-ce pas dingue ?

Je ne suis pas tentée d’avoir l’urne de mes grands- parents sur la cheminée, non. Mais je ne vois pas le mal que cela peut faire si je le désirais ? Il n’y a pas de risque de contamination quelconque ! Cela ferait peur à certaines personnes ? C’est chez moi, elles n’y viendraient pas t voilà ?

Je pense qu’une fois de plus c’est pour pousser les gens à dépenser en installant les urnes dans les funérariums ! C’est dingue…

Pas le droit de répandre les cendres dans un jardin même privé, on n’a que le droit d’y enterrer l’urne ! Ça rime à quoi ?

Allez, nous devons retourner au bois ce matin et je suis encore en liquette, les poules attendent, seuls les grillons sont soignés…et les chats par Michel !

Je file, mais je vous envoie un peu d’automne rutilant avec cette photo !

Bonne journée à vous et mille baisers qui s’envolent pour vous !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 08:12
feuille ancolie-12-10-21-126
feuille ancolie-12-10-21-126

Bonjour à tous!!!!

Hier était un jour sous le signe du…Ciel.

Le matin nous sommes partis chercher un camion de bois, il faisait beau, c’était le bon moment.

En revenant sur la route le brouillard voilait très légèrement au-dessus des profondeurs secrètes de la forêt de la Cubesse d’Ambrugeat, mais le ciel était dégagé. D’un bleu de cobalt légèrement gouaché, il se tissait de longues mèches blanches de soie floche et ténue. Ces nuages s’étiraient doucement, paresseusement dans la lumière claire de cette journée doucement ensoleillée.

Et les avions en ont été tout émoustillés !

Ils se sont mis à dessiner des courbes, des volutes, de grands circuits de vapeur blanche qui se diluaient doucement au fur et à mesure en floconnant. Jusqu’au moment où cela ne pouvait être un hasard, l’un d’eux a dessiné intentionnellement, j’en suis persuadée ! L’ellipse était déjà faite et commençait à se désagréger quand l’avion est revenu et a tracé une grande ligne au-dessus, sorte de rectangle avec rebords symétriques, partant d’une extrémité à l’autre de l’ovale, ce qui représentait finalement une casserole sans queue et retournée. Je m’attendais à ce qu’une petite pluie se renverse, mais non.

Alors avec Michel nous avons imaginé que ce pouvait-être un code…pour qui ? Michel bien sûr a tout de suite deviné le message le plus logique :

« -Chérie, je rentre, prépare le déjeuner ! »

Nous avons chargé notre camion avec un petit peu de peine car les morceaux étaient gros, du chêne encore jeune et plein de sève et d’humidité. Je n’ai pas fait toute ma part, Michel a dû monter les derniers rangs du camion, les pièces étaient trop grosses pour moi !

Hélas l’ânesse n’est plus là et ses câlins m’ont manqués. Mais je comprends bien le monsieur, c’était une lourde charge, et là où elle est maintenant, elle est avec des petits camarades de son espèce et bien soignée !

C’est curieux que je puisse avoir si mal constamment dans le bassin à ne pouvoir me remuer normalement et que je puisse sans aucune douleur charger le bois ! Mais cela dépend des mouvements à faire. Une chance !

Cet après-midi Michel a tout mis en tas, c’est si beau, si confortable à l’âme ces long murs de bûches !!!!

Pendant ce temps je faisais les pâtons de pain pour quatre jours et triais les châtaignes..

Quand Michel est rentré vers 6h, j’en ai fait griller!!!

Hélas beaucoup sont véreuses. Mais les autres sont DELICIEUSES ! Peut-être sont-elles meilleures d’avoir été « volées » ? ahahah

Le soir en regarda…Ecoutant la télévision, je gratte quelques châtaignes jusqu’à la chair et je les congèle, cela sera ajouté à quelques fricots pour notre régal.

Hubert sur Elantra met des vidéos, je vous en ai déjà parlé. Et là il m’a envoyé le spectacle de Montréal qu’il vient d’aller voir avec sa fille. Je vais essayer de le joindre à ce blog afin que vous puissiez admirer, son travail d’une part, mais aussi le merveilleux de ces créations de papier à la méthode des lampions chinois, éclairés dans la nuit. C’est magique, mettez plein écran !

Je me dépêche, nous repartons au bois,, mais je vous emporte avec moi, dans ma pensée affectueuse !!!

Bonne journée à vous tous !!!

LN

Désolée je n'ai pas été fichue de mettre la vidéo! Mais elle sera un de ces jours sur Elantra!

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article