Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 08:56

extrait du PPS d' LN "les Pissenlits"

Extrait du PPS de LN "Les Pissenlits"

Chers amis, après bien des essais et tentatives diverses, le cerveau en circonvolutions, je suis allée déjeuner, et...

-"Mais que je suis bête! Le blog prend les photos!!!!!"

Alors me revoilà en espérant qu cette fois cela ira:

De Frédéric ROCHE:

LA MARIE de Frédéric Roche

BONNE JOURNEE A TOUS et je repars à mes tâches tout a fait satisfaite! ;-)

LN Maintenant captcha à nous deux!!!

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 08:37

10-08-04-099

10-08-04-099

Bonjour à tous !

Je prépare ceci ce soir car je ne sais comment cela va s’installer demain sur le blog.

Mais hier soir, fatiguée, il me restait 10 mn pendant que la soupe finissait de cuire et je n’avais pas envie et trop peu de temps pour commencer quelque chose.

Je me suis donc assise sur ma chaise qui a poussé un gros soupir, l’insolente ! Et la pâleur de mon camarade m’a fait me tourner vers lui. Mais bien sûr ! Il était là, lui, patient, tolérant qui m’attendait gentiment avec sa jaquette blanche et sa tête de loup imprimée! Un livre…

J’ai donc pris ce recueil de poèmes de Frédéric Roche qu’avec tous les événements de ces jours-ci je n’avais pas eu le temps de trop consulter, n’ayant lu que la préface de Mireille Turello-Vilbonnet et la lettre de remerciements de l’auteur à cette dame, les deux écrites avec talent soyez-en assurés.

 Le texte de Modestine m’avait été envoyé auparavant, avant que le livre ne m’arrive, parce que les ânes sont nos amis, mais je ne savais rien de l’auteur, je n’avais rien lu d’autre de lui auparavant..

 Et j’ai commencé à lire un poème, … puis un autre, puis un troisième…Puis rageant j’ai dû fermer l’ouvrage il était temps de servir la soupe…. Frustrant !

Quelle merveille, du moins à mes yeux ! Vous aurez bien sûr le droit de ne pas partager mes goûts et opinions ! Mais les poèmes sont pleins de belles images, d’un équilibre parfait, lecture fluide, des trouvailles de descriptions vraiment subtiles, touchantes de délicatesse parfois.…

- Bon et alors ? vous étonnez-vous, C’est un bon poète, quoi ! Il y en a tant…

-Ah oui mais là c’est spécial ! Ce monsieur ne se contente pas de donner une sensation d’amour, de haine, de printemps par des images faites de mots même merveilleusement ! Il raconte une histoire et il y a une chute ! Un clin d’œil ! De l’humour !

D’un style tout à fait différent, je le rapprocherais de La Fontaine, bien que Frédéric Roche ne fasse pas de fables. Mais pareillement il raconte…. J’espère que l’auteur, que je ne connais pas personnellement et qui a peu de chance de voir ce que je vous dis, ne m’en voudrait pas d’une telle comparaison, je suppose qu’il y a d’autres poètes qui ont fait tout autant que ce Monsieur mais moi, je ne les connais pas, c’est la première fois que je vois ceci et je suis éberluée ! Comme disent les gosses « C’est trop beau !!!! »

Là, je tente de copier le premier, le plus court, parce que je n’ai pas le temps de retaper le texte, j’essaie de photocopier en PDF mais je n’ai encore jamais fait ça, et je ne sais pas du tout comment le blog va l’accepter sans être en Word.

Peut-être n’aurez-vous aujourd’hui que mes émerveillements et je suis désolée si je vous laisse frustrés. Si je n’y arrive pas, j’essaierai de trouver le temps de copier, mais comme, même avec mes deux paires de lunettes dont une toute récente, je ne peux pas voir à côté de moi puis sur l’écran sans changer de bésicles, ce n’est pas facile !!!

Si cela marche, et si cela vous plait, je vous en copierai d’autres, très différents, vraiment à découvrir !

Mais pour l’instant il me faut me hâter car cet après-midi il faut vraiment que je continue à nettoyer le terrain du potager !

Je vous envoie plein d’affection et j’espère que vous pourrez partager mon plaisir !

LN..Over-blog me signale que c'est trop long, je vous poste le poème à la suite!

PS 2- Ah je n'y arrive pas il dit que c'est trop lo,ng qu'il faut une autre section et quand je mets juste ce court texte il est refusé... à suivre...

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 08:49

Pâques 17

Pâques 2017

Bonjour à tous, les amis !

 

J’ai passé hier le plus clair de mon temps avec les mails et la chasse au Captcha !!! Essayer et essayer encore en vain… Gi a réussi à s’en débarrasser je compte sur toi Gi pour nous dire comment faire de même ! Je préfère retirer les commentaires des faux gourous que de subir ce machin qui ne fonctionne pas et me crève les yeux.

Après une grise matinée le soleil est revenu mais accompagné d’un vent dont nous nous serions bien passés.

Et je vous ai mis mon premier selfie , Michel et moi mangeant nos glaces assis sur notre pierre dos au soleil. Ce que vous ne voyez pas sur la photo ce sont nos invitées, car nous disposons les cornets d’emballages tachés de crème à côté de nous pour les fourmis qui viennent dont ne sait où et sans savoir comment elles ont su, ou devrais-je dire comment elles ont eu vent d’approvisionnement, mais croyez-moi elles ne tardent pas à trouver le pique- nique.

ET puis d’un coup j’ai vu que l’ombre de mon cornet de glace et mes doigts qui la tenaient faisaient une marionnette, aussi avec Michel nous sommes nous amusés à les faire se faire…des bisous bien sûr !

 

Une info :

Il semble que les boîtes plastiques déchargent des dioxines cancéreuses en quantité importante quand elles sont au congélateur ou au four à Micro-onde à cause de la différence de température.Y compris le film alimentaire.

Ceci nous a fait penser que nous chauffons le lait des chats et leurs aliments sortant du réfrigérateur dans leurs bols en plastique…Serait-ce la cause de cette série de cancer à laquelle nous avons dû faire face et qui a tué nos chats les uns après les autres ? Seules Lachouette et Lasouris avaient résisté. Lachouette a disparu mais de son plein gré. Ce n’est peut-être qu’une coïncidence mais cela donne à réfléchir, dorénavant on fera chauffer dans une coupe en verre. Pour nous je ne chauffe pratiquement jamais rien au four à micro-onde. Reste les sacs de congélation, comment faire sans ???????????

 

Suite de la poule qui couve un coq….

Comme la poule a un poussin vivant en la présence du petit Jo (coq en Berry), elle n’a pas l’obligation de rester toujours sur le nid, mais elle doit surveiller son « petit » de près.

Le petit coq, habituellement, s’avance pour manger quand je glisse une assiette de nourriture pour lui dans le nid. Pendant ce temps sa nourrice va se nourrir avec les autres afin de voler à chacun le plus possible de bonnes choses.

Pendant ce temps je reviens nettoyer le poulailler de façon à ce qu’il ne reste aucune crotte sur les planches et autres.

Généralement, faisant cela, j’entends les tic tic tic du bec du petit coq qui picore dans sa soucoupe.

Et là…silence.

Cet animal étant en mauvais état tout de même, je m’inquiète…Peut-être est-il en pire état ? Peut-être l’a-t-elle étouffé ? Peut-être même est-il mort ? J’ouvre grand le nichoir et je vois mon coq la tête bien fière et l’œil clair couché tranquillement. Ah bon.

Je vais pour repousser la porte glissière quand une idée me traverse. J’ouvre à nouveau, je glisse ma main sous le coq et…J’en retire un œuf. Monsieur crie à l’outrage et je n’en ai cure, je vais pour refermer quand arrive Madame, la plume en révolution… Je pense qu’elle va me foncer dessus pour avoir pris son œuf…Non, elle fonce sur le coq, l’engu…Irlande sévèrement et le renvoie …se coucher ! Il était en charge de l’œuf ! Ne l’ayant plus il était venu manger, mais ce n’était pas le moment puisqu’elle était partie faire ses provisions ! On ne laisse pas les œufs se refroidir sans surveillance ! Quoi alors !!!! ah ces hommes, heu pardon, ces mâles !

A mon avis ils regardent trop la télé !!!!La nouvelle génération des pères-poules les influence !

Mais il est vrai que quand il y a des œufs à couver, la mère ne s’en va pas en les laissant seuls, elle attend qu’une autre vienne pondre ou les couvrir pour sortir !!!

Je crois que chez les humains quand le mâle se sent « enceint » et responsable des bébés cela s’appelle la couvade !!!!

 

Et c’est encore congé pour les actifs, beaucoup de retraité sont au contraire besogneux à recevoir les familles en congé et je pense bien forts à vous mes amis !

Le matin est frais mais le soleil brille au fond de la Cubesse, je vous souhaite à tous un lundi de Pâques joyeux de visites ou de souvenirs !

Avec mes amitiés bien réveillées, maintenant que les cloches sonnent à nouveau, moi aussi ! Normal !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 08:49

Les 7 erreurs de PâquesPas d'erreur à ce qu'une poule couve des lapins...Puisque les lapins pondent des oeufs de Pâques!...Mais 7 autres erreurs de reproduction sont là! A vous de les trouver si vous en avez le temps et le goût!

Bonjour à tous et Joyeuses Pâques !

Une pensée tendre pour Jacky qui affectionnait particulièrement ces jours ci….

Moins proche de Jésus je vous ai fait un petit jeu des 7 erreurs, comme ça, si vous n’avez pas de visites, cela peut vous distraire une ou deux minutes ! Bien que je ne doute pas que vous puissiez avoir bien d’autres occupations plus intéressantes !

Je n’ai pas réussi à faire prendre mon commentaire hier. Le Captcha refuse obstinément de fonctionner. Je dois reconnaître que ce n’était peut-être pas le meilleur jour, il a  fallu 4h1/2 pour qu’une mise à jour de Microsoft s’installe !!! Et je me suis interdite de faire quoi que ce soit pendant ce temps sur l’ordinateur de peur de ralentir la vitesse…mais puis-je parler de vitesse ?

Avez-vous entendu parler de JUSTO GALLEGO à Mejorada del Campo près de Madrid ?

INCROYABLE !

Cet homme seul et sans connaissance particulière en architecture construit, sans permis et sans contrôle, une cathédrale sur un terrain lui appartenant. Oui, Une VRAIE ! 20mx50m deux tours de 30m de haut couvertes de coupoles, des galeries, des cloîtres, des presbytères etc, tout ce qui concerne un cathédrale et même…Le parking pour les visiteurs !!! Des architectes sont venus visiter et disent « incroyable mais…ça tient ! » et tout cela sans jamais prendre une mesure et presque sans argent, il récupère les matériaux !

Il faut voir ses voutes, ses colonnes, ses galeries, ses ouvertures parfaitement circulaires dans le mur et ses porches arrondis ! Et ça tient !

Du côté financier il a reçu quelques aides bénévoles, il reçoit des fermages pour ses terres, et il a participé à certaines publicités… Mais cela ne va pas loin par rapport à son travail !

Cet homme était entré dans une communauté religieuse mais il a développé une tuberculose et a été renvoyé pour ne pas contaminer les autres. Et c’est à partir de là qu’il a reçu l’ordre de Dieu ou de Jésus de construire une cathédrale…

C’est tellement hors de tout ce que l’on peut imaginer qu’on ne peut qu’admirer, voire envier, la force et la confiance que la foi peut donner à un homme !

Reste une inquiétude de ce que cela va devenir…L’homme a déjà 80 ans, il n’aura pas le temps de finir sa cathédrale à moins d’un miracle venu du ciel à son secours… Laisser en l’état ? Il y a déjà pas mal de visiteurs mais ce n’est pas très joli  comme cela, c’est en chantier, bois ciment, ferrailles…… Tout raser ? Après tant de travail cela semble sacrilège ! Ni le maire ni la commune ne l’envisagent… La finir ? L’église va-t-elle pouvoir-vouloir prendre en charge de tels travaux ? ET finir c’est effacer les traces de Justo !!! La gloire de la cathédrale reviendra à ceux qui la finiront ! C’est un problème que je ne saurais résoudre….

Mais pour vous, pour nous tous, c’est Pâques et, comme le plus souvent, Pâques sans soleil…Est-ce une coïncidence ? Peut-être pas, que ce soit soit à la tristesse du sacrifice puis de la résurrection de Jésus  ou que ce soit l’utilisation d’un phénomène météorologique récurant par des manipulateurs… Qu’importe, c’est Pâques et à chacun de croire et accepter ce que nous voulons, et de nous attrister puis de nous réjouir à l’espoir  de la vie qui repart, ne serait-ce que dans nos parcs et jardins, de ce cycle de la nature tellement merveilleux et éternellement recommencé !

La famille chevreuil est absente ce matin, papa et ses grandes cornes, maman, et l’enfant qui n’est plus un bébé mais m’inquiète de son pelage trop clair et qui semble bizarre, mais c’est peut-être la conséquence d’une mue ?

Bonnes Pâques à chacun de vous, bonne journée et toutes mes amitiés enthousiastes et chaleureuses !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 08:44

rhododendronrhododendron

Bonjour à tous !

 

Prêts pour entamer ce week-end de Pâques ?

Evidemment le vent a tourné et le soleil est parti. Sinon…Ce ne serait pas Pâques !

Que de souvenirs d’œufs mouillés et déteints !!! D’enfants trempés à réchauffer !!!

Parents, avez-vous fait provisions d’œufs pour les cloches ou les lapins ? Dernier moment de shopping ! Shopping ?

Nous avions acheté avant hier une brandade de morue congelée Ranou, 1kg. Je me suis dit que le reste ferait un bon fond de soupe de poisson en arrangeant un peu. Pas de reste et y en aurait-il eu plus que nous en aurions mangé plus, elle était délicieuse ! Plutôt liquide, son kilo était sans doute plus d’eau et les pommes de terre plus de « mousseline » mais à la cuillère elle était délicieuse.

Et l’odeur de morue qui trainait dans la pièce m’a fait penser à une voisine du temps quand j’étais petite, nous trouvions que cela sentait mauvais chez elle, sur elle…Mais ce « parfum » m’a fait penser à elle et, j’ai eu un éclair –de génie ? Non, faut pas exagérer…Mais cette dame âgée était espagnole. Les espagnols mangent beaucoup de morue. A l’époque c’était de la morue sèche, salée… Peut-être que cette femme aimait et mangeait beaucoup de morue, peut-être en avait-elle en stock ? Ses grands fils, très gentils avec elle, la ravitaillaient peut-être car nous lui faisions souvent ses courses, nous habitions loin des commerçants, mais jamais elle ne m’a demandé de lui rapporter du poisson.

C’est curieux car cette odeur que nous trouvions désagréable, c’était peut-être au contraire la bonne odeur de chez elle, de ses souvenirs d’enfance, d’ailleurs sa famille qui venait souvent ne semblait pas en être incommodée non plus, c’était aussi l’odeur de leur enfance…. Cette femme avait quatre fils (adultes mariés etc) et quand c’était l’été, ils mangeaient en famille sous les marronniers avec femmes et enfants, juste sous nos fenêtres de chambre alors que nous étions déjà couchées, ma sœur et moi, fenêtres ouvertes sur le reste de chaleur du jour, et à la fin de leur repas, l’un d’eux qui avait une voix superbe chantait « la belle de Cadix », Ô que c’était beau dans la nuit de l’été cette voix superbe qui montait dans le ciel pur!!!! Les hannetons en tombaient des feuilles les pattes en l’air en complète pamoison ! Bon là, j’extrapole un peu…

 

Ca y est, une fois de plus j’ai rattrapé mon retard de courrier électronique. Pas tout à fait celui par la poste…

J’ai reprisé à neuf un pull complètement dévasté à Michel …à neuf si vous le regardez de loin, Michel courant vite ! Et pour voir Michel courir il va vous falloir vous lever tôt ! Michel ne se meut que calmement !

J’avais une provision de coton à repriser, je vois mon stock diminuer, je me demande si je vais pouvoir en retrouver !!! Et Où ? Chez Maryse à Meymac ? Même pour un mètre d’élastique (je reconnais que je voulais du rond et fin) il faut commander, faudrait que j’y pense avant d’être en panne…. Mais elle saurait me trouver ça je pense.

J’ai fait mes quatre pâtons de pain, l’un pour le jour fut cuit et j’ai tenté la pizza aux mûres !!! Une idée qui m’a traversé la tête alors que je faisais mon pain, il était 4h cela m’a certainement été soufflé par mon estomac !

J’avais déjà fait un beau mariage,  mais non pas nous ! Mais de mûres, de jus d’orange et de pain d’épices, excellente union, mais qui dure bien peu de temps, demandez à Michel ! Là j’ai pris de la pâte à pain pour faire mes fonds de pizza et j’ai tartiné du même mélange que précédemment dans lequel j’ai ajouté des copeaux de noix du brésil envoyées par ma soeur, et c’était bien bon. Trop petit a dit Michel, bien entendu !

Accessoirement j’ai lavé la cuisine, nourri et nettoyé les poules. OK . Je n’ai pas nettoyé les poules, mais le poulailler ! J’ai arrosé quelques trucs un peu fragiles…

Bref quand je suis allée pour prendre ma douche alors que ma soupe de betteraves rouges était au feu, j’avais vraiment l’impression d’avoir bien rempli ma journée.

Cela ne vous gène pas de nous déranger? Mais quoi!!!

Ah j’oubliais que j’ai aussi pris des photos de ma poule couvant le coq car je crains que vous ne me croyiez pas et au passage clic-clac kodak, non pardon, Clac clic Fuji, j’ai fait le portrait d’une fleur de rhododendron. Comme si j’avais besoin d’une de plus alors que chaque année je craque devant cet énorme bouquet resplendissant ! Merci par la pensée à ceux qui nous les ont offerts !

Et puis je me suis battue avec le, attendez je regarde j’ai inscrit son nom pour ne plus le déformer…Le Captcha ! Je vais m’y faire ! Je vais m’le faire !!! Il me faut recommencer 4 à 5 fois à cause, me dit le message, de ma connexion qui le refuse ! (En d’autres termes mais c’est ce que cela veut dire). Alors encore  et encore je dois bigler pour trouver les images à pointer, et chercher la tirette pour relever l’image et trouver où valider et hop…à refaire !!!! Comme si je n’avais que cela à faire …et à refaire…. ;-D… J’espère que c’est plus facile de votre côté !!!!

Bon. Tout cela est fait. Le jour est neuf, même s’il est le 15…

Et là nous entamons le week-end de Pâques, amusant que si on a des petits autour de soi… Mais demain je vous mettrai un petit clin d’œil !

 

Pour aujourd’hui bon samedi, prenez votre élan si vous attendez du monde pour demain ou lundi et je vous envoie plein de belles pensées affectueuses !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 08:37

11-05-02-022

11-05-02-022

Bonjour les amis !

Une fois de plus mille mercis à Mésange, à sa culture, à sa capacité de recherches, et à son partage avec nous.

Après le commentaire que Mésange voulut bien nous mettre, je suis allée à la pêche aux informations sur Internet. N’est-ce pas extraordinaire de pouvoir, à volonté, trouver les renseignements que l’on cherche ? Encore faut-il savoir chercher et je suis assez maladroite encore.
Mais…

J’ai donc compris que le « conte » de Monsieur Frédéric Roche avait une dimension que je n’avais pas comprise dans mon ignorance de l’œuvre de Monsieur Stevenson !

C’est d’après un voyage fait et décrit par l’auteur de « l’Ile aux Trésors » ( qui fit rêver notre enfance) que Frédéric Roche a bâti son conte avec humour, d’où les allusions à certains personnages se rapportant à l’œuvre et à la vie de celui qui l’inspira.

Personnellement je pense qu’il eut été mieux de citer le nom entier plutôt que le seul prénom de Monsieur Stevenson, Frédéric Roche a oublié que tout le monde n’avait pas la chance de posséder sa culture et que la « pauvre LN » perdrait de multiples nuances à son tableau !

Du coup, d’une histoire que je pensais simple, nous avons appris encore plein de choses !!! J’aime !!!!

Mésange, veillez sur nous je vous prie et je vous remercie encore de votre aide.

 

Enfer et damnation, que sont-ils encore allés inventer pour nous compliquer l’existence ! Impossible de faire valider mes réponses à vos commentaires. J’ai fini par comprendre ce qu’il fallait faire, encore faut-il VOIR ce qu’ils demandent !!! C‘est si petit et confus !!!! Donc si vous êtes aussi surpris que moi, il faut cliquer sur les cases demandées et si le panneau revient, continuer jusqu’à ce que ce soit accepté quand vous aurez cliqué en-dessous sur valider! Bon sang de bois !!!!! Du coup pardon Mésange car mon commentaire est parti et le temps que j’ai passé à trouver pourquoi il y avait cet empêcheur de tourner en rond, il était trop tard pour continuer.

Mais c’est peut-être pour empêcher les robots de se connecter sur le blog auquel cas…Merci le verrou de sécurité et over-blog….

 

Et pas de cerisier griottes rouges. Il n’y a que des bigarreaux ! Je devrai me rabattre sur les catalogues, pour cet automne, car maintenant cela va faire trop tard. Je ne reçois plus les catalogues quels qu’ils soient (et je le regrette, comme j’ai pu rêver en tournant les pages !) parce que je ne suis pas cliente régulière, je comprends qu’ils ne puissent envoyer ces images juste pour distraire les vieilles dames ! ahahah Mais je pense qu’en m’appliquant, en m’impliquant carrément, je devrais pouvoir trouver cela…Où ça ? Sur IN-TER-NET ! Bien sûr !!!

Nous en avons profité pour acheter deux trois choses au super marché, du frais et….

Hier, 13 avril 2017 ! Nous avons mangé quoi ?... Nos premières glaces de la saison ! Assis sur une pierre chaude au retour des courses, les pieds au repos dans l’herbe fraîche, les pissenlits et les pâquerettes, le soleil nous chauffant encore le dos à cette heure de fin d’après-midi, les minuscules fourmis montant à l’assaut de Michel pour goûter sa glace, et un vent léger nous passant gentiment ses longs doigts dans nos cheveux ! Le Paradis !

 

Et nous étions passés à la pharmacie pour acheter un  remède pour mes yeux, ou plus exactement mes paupières.

Etant petite j’avais eu cela : le bord des paupières qui s’effritent en petites poussières qui me tombent dans les yeux à me faire croire que le marchand de sable passait maintenant à toute heure ! Le médecin alors avait conseillé une pommade car comme cela me démangeait un peu j’étais sans cesse à tripoter mes cils avec des mains pas forcément toujours bien propres.

Depuis cela s’était passé et je n’ai plus jamais revu le problème jusqu’à ces dernières semaines où cela réapparut.

A la pharmacie Valérie et Nadine toutes deux à m’ausculter pour savoir comment m’aider, absolument adorables. Mais aussi très moqueuses bien poussées par Michel qui ne manquait pas de remarquer que c’était une « retombée en enfance » et que cela n’augurait rien de bon , que non le médicament de mon enfance n’existait sans doute plus, forcément depuis le moyen-âge les choses ont bien changées etc…… J’étais même un peu ennuyée, non pas ces rires que je partageais volontiers, mais par le temps que je faisais perdre à ces dames qui se creusaient vraiment la cervelle et je leur dis : « Mais ce n’est pas grave, je lave matin et soir pour retirer les poussières et je peux survivre, ma vie n’est pas en danger ! Laissez tomber ! » . Mais non, trop gentilles elles cherchaient et je me suis retrouvée avec un tube de crème « Avène », je vous dirai plus tard si ce fut efficace ! Mais qu’est-ce qu’ils sont gentils nos pharmaciens ! Pour ce matin, j’ai les yeux « chauds » et qui pleurent et me démangent…Mais je vais insister car peut-être sont-ce les prémices de la guérison ?

 

Inutile de vous dire que je suis à nouveau en retard de tout, donc j’y cours !

Mais je prends le temps de vous envoyer toutes mes amitiés « pépiantes » !...Qui a dit soulantes ? ….Vous n’avez peut-être pas tort ahahah !!!

A demain quand même ?!

LN

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 08:32

08-07-12-161

08_07_12-161

Bonjour à tous !

 

Et voici une autre initiative d’animation à Bugeat ! Ils ont plein d’idées, reconnaissez-le !

J’ai passé le reste de mon après midi à rattraper le courrier auquel je n’avais pu répondre depuis hier…

E puis j’ai reçu un très gentil colis de ravitaillement surprise de ma petite sœur. Elle connait notre curiosité alimentaire aussi nous a-t-elle réuni plein de surprises, des choses que je ne trouve pas, voire que je ne connais pas, c’est Noël à Pâques ! Elle a même pensé à Patapouf en me mettant des pipettes anti-vers et anti-tiques ! Et puis un petit fromages de chèvre un peu coulant et tellement parfumé comme « cheu » nous !Merci « ma sœur » !!! C’est ainsi que nous nous appelons, cela nous fait rire à cause du côté religieux de l’appellation !

 

ET autre cadeau, j’ai reçu de Mireille Turello-Vilbonnet le recueil de poésies de Frédéric Roche : MEMOIRES DE LOUP.

Cette grande Poétesse m’avait envoyé une histoire qui m’avait bien plu et je lui avais demandé si l’auteur accepterait que je la partage avec vous. L’autorisation m’est arrivée avec le recueil ! Quel joie !

Merci à Mireille Turello-Vilbonnet et à Frédéric Roche !

Là, c’est l’histoire d’ânes et je sais combien vous les aimez, aussi je vous la copie. C’est long, mais au moment où vous aurez besoin de vous reposer du soleil, cela vous attendra…

 

CONTE de Frédéric ROCHE

Premier PRIX au Concours de la S.P.A.F Midi-Pyrénées 2012

 

      « DU COURAGE MODESTINE, DU COURAGE ! »

« Du courage Modestine, du courage ! » et, joignant le geste à la parole, il me donna un coup de son bâton sur l’échine. Du courage Monsieur, il m’en a fallu ! D’abord pour supporter cet extravagant personnage, ensuite pour parcourir le périple qu’il m’imposa et qu’il avait tracé dans sa cervelle tourmentée ;

Mais une ânesse achetée à un maquignon auvergnat qui ne vit que pour ses sous, n’a pas le droit à la parole. De toute façon, nous les animaux nous ne parlons pas, à part à ce qu’on m’a dit quelques oiseaux bariolés de chez les sauvages qui savent répéter quelques mots des hommes et qu’on exhibe pour  épater la galerie. Mais vous Monsieur, c’est pas pareil : vous écoutez et vous semblez parler avec les yeux, comme nous les bêtes, c’est pour ça que je vous raconte. Rapprochez-vous, il y a assez de place sous ce porche pour tous les deux et il pleut sur le Pont-de-Monvert comme il ne sait pleuvoir qu’en Lozère lorsque l’automne sent déjà l’hiver. Regardez-moi, je ne suis pas grande et je ne suis pas bien forte et pourtant…

En m’achetant au Monastier-sur-Gazeille où on m’avait baptisée « Modestine », je m’attendais à beaucoup de choses, mais à ça !

Mon nouveau propriétaire, un écossais – cela a son importance, Monsieur, cela a son importance – était pâle, falot, malingre et délicatement pingre. Il rêvait de traverser le pays camisard : les Cévennes : il était parpaillot. C’était un homme pointilleux, il avait tout préparé, tout organisé dans les brumes de son Ecosse et de sa tête. Ce n’était plus un voyage, c’était une expédition. Il aurait voulu traverser les territoires de Indiens d’Amérique – vous savez ceux qui ont des plumes sur la tête…Vous ne savez pas ? Cela ne fait rien, c’est pour dire, il n’aurait pas emporté plus de matériel.

Il se prénommait Louis-Robert. Quand on affuble quelqu’un d’un prénom pareil, il faut s’attendre au pire  et le pire, je l’ai eu sous les yeux et puis… sur l’esquine ! Un sac de couchage en peau de mouton pour au moins quatre personnes, un révolver, une lampe, une casserole, une lanterne, des livres, des rechanges et même un costume, des chandelles, un couteau long comme un sabre, un gigot, une bouteille de vin, du pain noir et blanc et un gâteau au chocolat dont je n’ai jamais su le goût... : un bric-à-brac de cent kilos qu’il m’a ficelé sur le dos, à moi Monsieur qui n’aie jamais tiré qu’une petite charrette.

« Du courage ma belle ! Du courage ! » qu’il m’a dit en appuyant son coup de bâton en quittant le Monastier-sur-Gazeille, « les Cévennes c’est tout droit et Alès, dans le Gard, nous attend pour la gloire ».

Les pattes m’en flageolèrent … Ce n’est pas parce qu’on est un animal qu’on ne sait pas sa géographie. Dans les foirails, on croise d’autres ânes, on se parle de nos pays, on se les explique. Bien sûr, je ne saurais pas vous montrer le Gard sur la carte des hommes mais je savais que c’était de l’autre côté des montagnes, de l’autre côté du Causse : pour moi, c’était

le bout de monde !

Je me suis rebiffée et, quelques lieues plus tard, alors que nous entrions dans un village que l’on appelle Ussel, je lui mis son barda sur le pavé. C’est sous les regards goguenards des habitants que nous traversâmes l’agglomération, car son paquet…il se le portait sur les épaules…  Et puis ce fut Langogne, une grosse bourgade où nous fîmes sensation mais, après Langogne  Monsieur, tout de suite ça grimpe jusqu’à des mille mètres et le barda, un tantinet allégé, je le reconnais, c’est moi qui l’avais sur le dos !

« Bienheureux celui qui a inventé l’aiguillon » disait-il et il en  jouait volontiers sur mes fesses. Comme il maniait mieux la plume que les courroies, il amarrait mal mon fardeau et je porte les traces des plaies qui mirent longtemps à cicatriser, ce qui ne l’empêchait pas de me houspiller continuellement. J’ai souffert Monsieur, j’ai souffert !

« Du courage Modestine, du courage ! » et..vlan un bon coup d’aiguillon en traître « avance bourrique ! »

Le monuments et les paysages ne l’intéressaient guère. Il faut dire que nous étions encore en pays catholique. Lui, ce qui le pressait, c’était de respirer l’air huguenot de Jean Cavalier, de Roland…de tous ces malheureux qui moururent sur le bûcher en chantant des versets bibliques : il en avait plein la bouche !  Néanmoins, un soir, c’est avec joie qu’il accepta l’hospitalité des bons moines de Notre Dame des Neiges pendant trois jours : pâle, falot, malingre et, en plus…hypocrite !  En fait, il allait un peu au hasard.

Je me cassais les reins sur des monts et des cols dont je ne me souviens que de quelques  noms : le col Santel, le mont Lozère, le col des Finiels. Nous bivouaquions la nuit autour de sa lampe et il s’amusait à se faire peur. Espérait-il l’apparition d’une nouvelle bête de Gévaudan ? Il me racontait des histoires à me faire dresser les poils sur la tête, pleines de pirates et d’iles aux trésors et puis  celle d’un gentil médecin qui avalait un élixir pour se transformer en monstre. Il disait aussi qu’un jour il écrirait tout ça. Dieu nous en préserve ! Je crois qu’il était à l’envers dans tête : un jour bon, l’autre non, comme son docteur Jekyll.

Enfin nous fûmes où nous sommes ce soir :le Pont-de-Monvert et, toujours il répétait « Courage Modestine, courage ! » et un petit coup d’aiguillon.. « bientôt nous serons à Florac et tu vas voir ce que tu vas voir : les Cévennes Modestine ! Les Cévennes ! » J’ai vu !

J’ai vu Florac et j’ai encaissé le mont Aigoual dans les pattes. Les Cévennes Monsieur, c’est à la fois magnifique et terrible, sauvage et désertique avec des gens qui vous lâchent les mots, comme à regret, avec parcimonie, comme si c’était des écus. Et le vent, toujours soufflant qui  vous fait des illuminés à la pelle. J’ai vu….Et quand nous sommes arrivés à Saint-Jean-du-Gard, au bout de son voyage, il m’a vendue  pour trente cinq francs à un marchand de charbon ! D’abord je n’y ai pas cru, puis, au bout de trois jours et trois nuits, j’ai rongé ma longe et je m’en suis retournée chez moi. Telle que vous me voyez, je vais à Monastier et vous Monsieur, et vous ?

« Oh ! moi Modestine, je suis un provençal des Basses Alpes et je m’en reviens d’un pèlerinage  à Grisac, un hameau du village de Le Pont-de-Monvert. Là est né un petit Guillaume de Grimoard qui deviendra pape et saint sous le nom de Urbain V.  Ici, en pays protestant on fait semblant de ne pas le connaître. Il est enterré à Marseille.  Je lui avais promis ce pèlerinage s’il me guérissait d’une fluxion de poitrine qui me menait tout droit à la tombe, J’ai guéri. Je suis venu et, maintenant je retourne à Valensole  mais, tu sais, chez moi on m’appelle le fada. Dans leurs bouches ça veut dire « fou ».

« En fait, dans ma langue, le fada c’est celui qui parle aux fées mais je parle surtout à tout ce qui porte plumes et poils et…j’évite les hommes.   Je suis un fada qui dérange car mes parents m’ont laissé du bien : une belle ferme sur les plateaux avec beaucoup de terre autour et, quand je suis en plein mitan de mon domaine et que je tourne sur moi-même, au-delà de mon mauvais blé, je vois le Ventoux, Lune, les Monges, l’Estrop et toutes autres montagnes qui écrasent Moustiers et Riez pour aller tremper leurs pieds dans la Durance.

Mais, ce qui les révolte c’est que sur mes terres, je ne veux pas leurs condamnés à mort.

Je ne tue pas Modestine,  je ne tue pas : ni les moutons, ni le cochon, ni les poules, ni le renard…je me protège de lui mais je ne lui veux pas de mal.

Mon courage à moi Modestine c’est de ne pas penser comme les autres et j’en suis fier !

Alors petite ânesse, si l’idée de me suivre te tente le cœur, chez moi il y a une place pour toi »

Elle le suivit et longtemps elle brouta les prés alpins.

Aujourd’hui ils reposent tous les deux sous le même cyprès.

Dans ce paradis où ils sont – et qui n’est pas celui de Monsieur le Curé, ils rencontrent Francis Jammes ce poète naïf, la plus belle des âmes, qui disait préférer au paradis des hommes celui, humble et discret, des petits ânes gris.  Ils voient aussi Louis Pergaud pour qui tous les chiens s’appellent « Miraut » et puis La Fontaine, Madame Colette et même un ours mal léché, tout frisé, avec de grosses moustaches et qui sent toujours la pipe froide. Il a dit une fois que leur histoire avait inspiré un grand écrivain espagnol et que ce monsieur : Juan-Ramon Jimenez a écrit un chef-d’œuvre qui enchante tous ceux qui aiment les ânes intitulé « Platero et moi ».

                                                      o-o-o-o-o-o

Si vous avez aimé, je vous mettrai d’autres extraits plus courts, mais quand j’ai lu ce texte j’ai tout de suite pensé à vous…

Patapouf grâce à ma sœur est « protégé » contre les « envahisseurs »…C’est fait… J’espère que ce sera efficace !

Et nous irons peut-être à la chasse au cerisier de Montmorency, il semble que ces arbres soient arrivés chez notre commerçant !

Je vous souhaite à tous une excellente journée, et que la joie souligne votre sillage !

Affectueusement…
LN

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 08:51

09-05-14-108

09-05-14-108

Bonjour les amis !!!

Hier retour d’Ussel à 19.30 avec la bonne nouvelle ;..
-Michel est « bon pour le service » !  L’examen cardio de ses artères est concluant, et même que…Le docteur a baissé la graduation de certains médicaments. OUF….

Bonne nouvelle, Héloïse, femme que j’aime et peintre dont je vais ai déjà parlé, a deux tableaux qui partent dans une galerie de Los Angelès. Croisez-les doigts, elle le mérite !!!

Bonne nouvelle mon amie de toujours, Judy, (oui celle des punaises de lit en plus) son fils qui partage ses difficultés et sa vie a trouvé un travail qui pourrait enfin être permanent… Croisez les doigts, ils le méritent !

L’autre nouvelle ne concerne que les gens de cette région et elle est à la fois négative et positive…

Le docteur Blasco, cardiologue donc, ne consultera plus à l’hôpital à partir de Aout je crois. Il s’installe son propre cabinet, rue de la Prairie à Ussel.

Bonne nouvelle pour lui et il la mérite, il est épuisé par les nécessités et obligations de l’hôpital, être dans son propre cabinet et emporter une partie de ses patients qui voudront le suivre est une bonne évolution pour lui.

Triste nouvelle pour l’hôpital et nous si les médecins quittent le navire, mais les conditions sont telles que les médecins sont à bouts de nerfs et, à la limite, dangereux de faire une bêtise…

Le Docteur Blasco gardera néanmoins des contacts avec l’hôpital. Le docteur affirme que les soins seront exactement les mêmes et qu’il aura les mêmes appareils et que, pour des cas très particuliers où il manquerait de matériel spécialisé trop lourd pour lui, il fera ces soins à l’hôpital.

Ce qui semble prouver que l’Hôpital et lui ne sont absolument pas fâchés, c’est une évolution normale et acceptée.

Seulement je ne peux m’empêcher de craindre pour notre hôpital, je pense qu’il faut que nous le préservions autant que possible, même si ce n’est que pour n’en garder que les chirurgiens, mais aussi les secours de proximité.

A suivre….

La petite phrase du jour parlant des politiciens entre Michel et moi :

-A force de mentir ils ne sont plus crus...Ils sont cuits ! »

J’ai une poule qui couve. Là rien d’extraordinaire. Mais j’ai une poule qui couve…un coq ! Alors là c’est nettement moins banal !

Ce coq très petit est mal fichu. Il a mal aux pattes, les autres lui tombent dessus, je n’ai plus d’endroit pour le mettre à l’écart et il est trop petit pour se défendre. Je prends soin de lui mettre à manger dans le casier où il se met à l’abri, il doit sortir tout de même pour boire car si je mets une gamelle d’eau il la renverse dans le nichoir et me pourrit la paille ! Cela fait un bon moment, plusieurs mois qu’il vit ainsi.

J’ai une poule énorme pour sa race moyenne, la « grande vorace » qui me pourrit tout le poulailler avec des fèces comme des bouses de vache. Mais c’est une bonne grosse, bonne pondeuse et pas méchante pour deux sous, même pas pour deux euros. Et c’est une bonne couveuse. Et déjà l’année dernière je l’ai empêchée de couver car j’ai déjà bien trop de volailles dont je ne sais que faire puisque nous n’arrivons pas à les tuer. Donc chaque soir je passe gentiment la main dans la chaleur humide sous son ventre et lui subtilise les œufs que les autres lui ont confiés. Devinez ma surprise de tâter dans le noir sous les plumes et de sentir sous ma main …une tête de coq !

Depuis deux jours j’ai remarqué le soir que le coq souffreteux avait tout le devant du corps caché sous la poule, bien au chaud, alors qu’il ne fait pas froid et qu’il n’y allait pas cet hiver. Mais la poule, avant, n’était pas en esprit de maternage !!!

Et ce matin le coq était sorti dans la cour, ça lui arrive parfois dérangé par d’autres, et la Grande Vorace était à ses côtés et surveillait les alentours, flanc contre flanc, comme elle le ferait avec ses poussins, grattant avec lui, pour lui….… La nécessité de maternité est la plus forte !

Je suis certaine que j’aurais pu tout aussi bien lui confier un chaton ou un rat !!!! Un éléphant ? Peut-être pas…Mais allez-savoir !

Et partout les cerisiers sont en fleurs, les pruneliers dans les haies et les pruniers commencent…

La vie est pleine de surprises, bonnes et mauvaises, rien n’est jamais gagné, rien n’est jamais complètement perdu…sauf la vie…. En encore, ceux qui ont la foi peuvent espérer au-delà.

Mais en attendant, profitons bien de chaque instant du jour, ouvrons tous nos sens pour profiter des petites joies et émerveillements qui peuvent s’offrir à nous ! Rien n’est donné de force, il faut aller à la quête !

Je vous souhaite à tous une bonne journée, la possibilité d’oublier les douleurs et les chagrins en vous émerveillant de la vie qui bat autour de vous, même si ce ne sont que des petits détails !

Avec toute ma tendresse !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 08:35

09-09-10-196

09-09-10-196

Bonjour les amis !

Notre belle journée d’hier finit  dans l’orage ! Quelques gouttes d’eau chaude et un peu de tonnerre qui m’a fait me ruer avec mes pauvres pieds pour atteindre les prises d’ordinateur et téléphone , les plus sensibles à l’orage naissant, avant que tout ne grille,  puis prendre un K-way à tout hasard mais à part quelques gouttes le temps de finir ma plate-bande, ce fut sans problème.

Et j’ai cousu des agrafes sur une petite veste en laine que maman m’avait tricotée, mais comme elle n’aime pas faire les boutonnières, je l’en avais dispensée. Comme plusieurs fois je me suis aperçue que cela aurait été bien de pouvoir la fermer, voilà, c’est fait. Et comme ce tricot est un peu triste, je vais broder une ligne rouge vif, de cette couleur que je détestais profondément pendant toutes ces années et dont je ne puis me passer maintenant !

Aujourd’hui va être une journée « perdue », je parle du temps qui m’intéresse mais… Je vous raconterai tout demain.

En attendant Mésange m’avait envoyé la copie d’un poème de Victor Hugo que je ne connaissais pas. Comme notre chère Jacky ne peut plus s’effrayer de mes blogs à araignées et que vous êtes moins craintifs sur le sujet, je vais vous le copier…et vous mettre ma photo!

 

Victor Hugo

 

J'aime l'araignée

J'aime l'araignée et j'aime l'ortie,
Parce qu'on les hait ;
Et que rien n'exauce et que tout châtie
Leur morne souhait ;

Parce qu'elles sont maudites, chétives,
Noirs êtres rampants ;
Parce qu'elles sont les tristes captives
De leur guet-apens ;

Parce qu'elles sont prises dans leur œuvre ;
Ô sort ! Fatals nœuds !
Parce que l'ortie est une couleuvre,
L'araignée un gueux;

Parce qu'elles ont l'ombre des abîmes,
Parce qu'on les fuit,
Parce qu'elles sont toutes deux victimes
De la sombre nuit...

Passants, faites grâce à la plante obscure,
Au pauvre animal.
Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
Oh ! Plaignez le mal !

Il n'est rien qui n'ait sa mélancolie ;
Tout veut un baiser.

Dans leur fauve horreur, pour peu qu'on oublie
De les écraser,

Pour peu qu'on leur jette un oeil moins superbe,
Tout bas, loin du jour,
La vilaine bête et la mauvaise herbe
Murmurent : Amour !

 

Merci Mésange de nous faire connaître ou nous rappeler ce joli poème…

Maintenant je vais vous laisser et vous souhaiter un bon mardi, et je vous envoie des pétales baisers plein vos pelouses et vos cheveux !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 08:40

08-05-15-106

08-05-15-106

Bonjour à tous !

Je n’ai pas grand-chose à vous raconter aujourd’hui car j’ai travaillé dehors physiquement et dans mon bureau pour mon petit camarade.

Il a fait une journée chaude, je ne me suis pas méfiée et je suis partie faire mes arrosages de serre habillée comme à la maison ! Résultat, un bon petit sauna ! Mais c’est parait-il excellent pour la forme ; alors pas de regret !!!!

Le jardin est clos, les rames sont posées, il ne me reste qu’à nettoyer un peu et à planter…Mais là je n’ai pas de retard, il peut encore geler, j’ai appris ici à me méfier et à ne pas me précipiter !

Les vermifuges vendus par les vétérinaires ne sont pas très actifs car cela ne fait pas longtemps que nous avons donné la bonne dose à Patapouf et cela fait déjà un moment que nous revoyons les ténias. Et recommence l’invasion des tiques, chaque jour je dois l’éplucher ! Il faut dire que ce n’est pas la rigueur de l’hiver qui a tué les petites bestioles !

J’ai aussi réussi un exploit : Attraper le pull de Michel qui sortait du séchage (le pull !) pour pouvoir enfin le raccommoder. J’ai beau dire à mon homme de me le laisser avant que les trous soient difficiles à réparer, dès qu’il voit celui qui lui plait en cette période, vite il le remet avant que je puisse intervenir. Du coup j’en ai réparé un autre qu’il ne mettait plus et que j’avais dérobé subrepticement et aussi deux à moi qui attendaient. Pour le raccommodage mains et les reprises, je fais cela à côté de lui en buvant notre café, ça va. Mais j’en ai un carton plein à faire à la machine et là c’est toute une installation de l’après-midi entier ! Il va pourtant bien falloir que je m’y mette !

Aujourd’hui il fait beau, je vais aller arracher de l’herbe. J’espère pouvoir bouger demain…Je vous souhaite à tous un bon lundi et une bonne semaine et recevez mes amitiés fidèles !

LN

 

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de helenedurio.over-blog.com
  • Le blog de helenedurio.over-blog.com
  • : ttextes , histoires, peintures et photos du quotidien isolé en montagne Correzienne
  • Contact

Recherche