Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 08:44

Ambrugeat Correze

Ambrugeat Corrèze

Bonjour les amis !

Quel dimanche ! Où était passé notre soleil ?

Nous sommes allés au monument aux morts en souvenir de l’anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie !

Nous allons aussi pour le 11 novembre….

Si nous allons au monument ce n’est pas en l’honneur des héros, les soldats sont des victimes qui n’ont pas choisi leur sort pour la plupart et nous ne pouvons rien pour eux, je ne crois pas qu’ils aient la moindre capacité d’entendre nos mercis. Pourquoi sont-ils tombés ? Au nom de quoi ? Il y aurait trop à en dire, sur l’ « usage » qui est fait de nous pour le pouvoir d’autres, sur le hasard de celui qui tombe et de celui qui revient souffrant toute sa vie de ses blessures physiques et psychologiques, de celui qui s’en tire sans trop de mauvais souvenir….

Nous n’y allons pas pour la guerre que nous haïssons.

Nous n’y allons pas pour CETTE guerre même si nous sommes contents qu’elle se soit terminée pour tous ceux qui en ont souffert et en souffrent encore, elle n’aurait pas dû même exister !

Nous y allons pour les gens qui restent, d’un côté comme de l’autre de la Méditerranée, qui ont perdu quelqu’un, qui ont perdu leurs biens, qui ont perdu leurs illusions et leur fraternité … C’est pour les gens de ce village afin qu’ils ne se sentent pas seuls et oubliés dans leur chagrin souvenir.

Et puis c’est aussi un espoir certainement vain, de ce que l’on n’oublie pas combien tout cela est moche et inutile, et que cela ne devrait plus jamais arriver… Mais là, je sais que je rêve, un monde de paix n’est pas pour demain….

La guerre d’Algérie va rentrer au programme scolaire… De quelle façon va-t-on édulcorer cette vilaine histoire une fois de plus ?

Donc nous sommes allés au monument aux morts.

Nous avons bien failli y rester ! Il y avait un vent violent et glacial, en plein courant d’air, qui me faisait vaciller sur mes pieds pendant la minute de silence !

Une fois de plus nous avons échangé des tas de bisous et des « comment allez-vous » pleins de sincère gentillesse. Nous avons même retrouvé des personnes que nous n’avions pas vues depuis longtemps.

Nous avons laissé discrètement les gens partager un « pot » à la salle polyvalente et nous nous sommes « esbignés » prestement pour revenir au chaud !

 

Nous avons pris le chemin des écoliers, revus les ânes sous leurs arbres, des veaux « nou-veaux » nés ( !) sous leur maman, des tas de bois comme des immeubles le long des routes, des terrains ravagés comme par des bombardements après que les sapins furent rasés et les branches entassées une fois les fût épluchés et entassés ou emportés, et puis un ruisseau qui a bien profité de la fonte des neiges et des pluies des semaines passées et qui était plein à éclabousser autour de lui, battant comme des toisons de moutons écumeuses sur les rochers avant de fuir jusqu’au prochain écueil. J’ai vu aussi une réserve d’eau, morte et plate, immobile comme un sombre miroir reflétant le ciel désespéré et les grands sapins noirs dans une atmosphère inquiétante.

 

Et puis… « Maison !!! » , notre maison, je ne me lasse pas de me réjouir de la chance que nous avons d’y habiter, avec ses portes bleues et ses volets violets !

Enfin, gelés que nous étions, nous nous sommes précipités d’abord pour : Michel ranger la voiture et moi fermer les poulaillers, puis préparer : Michel les chocolats chauds et moi les gaufres !!!

Un dimanche bien mélangé de mauvaises nouvelles, de tristes souvenirs, et de bons moments pleins de reconnaissance parce que nous avons la chance d’être encore vivants et tous les deux…

Merci la vie…..

C’est lundi-gris. Nous avons entamé la deuxième partie de Mars, oui déjà.

Allons voir le printemps soulever la terre brune alors que nos cœurs étonnés d’émotions s’embrument.

Que la joie revienne en chacun de nous parce que nous sommes vivants et qu’il n’y  a pas une seconde à perdre !

Bonne journée à vous tous, si vous prenez la bêche, prenez un bon paletot tout de même car il fait frais !!!

Et je vous envoie toutes mes amitiés bien entendu !!!

LN

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 08:41

4.176-MAC

Bonjour à tous !

Brouillard épais et gris à rester au fond du lit. D’autant plus que, allez savoir pourquoi, nous avons très mal dormi l’un comme l’autre. Que Michel soit fatigué ce ne serait pas étonnant étant donné qu’il a retourné du jardin. Mais moi hier je n’ai fait que des choses à la maison, ce qui ne demande généralement pas des efforts musculaires inhabituels ! Or, tous deux, nous avions mal partout. Du coup ce matin, j’ai encore mal partout et très sommeil !

Oh que le vent fut froid !!!! Après ces belles journées si chaudes quel changement, d’autant plus que j’avais lavé rangé les vêtements d’hiver ahahah

J’ai réussi à rattraper le retard des mails ! Cela fait vite à déborder ! Mais tout est tellement intéressant, et nous apprenons tant de choses les uns des autres…

Devinette :

Savez –vous s’il y a une différence entre une pelote de fibres animales et un couple de chevaux à Laon ?

Quand nous sommes en voiture, nous ne pouvons guère converser Michel et moi car avec le bruit du moteur, même de la grosse Dacia, nous avons du mal à nous entendre. Je parle des oreilles ! On ne se fait pas la tête !!!

Aussi il me reste à m’amuser avec moi-même et je suis bonne joueuse car d’une façon ou de l’autre, c’est moi qui gagne !

C’est ce qui m’a amené cette idée et je l’ai notée, sinon j’aurais oublié, pour vous soumettre cette devinette…

Il n’y a pas de différence, tous deux sont :

Les chevaux de l’Aisne et L’écheveau de laine !

Non,  arrêtez, cela ne vaut pas vos applaudissements tout de même, ne vous fichez pas de moi s’il vous plait, mais j’espère vous avoir fait sourire AVEC moi.

« J’suis descendue dans mon jardin… » non pour y trouver du romain mais du thym. A côté il y a une touffe maigrelette de jonquilles qui ont résisté par miracle. Et Ô ! colère et frustration ! Sur trois boutons l’un est coupé  à un demi-centimètre sous la fleur et le bouton, fermé dans son fourreau comme un parapluie au repos, pend lamentablement, ne tenant que par une fibre. Je sectionne et Michel me demande :

- « Qu’est-ce que tu vas en faire ?

-J’sais pas, le mettre dans l’eau ? Mais la section est toute sèche et le bouton est tout mou je ne pense pas que cela rendra quelque chose… »

Malgré tout j’ai coupé une mince tranche de la tige, calé ce bourgeon par son moignon dans un grillage posé au ras de l’eau d’un verre… Eh bien mes amis, Il commence à s’ouvrir !!!!!

Parlant de jonquilles, dans la montagne il y en a des sauvages. Non, elles ne mordent pas, rassurez-vous. D’ailleurs elles sont plus petites, plus fines et je les aime beaucoup… évidemment !

Et là, hier, Michel m’a dit :

« -As-tu vu qu’une jonquille sort dans le talus sous les clapiers ?

-Ah bon tu es sûr ?

-Oui je suis nul en fleurs mais les jonquilles je connais tout de même !

-Pourtant je n’en ai jamais mis par là et c’est bien loin de mes plates- bandes pour que les taupes aient trimbalé un oignon !

-Viens voir ! »

(Et c’est ainsi que l’on perd son temps !!! ;-)) Il me prend par la main et on dévale tous les deux, et là, une jonquille sauvage, toute délicate et seulette ! Vous imaginez ma joie ! Pourtant je n’en ai jamais vues à ce niveau, elles sont toutes bien plus haut dans les roches!!!!

-« Mes amis approchez, approchez ! Cadeau de la maison je vous offre aujourd’hui un trèfle ! Mais un trèfle, non pas à trois feuilles mesdames et non pas à quatre feuille messieurs, aujourd’hui chers amis, la maison vous offre un trèfle, même pas à 5 feuilles, mais à SIX feuilles !!!! » Voir photo !!! Vous pouvez compter !

trefle à 6 feuilles

En fait il y en a bien plus qu’on ne croit ! Quand j’étais vache et que je paissais j’en trouvais beaucoup… Mais c’était dans une autre vie, avant !!! ;-)

J’ai peut-être dit suffisamment de bêtises pour un dimanche ?

Alors je vous le souhaite joyeux, peut-être avec une agréable visite ? Qui sait ? En tous les cas vous avez, au pas de votre porte, d’invisibles baisers très doux, rien que pour vous !

LN

Illustration : collage de mercerie et autres. Dessins+ photos à l’ordinateur.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 08:54

09-04-29-089

09-04-29-089

 

Bonjour les amis !

Nous sommes rentrés très tard d’Ussel mais ça y est, Michel est chaussé ! Je parle de ses lunettes ! C’est curieux cette expression « chausser ses lunettes » à moins que cela soit par rapport à l’œil de perdrix !!!!

« Cette expression, qui s'entend peu aujourd'hui dans le langage courant, vient d'un sens désormais moins utilisé du verbe chausser qui ne concerne pas seulement les pieds, mais qui signifie ajuster quelque chose sur une partie du corps. » C’est l’explication trouvée sur Internet, ça fait bizarre ! Donc les chaussures et chaussettes et hauts de chausse sont venus après le verbe !

Pas donné les montures et évidemment quelques mois à peine trop tard pour la garantie de casse, mais étant donné que c’est une chute de Michel, cela n’aurait sans doute pas marché de toute façon.

Nous voulions acheter notre cerisier quasiment annuel. En effet nous achetons régulièrement un cerisier…pour le voir dépérir. Mais Michel ne renonce pas facilement !

L’un des deux grands cerisiers bigarreaux a filé hors d’atteinte et les geais mangent les maigres et rares cerises blanches piquées de bestioles avant le lever du soleil. L’autre a périclité sans rien donner.

Nous avions mis celui que je préfère, un Montmorency, alors que Michel n’était pas enthousiasmé par mon choix. Et pourtant ! D’abord il était petit donc facile à aborder et même à protéger de filets, et ses cerises étaient délicieuses, c’était un bonheur de s’asseoir dans la pente tous les deux et de se partager une poignée de fruits chacun !!! Et la troisième année…Il est mort. Que du bois sec.

Michel croyait que c’étaient des cerises acides, mais ça c’est parce que les gens se jettent dessus trop tôt ! Il faut attendre qu’elles soient bien rouges !

 Puis nous en avons racheté un, je ne sais trop quoi, que nous avons planté en haut cette fois, il n’a rien donné malgré deux ou trois fleurs et il est mort.

Celui-ci venait de chez le pépiniériste pourtant !

Nous en avons racheté un genre Montmorency et planté devant la maison avec l’intention de surveiller les fruits de près. Il fleurit magnifiquement malgré son aspect bizarre, mais les fleurs se meurent, se dessèchent et d’autres fleurs renaissent ensuite, il a ainsi trois ou quatre floraisons qui se suivent,  et tout tombe à la suite, fané.

Donc on recommence, ailleurs et autrement mais… Il n’y en avait pas à Leclerc. A Meymac ils nous ont dit « à partir du 10 avril »…à suivre !

Nous avons profité du Leclerc pour acheter un peu de produits laitiers qui commençaient à nous manquer au réfrigérateur. En dehors des produits frais –frais qui ont à peu près la même durée, les produits frais fermés ont une bien plus grande longévité que dans les magasins d’ici.

 

Au village de Combressol en Corrèze, il y a un atelier de modistes. L’atelier est à l’honneur et le petit village est très fier de cet atelier de créations de Haute-Couture et moi aussi car c’est la Corrèze… et j’ai des amies là-bas !!!! Si vous voulez voir la vidéo voici l’adresse !

https://www.youtube.com/watch?v=dhxpYAMMAL8&feature=youtu.be

 

Il fait gris ce matin, brouillard. Je ne saurais vous dire ce que cela nous promet pour la journée.

Nous sommes samedi, j’espère que les travailleurs pourront tout de même profiter de leur week-end et d’un peu de beau temps après avoir rêvé de lui derrière les vitres d’un bureau ou d’un atelier !

Moi je vous quitte là car le temps m’est très court en ce moment, mais soyez assurés que je pense toujours à vous de toute mon affection !

LN

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2017 5 17 /03 /mars /2017 08:50

242-Collages papiers

242-Collage papier.

Bonjour les amis !!!

Oh la la ! Ça grince aux articulations ce matin ! Moi toutes et Michel son cou! Mais il fait beau !

Quel bonheur hier soir de se coucher dans un lit plein de soleil et d’odeurs de résineux ! N’allez pas en conclure que d’habitude notre lit pue !!! Mais rien ne vaut les draps séchés au soleil !                                                                          La maison ouverte aux quatre vents …heu  rayons ! Le soleil qui fouillait dans tous les coins pour me montrer la poussière de son long doigts lumineux, obligée de me mettre à genoux devant ses ordres et d’essuyer les cachettes mystérieuses de moutons perdus ! Le parfum des violettes entrait dans la maison, en grand seigneur ayant tous les droits ! Je me suis effacée pour le laisser entrer, bienvenu !!!

Michel a dû me réinstaller les lignes à étendre, un sapin qui supportait l’une d’elle était mort mais là il penche dangereusement et le fil de fer a cassé sous la tension et peut être à cause du vent passé ! L’autre était trop basse et le linge, enfin, les draps risquaient de frotter sur le sol de la pente ! N’oubliez pas que nous n’avons pas un mètre carré qui soit de niveau et sans bosse ou pierre ou tout ce que vous voulez de végétale excroissance !

Le linge a séché en trois heures ! C’est vous dire le soleil que nous avons eu. Une fois de plus nous débouchons sur l’été sans passer par la case printemps.

Je suis allée ensuite nettoyer le condimentaire, c’est fait. La fleur dont MHel m’avait donné le nom et que j’ai déjà perdu, une fleur comme une marguerite épaisse et de couleur marron, pas très jolie à mon goût mais que les oiseaux ou le vent  m’ont offerte, semble repartir ! Du coup je l’ai carrément replantée en terre alors qu’elle s’était semée dans un pot. On verra si elle aime ! Avec mes pensées autour c’est plus gai, même si peu de choses sont encore sorties de terre! J’ai laissé quelques pieds de myosotis. Ils sont vite envahissants mais ils s’arrachent facilement.

Du coup j’ai eu chaud et j’ai même quitté ma veste et deux de mes pull-overs !!! J’étais en chemise de laine à manches courtes, pour moi c’est un record !

Ensuite il était déjà tard et je n’ai pas pu répondre à tout mon courrier, ça va être injuste…

Mais j’ai eu des nouvelles d’une amie de longue date qui monte des spectacles de danse. Cette femme est extraordinaire de vitalité et d’invention sans compter sa gentillesse et sa bonne humeur. En plus moi je l’ai vue danser ! Quel souvenir !!! Et elle m’a envoyé un article de journal à sa gloire ce qui me fait grand plaisir ! Elle le mérite !

Elle avait monté un spectacle de théâtre et danse de claquettes avec…des non et mal-voyants !!!!Un succès retentissant ! En effet les claquettes, c’est la seule danse qui se fait à l’oreille et n’a pas besoin des yeux !!! Elle s’appelle Olga Wajszczak ,( non, je n’écris pas son nom de famille par cœur ! ahahah). Mais peut-être parait-elle sur Internet ? C’est à Ste Foy- les- Lyons !

Michel a l’air de vouloir aller à Ussel. Il avait cassé ses lunettes en tombant sur la glace. Il a une autre paire mais il aimerait la garder pour sortir et l’avoir en « roues » de secours. Une paire pour travailler et trainer partout car il ne les garde pas toujours sur le nez et Dieu seul peut vous dire tous les endroits où peuvent se retrouver ou se perdre ses bésicles ! Une fois il les a même tondues ! Mais maintenant il fait plus attention car ce ne sont pas de simples lunettes de 40 ans comme je les appelle et que l’on peut trouver partout, sa vue a besoin d’être corrigée personnellement. (Lui aussi mais je renonce ahahah !!!)

Je vous souhaite une bonne journée ensoleillée et le cœur léger ! Avec mes amitiés bien entendu !!!

LN

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 08:46

auto-portrait 1999 trames d'ancien MAC N.& Bl.

1999.Auto Portrait de trames sur ancien Mac Noir et blanc.

Bonjour à tous !!!!

 

Tout le monde va bien ? C’est mieux avec le soleil, n’est-ce pas ?!

 

Ca y est j’ai lavé les carreaux de la serre ! 30m2 , un peu moins ! La serre fait 5mx5m, adossée à la terre mais les parois des côtés font à peine deux mètres de haut. Seul le milieu est plus élevé.

J’ai utilisé ma tête de loup en plastique pour faire le boulot. Bien entendu mon gentil mari est venu me dire que « je ferais mieux d’utiliser le balai de lavage de la voiture ».Eh bien non, ma tête de loup est poilue tout autour et ronde, si je tourne le manche la tête nettoie, tant bien que mal, les angles. De plus elle est très légère. Quoi que je fasse, il vient toujours pour me conseiller de faire autrement ! Comme je le sais, des fois je me cache pour faire ce que je veux avant qu’il ne vienne me conseiller. C’est plus fort que lui ! Des fois il a raison ! Par exemple, quand je récolte les pommes de terre, je prends un petit outil, je m’assieds par terre et je fais un trou en début de rang. Ensuite, avec toujours mon petit outil je fais tomber terre et pommes de terre dans le trou et ramasse les tubercules au fur et à mesure. Ca fait un trou derrière dans lequel je fais tomber les suivantes etc…Mais :

-« Tu es ridicule ! Prends le piochon et tu iras plus vite ! »

En effet, il a raison. D’un grand coup de la lame plantée à l’arrière du pied de pommes de terre il soulève d’un seul geste toute la motte.

Ben oui, sauf que moi je ne peux même pas soulever le piochon et que mon dos refuse un tel effort !

Là encore : respecter l’autre pour ce qu’il peut, nous sommes différents et ne pouvons tous faire la même chose !

Et pour tout dire, je vais presqu’aussi vite avec ma méthode !

Pour en revenir à la serre, Michel est venu me voir et …

-« Il y a une trace qui reste sur celui-là !

-Tu as mal regardé car il y a des traces sur tous les carreaux, mais les plantes elles ne râlent pas, elles s’en fichent… et moi aussi ! »

Là, il a compris et s’est mit à rire ! Ensuite il a nettoyé les gouttières au-dessus de mes vitres humides. OK, ce n’est pas grave.

Si vous vous mettez dans le bon angle, c’est si propre que vous penserez qu’il n’y a pas de carreau. Mais si vous bougez d’un petit centimètre, là vous aurez des traces. D’autant plus que les bords ont été tachés par les produits et la peinture des ferrailles ! Et puis on ne devrait jamais faire les carreaux par un tel soleil, la chaleur évapore l’eau trop vite qui laisse des gouttes séchées et la lumière est sans pitié. Mais je suis contente de moi quand même.

Chaque seau d’eau utilisé au lavage finissait en arrosage car je n’ai mis aucun produit, j’ai donc fait deux boulots en un !

 

Je suis atterrée. Mon amie Judy aux USA passe les ¾ de son temps alitée à cause de sa santé. Elle avait des démangeaisons au point qu’elle s’écorchait en dépit des crèmes et laits qu’elle utilisait. Et elle vient de s’apercevoir qu’elle a des punaises de lit !!!! Enfer et damnation alors là oui !!! Quelle plaie !

Judy ne comprend pas comment elles ont pu venir car tout est très propre chez elle, elle ne sort jamais, elle ne reçoit jamais personne, elle n’a reçu aucun paquet ou même journal, (par mails les punaises ne passent pas), seul son fils qui vit avec elle sort pour travailler et lui n’est pas touché ! Il a tout de même pu ramasser une punaise au passage quelque part…

Mais c’est comme pour les moustiques ou les poux, certains les attirent et d’autres pas !

Michel me l’a confirmé car au régiment il y a eu des punaises dans la chambrée, certains gars devenaient fous à cause des démangeaisons et Michel n’a jamais été piqué… Ils ont brûlé un bloc insecticide après avoir bien fermé le baraquement et sont allés se coucher dehors pour la nuit.
Mais pour Judy, on ne peut aller la faire coucher dehors !

Les punaises peuvent rester vivantes des mois sans manger et elles peuvent se cacher n’importe où , voire même sous le papier des murs ou les fibres du plancher !

Laver le linge à 60° minimum, OK. Mais le matelas ???? Et il faut tout isoler dans des sacs plastiques hermétiques sinon elles reviendront !

Mettre des bassines d’eau au pied des lits, encore faut-il que les boîtes soient assez grandes, les insectes sont souvent très résistants à la noyade car ils respirent avec n’importe quelle partie de leur corps ! Et ils peuvent en se déplaçant attraper par chance, pour eux ! le mat qui les conduira au lit !

C’est effrayant les invasions d’insectes ainsi, c’est tellement difficile de lutter contre, il suffit d’une survivante pour tout recommencer.

J’avais une nièce qui avait pris un appartement à Paris et s’est aperçue très vite que c’était infesté de cafards. Au moins cela ne pique pas, d’accord, mais encore ! Ce ne sont pas des colocataires bien attrayants ! Là aussi elle a dû quitter l’appartement plusieurs jours pendant la désinsectisation.

Jusqu’ici nous n’avons eu que les fourmis, et ce n’est que passager, OUF, pourvu que cela ne soit jamais pire !

Mais je bavarde et vous avez du travail à faire !

Je file et vous laisse à vos ouvrages ! Moi je vais faire une lessive de draps, il fait beau cela devrait sécher dehors puis aller nettoyer mes plantes…si Michel n’a pas des idées de déplacement, il parlait d’Ussel….

 

Bonne journée à chacun de vous et je vous fait de grosses bises ensoleillées!

LN

En cherchant autre chose je suis retombée sur ce dessin avec un flot de tendresse et de reconnaissance…

C’est un auto-portrait que j’ai fait à base de trames du traitement de texte lorsque des amis m’ont donné mon premier ordinateur miracle. Il était à bout de souffle et m’a laissé très vite tomber. Que de larmes ! Ce fut mon premier ouvrage sur ordinateur tout de même !

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 08:40

penséesphoto de pensées que j'aime! Et celles -ci étaient chez nous!

Bonjour à vous !

Non, chers amis, je n’étais pas trop fatiguée, ni par le lavage des carreaux, ni par le jardinage…Parce que je n’en ai rien fait ou presque !

En effet Michel s’est aperçu, que bien que nous soyons allés au magasin de bricolage samedi, il avait oublié des choses indispensables à son travail !

Donc nous sommes retournés à Meymac dans l’après-midi ce qui laisse peu de temps pour faire quoi que ce soit de constructif !

Entre autres il voulait du goudron pour protéger le bas de ses piquets plantés en terre pour y accrocher la clôture anti-envahisseurs. Heureusement, le jeune homme, dans la conversation, a laisser tomber que les sangliers étaient attirés par le goudron ! Il ne nous manquerait que cela !!!! On les a déjà vus une fois traverser le jardin, il ne manquerait plus qu’ils démolissent le grillage pour se servir du bas des poteaux comme sucettes et faire leur marché dans le potager !

J’ai profité du magasin pour acheter du savon noir. Un peu plus de 10 euros !!!! Le savon noir était un produit banal et peu onéreux quand j’étais gamine ! Mais comme c’est le seul produit qui ne soit rempli de divers additifs plus ou moins nocifs, c’est devenu un produit de luxe !

J’en avais vu dans un supermarché, peut-être moins cher que là, mais je n’ai pas eu confiance parce qu’il était en bouteille. Qu’avaient-ils ajouté à la pâte pour le mettre en bouteille ? De l’eau pour le vendre meilleur marché ? Ou bien des additifs divers parce que leur chimie leur revient moins cher que le savon ?

Là au moins je peux croire que c’est seulement du savon noir à l’huile d’olive (je pourrai au moins m’en servir pour les frites !!! Mais non !!!)

Et comme la pâte est très compacte, je peux espérer que cela puisse durer longtemps…. A suivre !

Ce savon noir peut être utilisé pour laver les chevaux et les chiens. Et cela me rappelle qu’une dame de notre connaissance avait des cheveux argentés superbes et bien brillants et, alors que je lui en faisais compliment, elle m’a répondu qu’elle ne se lavait les cheveux qu’avec du savon noir uniquement. Et ce n’était pas un « grand cheval » avec un « caractère de chien » !

Quand j’étais au collège, nous devions faire le ménage des classes, des toilettes et de l’internat et aussi service de table, et la vaisselle des repas. Et nous utilisions du savon noir. Nous ne dissolvions pas le savon dans l’eau. Nous passions une caresse sur le savon noir pour engluer un peu notre chiffon qui nous servait d’éponge et nous lavions les assiettes sans trop mouiller la lavette en cours de travail pour ne pas perdre de savon. Si la surveillante ou pire, la directrice, voyait que l’eau était savonneuse, nous étions remise à l’ordre d’un « Mademoiselle, vous n’avez pas à laver l’eau, elle est propre ! Gardez le savon pour la vaisselle ! »…Que d’assiettes et couverts !!!!

Mais mon calvaire n’était pas là. C’était les escaliers ! Ils n’étaient jamais suffisamment bien nettoyés et je ne sais toujours pas pourquoi ! Et quand je fais le mien maintenant, je lui dis toujours : « Tu ne râles pas que c’est mal fait,  parce que je m’en fiche ! »

 

Samedi j’avais eu un peu l’intention d’acheter des pensées, vous savez les toutes petites jaunes ou jaunes et bleues ! Je les aime bien, c’est en général solide et la floraison peut durer longtemps. Mais sans doute n’avais-je pas été suffisamment sage pour les mériter, il n’y en avait pas.

Cette fois, j’ai revu les pensées…Toujours pas ce que je souhaitais, mais il y avait une barquette de 6 pensées de tailles normales dont deux jaune-orange… Ce n’est pas que je n’aime pas les autres, Ô que si ! Les violet-profond comme du velours, ou les bleu-foncé ! Mais on ne les voit pas dans les plates- bandes… Je ne peux pas m’amuser à ramper pour admirer mes fleurs…Bien que cela me ferait moins mal aux pieds après tout !

Mais je me suis dit « non, ce n’est pas ce que tu veux, arrête ! »

Plus tard nous étions à la caisse en train de faire les comptes quand Michel se rappelle qu’il voulait le prix du grillage, il part avec le jeune homme de l’autre côté pour se mettre d’accord avec lui sur la sorte de produit et là, j’ai CRAQUE ! J’ai tout laissé, même mon sac ce qui est exceptionnel, et j’ai couru prendre la barquette qui avait les deux jaune-orange que j’ai posée parmi les choses à payer comme si de rien n’était! Michel à son retour m’a regardée avec un gentil sourire complice, cadeau !

Du coup sitôt rentrés je suis allée les planter au bord de mon condimentaires, là où je pourrai les voir facilement. Je ne les ai pas groupées ce qui eut été plus joli, mais j’espère qu’elles se ressèmeront, ne vit-on pas d’espoir ?

J’en ai profité pour nettoyer un peu cet espace, mais il y a encore à faire… Après les carreaux de la serre !!!!

 

Je suis inquiète, d’habitude les 7 coqs chantent bien avant que nous soyons réveillés et même parfois en pleine nuit. Et ce matin nous ne les entendons pas, c’est même ce qui m’a sortie du sommeil ! Il y a dû y avoir une nouba hier soir et ils sont en train de récupérer !

J’espère que vous n’avez pas eu de mal à ouvrir les yeux ce matin et que c’est parfaitement réveillés que vous commencez à chanter !

Bonne journée à tous, bon courage, il va faire beau pour la plupart alors profitons-en !!!!

Avec la chaleur de mon amitié et le soleil tout ira bien !

LN

Illustration : photo des petites pensées que j’aime, ne dirait-on pas un groupe de petits vieux aux yeux fripés de soleil et d’âge, assis sur un banc et qui nous observent ?

Partager cet article
Repost0
14 mars 2017 2 14 /03 /mars /2017 08:49

crocus naturalisé (photo)

crocus naturalisé.

Bonjour à vous !!!

 

Une annonce des activités de Bugeat :

Petits Robert

Bonjour,

Vous êtes cordialement invités à venir assister au spectacle JMF "L'école des petits Robert" : un petit moment de plaisir!

BUGEAT – Concert/spectacle JMF

Vendredi 17 mars - 14h- Foyer Rural

Entrée tout public : 4€

« L’école des petits Robert », par la Compagnie Robert et moi est un spectacle qui plaira aux grands comme aux petits… Un moment drôle avec des mélodies qui restent en tête et surtout une méthode d’enseignement unique ! Le duo hilarant formé de Stéphane Lefebvre et Martin Garet, comédiens, chanteurs et musiciens, nous dit sérieusement que l’on peut apprendre en s’amusant et s’amuser à apprendre.

                          ------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou me revoilà !

Après un démarrage tristounet la journée de lundi  est devenue progressivement ensoleillée et bien jolie !

Impossible alors de résister à l’appel du jardin !

J’ai pilé mes lessives sèches en vrac dans la corbeille, je les plierai plus tard et hop…Arroser la serre en tout premier… Ce qui me permet de nettoyer un peu en même temps.

 

Dans la serre il fait bon et chaud et c’est bien agréable. Il y a règne un fouillis de forêt vierge, faites-moi confiance pour cela ! Des choux kales, des céleris et des persils poussent partout et n’importe où. Il y a même des petites salades qui attendrissent mon cœur tant elles semblent fragiles. J’ai découvert deux pieds de cresson sauvage qui se sont semés ! J’ai arraché les violettes avec regret, elles sentent si bon, mais ces petites fleurs à l’aspect si timide et innocent sont des hypocrites très envahissantes allongeant des racines sournoises sous terre sur des mètres et des mètres. Elles s’étaient cachées sous le romarin, mais je les ai bien vues tout de même ! J’ai arraché les fausses camomilles, les herbes à robert, les mauves, les fraises-arroches, les orties et mes doigts s’en souviennent, encore si petites et déjà si méchantes !

Du coup cela m’a donné une idée pour le bord de la route. Alors j’ai remonté la pente avec mon arrosoir d’eau, mon petit piochon (inox très beau ! Cadeau !) et une poignée de plantes sauvages. J’ai arraché les mauvaises herbes du carré que j’avais fait l’année dernière pour retrouver quelques plantes que les chevreuils et les lapins n’avaient pas mangées et que l’hiver n’avait pas massacrées et, dans les espaces dégagés, j’ai planté une arroche-fraise (Je n’ai plus les grillons pour s’en régaler !!!) une fausse camomille, une mauve et j’ai repiqué une violette si elle veut bien prendre car ce n’est peut-être pas le moment alors qu’elle est en fleurs…. Quand les fleurs d’été seront sorties j’achèterai quelques œillets d’Inde, c’est solide et joyeux de couleur…

J’avais l’intention de m’occuper du carré condimentaires, mais il était déjà tard et… J’en avais plein les pieds ! Qu’est-ce que j’ai mal aux pieds maintenant, même avec les chaussures qui me tiennent bien. Ce qui n’exclut pas le mal au dos, bien entendu, mais il me fait moins souffrir que mes pieds.

 

Michel de son côté commence à nettoyer les terrains à légumes. J’aimerais qu’il commence par un carré pour moi, je pourrais y mettre déjà les petits pois, mais comme il faut installer toute une barricade de poteaux et de grillage anti-chevreuil, anti-lapins et anti-geais, c’est tout un chantier. Mais ce qui est certain c’est que je ne commence rien avant les protections, je ne veux pas faire tout le travail pour le voir détruit en une nuit ! On verra. Et puis comme dit Michel « Si on a des patates c’est le principal ! » ahahah Mais là aussi, ce n’est pas gagné d’avance !

A propos j’en ai parlé avec mon  amie-voisine qui est originaire de Corrèze et a un grand terrain jardiné. Elle nous a confirmé que les pommes de terre donnent bien sur un terrain en friche, la première année et la deuxième. Mais ensuite elles ont épuisé le terrain et la récolte diminue progressivement, même avec du fumier apporté. Ce n’est donc pas nous seulement qui ne trouvons pas le bon moyen, c’est aussi que, malgré nos rotations sur trois ans, la terre n’a pas le temps de se reconstituer… Ici la terre de granit est comme du sable et les nutriments ont vite fait de faire des pellicules dans les cheveux des chinois qui sont de l’autre côté de la terre…. Encore que je ne sais toujours pas qui est réellement en dessous de nous ! Si vous avez un globe terrestre, ce serait gentil de regarder et de me le dire !

Tout en travaillant je pensais, à vous bien entendu ! Mais aussi à mon prochain dessin bleu, et j’ai peut-être trouvé le « truc » pour ce que je voudrais faire. Bon, je ne vais pas souhaiter qu’il pleuve pour pouvoir rester dans mon bureau, mais…C’est tout juste !!! Non. Il faut encore que je nettoie les plates- bandes. Mais pour l’instant je vais aller plier ce linge qui se froisse dans la corbeille…

 

Il fait beau, le brouillard est comme un rideau de soie, brillant de lumière tamisée, je pense que je vais laver les carreaux de la serre aujourd’hui, et des carreaux, y en a ! Mais l’avantage c’est que si le résultat n’est pas parfait, je serai moins frustrée qu’avec ceux de la maison !!!!

Bonne journée à vous tous, n’en faites pas trop d’un coup au jardin sinon vous ne pourrez plus bouger ! Qui va piano va sano ! (Qui va piano va sono aussi !)

Je vous embrasse tous ! Bon courage !

LN

Illustration : photo d’un crocus naturalisé, quelle grâce et quelle délicatesse !!!!

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 08:48

"fleur bleue"17-03-09-015

"Fleur bleue" 17-03-09-015

Bonjour à tous !!!!

Temps gris-tant pis !

Une amie m’envoie regarder une vidéo surprenante d’une gymnaste sans jambe. Hélas c’est parlé en anglais et je ne comprends pas un mot. Tout de même quelques mots d’une des jeunes femmes, et je saurais plus tard qu’elle n’est pas complètement américaine étant d’origine Roumaine…C’est pourquoi j’ai pu comprendre un peu !!! Je comprends moins mal les gens qui parlent anglais appris et non langue maternelle !

J’ai fait passer cette adresse aux amis et certains m’ont répondu que c’était « du voyeurisme indécent limite malsain sexuellement » « que c’était de la sentimentalité larmoyante facile et répugnante. » Moi je vois cela complètement différemment.

Maintenant j’ai le texte en anglais plus la traduction de la conversation que je n’avais pu traduire de l’oral, je vous raconte cette histoire vraie que vous pouvez trouver :

 

ttps://docs.google.com/file/d/0ByFUzo9KwryWWkRwUEw4bmZNaVk/edit?pli=1

 

Une petite fille de quelques mois a été adoptée par M. et Mme Bricker aux Etats -Unis. Cette petite fille n’a pas de jambes.

Les  parents ne cacheront jamais à la gamine qu’elle est adoptée. Ils savent que les parents biologiques sont des immigrants roumains et qu’ils ont abandonné la petite à la naissance. Normalement ils ne devaient jamais connaître le nom des géniteurs, et pourtant une erreur dans les papiers, ils l’ont vu, mais n’ont pas jugé utile de le dire à leur gamine.

Il y a déjà trois grands frères dans la maison, la petite fille, Jennifer est élevée sans contrainte, suivant les frères et très vite se déplaçant avec ses mains, ses bras et ses fesses sans difficultés. Elle adore faire du trampoline avec son père. Les docteurs ont essayé de lui faire adopter des jambes artificielles, mais elle n’en voulait pas, cela la gênait, elle était plus à l’aise sans et elle grandit ainsi. Elle est forte et vive, elle grimpe et saute sans problème et il faut la voir…courir n’est peut-être pas le mot, mais se déplacer à une vitesse incroyable.

En 1996 elle voit à la télévision une championne d’athlétisme, Dominique Moceanu et tombe en passion devant sa nouvelle idole. Il se trouve qu’elles se ressemblent beaucoup et la plus jeune s’identifie et veut faire de l’athlétisme aussi. Elle refuse les aides monétaires, et attaque les entrainements. Elle devient à son tour une championne.

Les parents sont alertés par la ressemblance et le nom, mais ce n’est pas un nom rare en Roumanie et particulièrement  en gymnastique, il y en avait eu avant déjà.

 

Dominique la championne ainée rompt à 17 ans  avec ses parents parce qu’ils ont profité de son argent gagné dans ses compétitions et contre les maltraitances de son père. Elle est émancipée.

Quand Jennifer à son tour a  16 ans, elle s’intéresse à savoir qui sont ses parents biologiques et demande à M.et Mme Bricker s’ils savent quelque chose de plus qu’ils n’auraient pas dit. Ils avouent qu’en effet ils n’ont pas pensé utile de lui révéler qu’elle avait le même nom d’origine que sa championne.

Jennifer écrit à Dominique Moceanu, sans révéler son état, mais disant qu’elles avaient le même nom et que comme elles se ressemblaient elle avait voulu comme elle devenir gynmaste etc…

Dominique demande à sa mère qui avoue en larmes qu’en effet elle a eu un bébé qu’elle a été obligée par son mari d’abandonner parce qu’ils n’avaient pas d’argent pour la faire soigner et qu’elle n’a même jamais vu l’enfant et qu’elle y pense souvent. Elle ne savait donc pas que l’enfant n’avait pas de jambes. Jennifer n’a toujours rien dit non plus. Une deuxième Moceanu était née depuis du nom de Christina élevée avec Dominique.

Dominique et Jennifer correspondent et apprennent à se connaître, l’ADN confirme leur parenté, elles grandissent et maintenant peuvent se retrouver. Le papa est décédé et Jennifer a 22 ans en 2010 quand elle rencontre sa mère biologique. Elle ne lui en veut aucunement de cet abandon car elle comprend que sa mère avait été malheureuse toute sa vie,  n’avait pas eu la parole avec le mari qu’elle avait et  Jennifer, par contre,  a été aimée et heureuse avec ses parents adoptifs, alors que Dominique et Christina ont eu au contraire une vie très dure.

Je trouve que c’est une belle histoire à plus d’un titre :

  1. L’enfant est née sans jambe ce qui est horrible au départ. Mais elle a une puissance de vie, de volonté qui lui permet de dépasser son handicape au-delà même de la simple nécessité.
  2. En définitive l’abandon qui semble également horrible a sauvé l’avenir de cette gamine pour son bonheur.

Comme quoi il ne faut jamais désespérer, on ne sait jamais ce qui nous attend, et si la nature vous donne la force nécessaire, avec un peu de courage et de ténacité on peut faire des choses incroyables.

Je ne vois là rien de négatif. Evidemment tout dépend des yeux qui regardent ! Mais le handicape ni ne m’excite, ni ne me fait peur ou me dégoûte et le fait que cette petite n’aie pas de jambes ne m’émeut pas en dehors des difficultés qu’elle a pu vaincre mais dont elle aurait pu souffrir.

Ce ne me semble pas du sentimentalisme excessif que d’admirer le courage de ces deux athlètes et la coïncidence de cette histoire de sœurs qui se retrouvent tellement semblables malgré tout.

« Ne dit jamais je ne peux pas » était la phrase toujours répétée par le père de Jennifer !

Il est également intéressant de noter que dans la lignée familiale des Moceanu il y a plusieurs athlètes qui, sans se connaître, se sont révélés de haut niveau. On peut donc penser qu’il y a un faisceau de gènes hérités pour devenir un athlète !

Illustration :

J’ai sorti une autre image de la vidéo, prise pratiquement au même endroit que la précédente et où l’on peut voir l’inclinaison peu naturelle des sapins en pleine tempête ! Et un dessin très « fleur bleue » !!!

Je vous souhaite un bon lundi et de démarrer la semaine du bon pied !!!

Vous m’accompagnez tout au long de mes journées et je reviendrai demain si vous le voulez bien !

Amitiés pour chacun de vous !

LN

tempête au rio

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 08:44

menu 2017

Menu 2017 au repas des anciens d'Ambrugeat. Astucieux!

Bonjour à Tous !

Et nous sommes revenus du

REPAS DES ANCIENS D’AMBRUGEAT

 enchantés comme chaque fois.

Je n’ai pas pris beaucoup de photos, je suis gênée de le faire, de prendre les photos des gens, surtout à table, et d’être debout devant tout le monde pour prendre un cliché.

Mais pour vous que ne ferais-je pas ?!

Il faisait un temps superbe. Avant d’entrer dans la salle des fêtes nous sommes tous restés un moment dehors pour les échanges de bisous, tant il nous était bon d’être un peu au soleil !

Puis nous sommes allés nous installer dans la salle, grandes tables blanches bien décorées avec toujours une surprise agréable.

Les bouquets ne sont jamais présentés de la même façon ! Cette fois ils étaient dans des petits verres différents et décorés et, précaution astucieuse, avec très peu d’eau au fond, ceci je pense pour deux raisons.

  1. J’ai appris il y a longtemps que les fleurs se gardaient mieux dans peu d’eau changée souvent parce que ce qui les perturbe c’est le pourrissement des tiges. Moins il y a de tiges dans l’eau, moins il y a de destruction. En changeant l’eau souvent, elle reste claire et bonne, et il est même parfois adroit de recouper si possible la base des tiges à ce moment-là.
  2.  Et, c’est la plus probable en ce cas, Les fleurs étant hautes pour un vase court et léger, cela réduit les inondations au minimum en cas de renversement.

Et chaque vase était accompagné d’un feuillet plié en deux et maintenu sur sa tranche avec, imprimé,  des fleurs différentes selon les exemplaires et les explications les concernant.

Nous avons trouvé deux places assises côte à côte, pas loin de nos amis et en face d’un monsieur que Michel connait bien et qui est bien sympathique. Il était avec sa femme avec laquelle nous avons fait connaissance avec plaisir.

Le menu le voici :

Je vous l’ai photographié sur fond de couleur pour que vous voyiez bien l’astuce une fois de plus. Malin et joli !!!!

Et lisez les énoncés ! Mystères !

On commence par les alcools. Ça ne manque pas, faites confiance !

Et une distribution de petites rondelles de pain de seigle tartinées de beurre salé et d’herbes fraiches, ciboulette je pense, elle commence à sortir de terre. Il y avait aussi sur les tables des cacahuètes.

Ensuite le velouté de légumes de la neige est un bouillon de légumes d’hiver parfumé d’une pointe de céleri je pense, léger et excellent.

Assiette maritime : Une assiette individuelle (qui suffit à me rassasier !) avec une tranche de pâté au poisson, deux grosses gambas grillées, une petite tomate ronde, une touche de mayonnaise, deux bouquets de mâche et un quartier de citron. J'espère ne rien oublier!

Le tout est cuisiné, préparé, par les membres de l’équipe et tout est délicieux.

Et petite touche complémentaire, nous avions deux serviettes en papier, une grande et une petite, la dernière prévue pour s’essuyer après l’épluchage des crevettes géantes, et une pochette de rince doigts !!!

Tout est tellement bien pensé et attentif !

Aide à la digestion, la glace du trou normand avec ou sans alcool selon la décision de chacun.

Plat de résistance bien de chez nous, J’espère ne pas vous dire de bêtise, je pense que c’est du bœuf dans une sauce de carottes et vin rouge. Je n’avais déjà plus très faim et pas envie de la viande mais reconnue de tous pour être très tendre et bien cuite. Ils pensent aux vieux qui ont des problèmes de mastication! C’était servi avec des pâtes tagliatelles arrosées de sauce et des tourtous corréziens. Je rappelle aux non-initiés que les tourtous sont des crêpes au sarrasin non sucrées bien sûr. J’ai pris un tourtou, (c’est en général Monsieur le maire lui-même qui les fait) avec un peu de sauce de la viande et une pincée de pâtes, parfait !!!!

Produits lactés du pays vous devinez bien que ce sont les fromages mais là il y a un petit mensonge bien vite pardonné, l’un était du brie juste à point.

Et là l’énigme dont je n’ai pas encore la solution, il faut que j’enquête…

Dessert en hommage à Jacques Offenbach un régal !

Sur fond de fruits au sirop une glace café vanille recouverte de chocolat enjuponnée de chantilly avec une gaufrette cigarette russe.

Pourquoi ce nom ? Pour le jupon de chantilly pour le french Cancan ? Pour les morceaux de poire Belle Hélène ? Offenbach n’était pas Russe…. Je donne ma langue au chat et je me suis régalée du dessert.

animation

 

Et pendant tout ce temps, c’est à dite jusqu’à 5 h pm environ, l’animation.

Pour tout vous dire, quand nous sommes entrés dans la salle et que nous avons vu le matériel musical installé, j’ai eu un pincement au cœur en pensant à notre musicien-ami décédé brutalement quelques jours auparavant. De plus, des proches de cet homme étaient au service dans l’équipe municipale et courageusement sont allé au-delà de leur chagrin pour faire de cette journée un bon souvenir pour tous. C’est courageux et généreux.

Photo 1- Notre chanteur local dont je ne connais pas le nom, mais qui chaque fois nous fait le plaisir de chansons traditionnelles avec une belle voix et beaucoup de bonne humeur.

Photo 2--Franck chantait accompagné de sa guitare des chansons diverses de notre époque et Sabine s’occupait des accompagnements enregistrés. Franck chantait très bien et  il s’accompagnait de gestes de mains que j’ai admirés pour être à la fois expressifs et gracieux. Trop loin pour vérifier mais il semble avoir de belles mains.

Sans photo, je n’ai pas pu… Francine seule mais surtout avec un monsieur que je ne connais pas, ont chanté également des chansons un peu légères mais très discrètement que Francine rendait parfaitement coquine avec ses mimiques.

Et parfois juste de la musique enregistrée par Franck et Sandrine pour faire danser.

Certaines personnes ont commencé à s’en aller aussi avons-nous profité des chaises libres pour rejoindre nos amis les plus proches et bavarder et rire ensemble.

Et voici la photo de toute l’équipe responsable de ce bon moment de regroupement des anciens d’Ambrugeat  et de ses villages alentour, merci à eux, une fois de plus tout a été fait de gentillesses et d’attentions particulières, sans oublier les petits mots à chacun, les mains sur l’épaule « Ça va ? Vous êtes contents ? »

Oui, nous sommes touchés et ravis,  merci à tous, c’était PARFAIT !!!

equipe d'Ambrugeat

Maintenant je vous entends chers tous !

-« Oh LN elle est gentille, elle veut toujours dire du bien de tout et de tous ! » sous-entendu : elle est un peu hypocrite ou carrément attardée.

Eh bien je me défends de cela. Naïve et gentille certes. Je ne dirais pas de mal de qui que ce soit si ce n’était obligé pour sauver quelqu’un d’autre par exemple. Dans d’autres cas, je ne dirais rien, je n’en parlerais tout simplement pas. Mais j’ai une faculté pour voir et entendre les choses gentilles, c’est ma façon de survivre.

Je sais que les repas des anciens sont devenus pratiquement « devoir communal» (et non « devoir conjugal ».)

Je ne suis pas allée à d’autres, je ne fais pas de comparaisons. C’est peut-être également fait avec autant de soin. Mais je note ici à Ambrugeat, dans tout ce qui est fait, une inventivité délicate, une attention dans les détails qui me touchent et je devine même quels en sont les instigateurs ! Nous avons à la tête de notre commune des personnes très humaines et sensibles, « Tant vaut le chef, tant vaut la troupe » et, en cette période de pourritures étalées de pouvoir et d’argent, de manipulations en tous genres, il est bien agréable de sentir autour de nous cette grande amitié qui oublie rancœur et différents pour nous réunir une fois l’an.

 

La fête est finie, le soleil est parti, il fait tout "gris-z-humide", mais nos cœurs sont réchauffés, tout va bien, et j’espère avoir pu partager ces sentiments avec vous tous, que chacun en garde précieusement un éclat tendre !

Avec mon affection comme toujours !

LN

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2017 6 11 /03 /mars /2017 08:53

ciel de tempête au rio

Ciel de tempête au rio de Mars 2017

Bonjour à tous !

Comme aurait dit maman : « Enfer et damnation il va faire beau, il va falloir que j’achète du mort-herbe ! » L’association des deux pensées, une fois réalisé le sens, nous valut un sacré fou-rire et la phrase est passée « historique » entre nous-deux !

Non, pas de mort-herbe pour nous. Mais c’est bien la fin de mes vacances d’hiver, le jardin nous appelle !

J’ai donc abandonné crayons et ordinateur et suis allée « décrapouiller » comme disent les couvreurs quand ils doivent nettoyer un toit et surtout les combles dont personne ne s’est occupé depuis des siècles au moins !

J’ai arraché les ronces, pas mal de végétaux demi secs et demi pourris qui servaient d’édredon aux racines des plantes, taillé les rosiers, mal comme d’habitude car je ne sais pas, mais je fais de mon mieux en essayant de comprendre ce que veut le rosier ! Pendant ce temps Michel retournait un bout de terrain en fichant consciencieusement en l’air les choux kales que je voulais laisser monter à graines. Il avait dit qu’il les laisserait, mais il ne NE LE PEUT PAS. C’est plus fort que lui, pensez donc, le rectangle n’aurait pas été rectangle avec ce coin entamé ! Mais ayant certainement moi-même mes nécessités absurdes et personnelles, je n’ai rien à redire ! Je respecte. Tant pis pour les choux, j’en ai gardé deux dans la serre.

Pourquoi dit-on, après avoir beaucoup marché : « Oh là là ! Je suis fatiguée, je ne sens plus mes pieds ! » Car je vous garantis que moi, je les sens ! Non !!! Pas à l’odeur ! Mais à la douleur, oui !!! Et mes reins aussi ! Les premiers efforts sont toujours difficiles, il est moins pénible de tenir un crayon…Encore que ! ahahah

Et puis j’étais contente et rassurée de voir sous le fatras de feuilles mortes, les violettes et les pousses délicates qui courageusement cherchent à reprendre du service ! Ces pointes vertes si tendres qu’on aurait même envie de les manger ! Après la neige et la tempête les crocus tentent de se redresser, eux aussi ont mal aux reins ! J’ai vu trois perce-neige et cette année j’ai pas mal de roses de Noël ! Les primevères timidement font une petite rosette, je n’en ai pas beaucoup, et j’ai vu une pâquerette. Le pavot, cadeau de notre chère Nanou, était mort l’année dernière et j’en étais bien triste. Eh bien, il renait !!!! Je vais faire attention de bien le dégager !

J’ai dit « Notre chère Nanou » car c’est une femme de la région qui nous a quittés trop tôt il y a quelques années, mais je ne pense pas qu’il y ait une personne dans les environs qui ne s’en souvienne avec  nostalgie tant tout le monde l’aimait.

J’avais pris des vidéos de la tempête mais même aussi courtes chacune père environ 41MO !!!! Impossible de les envoyer ! J’ai demandé, à tout hasard à notre ami Elantra qui fait beaucoup de jolies vidéos s’il était possible facilement de les alléger, mais je ne le pense pas. Aussi n’aurez-vous qu’une photo du ciel enragé.

Demain c’est repos. Non, je ne suis pas à nouveau perdue dans les jours, je sais que demain c’est samedi, mais messieurs et Dames, NOUS SORTONS ! Ce n’est pas le « Bal des Débutantes », mais « le repas des anciens ! ». Moins glorieux ! Rester assise aussi longtemps devant une table à ne rien faire me sera pratiquement aussi pénible que d’aller couper les ronces mais j’y récolterai une  sensation humaine rassurante d’amitiés, de respect, de générosité et de dévouement. Cela vaut bien l’effort car en ce moment c’est certainement les sentiments dont nous avons le plus besoin !

J’espère seulement que je pourrai être assise à côté de mon mari, et non en face, nous aimons être à côté l’un de l’autre et pouvoir nous parler au besoin ne serait-ce qu’à demi-mot ! L’année dernière un monsieur a prétendu avoir réservé cette chaise alors que Michel la gardait pour moi depuis un moment pendant que j’embrassais quelques-unes de ces dames. Je n’ai pas voulu faire d’histoires pour si peu, mais cela nous a privés de notre complicité. De plus, cette chaise est restée vacante pendant pratiquement tout le temps et le monsieur en question n’a pas semblé avoir un lien avec celui qui a fini par s’y installer en fin de repas, je n’ai pas trop compris. Mais tout cela n’est pas grave ! D’autant plus que je me suis trouvée assise près de ma voisine –amie et nous avons pu bavarder…si je puis dire, car avec le bruit ambiant et mes oreilles fatiguées, ce n’était pas si facile !

J’espère pouvoir vous raconter des choses amusantes demain, mais en attendant je vous souhaite une belle et bonne journée !

Avec une volée, non pas de « bois vert » mais de baisers !!!

LN

Partager cet article
Repost0