Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 08:33
mouettes-acrylique sur bois.
mouettes-acrylique sur bois.

Bonjour à vous chers tous!

Quand j’ai ouvert mon ordinateur hier, il y avait quelqu’un qui écrivait tenter de réparer un lecteur c, ( ?), puis j’ai vu défiler les pourcentages sur mon écran….

J’imagine un jeune homme, (tous les électroniciens ne sont-ils pas de jeunes hommes ?) assis devant un immense tableau clignotant représentant tous nos ordinateurs. Soudain une lampe rouge s’allume au milieu de tous ces éclats verts :

-« Oh Mon Dieu, s’exclame le jeune homme, mais c’est la petite Hélène qui a des ennuis d’ordi, vite vite je vais réparer afin qu’elle puisse envoyer ses messages de la plus haute importance et répande sur le Monde les graines de son intelligence incommensurable ! »

Ahahah !

Bon, allez, j’arrête de me moquer, mais comment peuvent-ils savoir, parmi ces millions d’ordinateurs, lesquels sont en panne, ont un souci ? Comment peuvent-ils réparer quoi que ce soit ?

C’est vraiment un Monde qui m’intrigue et que j’aimerais approcher, tout autant que la sauvegarde des petites tortues ou des hippopotames !

Je ne sais pas si cet exploit m’a remis mon ordinateur en équilibre, mais il fonctionne… à suivre.
De toute façon je vais faire mes sauvegardes, nécessaires, et je verrai aprè
s.

Aujourd’hui je n’ai pas eu le temps, les pains à pétrir et de la cuisine à préparer, congeler.

On peut faire un cassoulet avec des haricots, un bon salé aux lentilles etc…

Mais on peut aussi ajouter quelques lentilles au riz d’un poisson, des pois chiches à une soupe de tomates etc.

Seulement lentilles, haricots, pois chiches ou cassés, fèves, tout cela est bien trop long à cuire pour une cuillerée nécessaire !

C’est pourquoi je cuis nature les uns et les autres en quantité, je congèle en plaques (lentilles) que je pourrai casser ou en vrac qui se défait plus facilement (pour les autres) et ainsi je peux varier mes plats sans problèmes.

J’ai aussi cuit des petites pommes pas très mûres et les ai caramélisées pour le dessert.

Et j’ai préparé mes quatre pâtes à pain, trois au réfrigérateur et une à cuire dès qu’elle aura gonflé.

Ceci ne m’a laissé que le temps de répondre à mes correspondants !

Le dessin que je vous mets, sur bois, me rappelle un bon souvenir de notre voyage de 4 ou 5 jours en Angleterre grâce à Maman. Ce fut très agréable et nous nous sommes bien amusés, c’était intéressant même si nous ne sommes pas allés dans des musées mais plutôt voir vivre les gens dans les rues.

Mais mon plus beau souvenir de ces moments-là, c’est au retour. Maman rapportait de là-bas du pain de mie qu’elle aimait bien. Et moi j’en ai utilisé une grande partie pour alimenter le ballet de mouettes qui attrapaient les morceaux en plein vol. Nous avons l’habitude de voir voler les oiseaux au-dessus de nous et là il y en avait partout : au-dessus, en dessous, sur les côtés et leur adresse faisait notre admiration !

Comme les gosses, je rapporte un détail quand on me montre l’immensité.
Cela me rappelle avoir emmené une petite fille au Jardin des Plantes et la seule chose dont elle se souvienne, c’est le pigeon qui marchait devant elle. Elle devait avoir 4 ans. Pour les mouettes anglaises j’étais maman d’une fillette du même âge que la gamine au pigeon, mais je pense que mon mental était de 4 ans égalemen
t…

Et puis, j’y pense tout à coup…

Je dois toujours avoir 4 ans quelque part !!!!

Du Jardin des Plantes ce dont je me souviens le plus c’est du choc que j’ai reçu en croisant le regard du gorille.

Il avait une cage qui prenait tout le fond de la pièce plutôt sombre. Il était éclairé comme s’il était sur la plage. Il était énorme, allongé sur le côté comme un humain, appuyé sur son coude à nous regarder d’un œil ennuyé, et nos regards se sont rencontrés et…Je ne saurais vous dire, j’ai rencontré quelque chose d’humain qui m’a fait honte d’être là, à l’observer ! Il avait une sorte de lassitude blasée et en même temps dans ses yeux j’ai reçu sa présence, un vrai contact. J’en suis encore très perturbée en y pensant.

Mais ce n’est pas tout ça, une journée s »ouvre et il faut la faire !

Alors je vous laisse à vos tâches en vous les souhaitant légères et agréables !

Je vous envoie toutes mes chaudes amitiés, quelques degrés caloriques ne seront pas de trop !

Et à demain si vous le voulez bien !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 08:53
oiseau-09-10-28-227
oiseau-09-10-28-227

Bonjour les amis!!!

Quelle journée! Pas chaude mais animée par le téléphone.

Je commence par le mien à J.R. mon gentil gourou électrotechnicien. Je lui raconte mes malheurs auxquels il compatit car il est gentil. Et il m’explique :

-Qu’il faut que je sauvegarde tout précieusement.

-Que je désinstalle le Pack Office

-Que je ferme et ouvre à nouveau l’ordinateur.

-Et que je réinstalle le Pack Office en faisant bien attention d’avoir le numéro d’une part et de ne pas faire d’erreur sinon il faudrait le racheter.

Vous savez combien je suis à l’aise avec cette mystérieuse et capricieuse machine !!!! Et combien j’ai confiance en mes capacités !

J’ai la TROUILLE !!!! C’est clair !

De plus vu le peu de temps chaque jour consacré à l’ordi, il me faudra deux jours pour les sauvegardes et peut-être autant pour défaire et remettre le pack, je ne sais combien de temps cela peut prendre à s’installer !

Pourquoi n’ai-je pas quelqu’un qui s’y connaisse par-dessus mon épaule pour me guider et me soutenir ?ahahah Que je me sens seule dans ces coups- là !

Je pourrais également porter l’ordinateur à Egletons et retourner le chercher plus tard mais Michel n’est pas très chaud pour les deux balades !

Deuxième coup de téléphone :

-Allo madame, je vous appelle de la part d’Efira ???? (je ne comprends pas le nom, la dame a un fort accent Africain.

-Pardon, de la part de qui ?

Efira ???? je suis médium et je vous propose mes services …

J’éclate de rire, je remercie la dame dont j’ai bien du mal à comprendre le jargon et je raccroche.

Mais cela m’amuse beaucoup, la MEDIUM qui a besoin…du téléphone !!!! C’est un gag !

Nous sommes prêts à partir à Ussel pour le rendez-vous en cardiologie, Michel sortant de la douche finit de s’habiller, moi de me préparer également.

Téléphone :

-Madame Porcher, tout va bien ? Je suis la secrétaire du docteur…

Je coupe..

-Oui, oui, on est prêt à partir rassurez-vous, on arrive !

-Mais madame Porcher, votre rendez-vous c’était à 15heures !!!

-Mais non, vous avez dit 5h30 ! J’ai noté, répété pour confirmation et même re-noté en vous le disant, j’ai le papier sous les yeux, c’est marqué deux fois !

-Non, non, c’était 15h. Mais ne vous inquiétez pas..

-Ah si, ce n’est pas mon genre de poser un lapin surtout à un docteur aussi occupé, et je suis vraiment désolée, veuillez m’excuser auprès du docteur…

-Non, non, ne vous alarmez pas je vais vous redonner un rendez-vous, dans le fond c’est plutôt bien que vous ne soyez pas venus car le docteur était complètement débordé aujourd’hui, alors Mardi 1er décembre à 15 h

-15h !!!

Entre temps je m’étais rapprochée de Michel :

-Chéri tu regardes, j’ai bien marqué 15h, oui, bon c’est OK !!!

Que je confonde 5 et 15, à l’oreille c’est bien possible après tout, mais où ai-je pu prendre le 30 ??? Au secours Monsieur Freud !!!

Et une chance que cette dame nous ait appelés JUSTE avant que nous soyons partis !!!!!

Maintenant nous reste à espérer qu’il n’y aura pas de neige Mardi prochain !

Là, je vous écris le mardi soir et elle tombe doucement la neige, sans aucun bruit, l’hypocrite ahahah

Je vais mettre la soupe à cuire…
A demain matin chers amis et dormez bien !!
!!

Mercredi !

Bonjour à tous !

Oh que j’ai bien dormi ! J’ai du mal à mettre mes os face à leurs trous mais je ne sais pourquoi je me sens reposée. Je souhaiterais tellement que vous tous ayez cette belle sensation ! Sans les os qui cherchent à se placer !

En fait pas de neige, du brouillard humide t il fait moins froid, du moins au thermomètre car la sensation n’est pas meilleure.

Mais chouette, il y avait encore des braises, le tuyau était chaud et Michel a pu faire repartir le feu tout de suite dans la cuisinière, CONFORT !!!

Je me suis dépêchée d’imprimer les cartes demandées par mon amie Do. Ainsi , si j’ai des problèmes d’ordinateur, au moins elle aura ses cartes.

Ce matin il fonctionne comme si de rien n’était. Je n’y comprends pas grand-chose, mais je ne pense pas que les problèmes de connexions puissent avoir une incidence sur WORDS ou la visionneuse ou autre ?...

A suivre…

Et puis j’ai copié le dessin envoyé par mail par ma petite petite fille, Effie, et j’en ai fait deux cartes, une pour accrocher face à moi à côté d’une « muffet » faite par sa maman quand elle était petite et une pour lui envoyer.

Tout va bien. Si seulement cette machine pouvait avoir retrouver son équilibre et ne pas m’obliger à des tas de travaux périlleux et à tant de perte de temps ce serait parfait…. Il y a toujours quelque chose, c’est décourageant.

Bonne journée à tous et toutes, bonne connexion et bonne machine ! Les oiseaux de la fenêtre, les grillons, les poules, Michel et moi, nous vous envoyons plein d’amitiés et d’étincelles de vie !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 09:52
Fleurs-10-07-07-069
Fleurs-10-07-07-069

Bonjour à tous!

Encore une journée en cuisine hier. Mais le temps perdu là, j’espère le rattraper par la suite !

Pourtant aujourd’hui c’est encore fichu pour moi, la secrétaire du cardiologue a appelé à 4h pour dire que nous avions rendez-vous demain 5h30 !

Donc aujourd’hui hôpital d’Ussel.

Nous avions pourtant bien dit au docteur de nous appeler avant novembre et ceci depuis des années, Michel n’a pas d’urgence pour l’instant, mais chaque année c’est pareil, je me demande s’il le fait exprès.

Nous avons un gros problème de compatibilité avec ce gentil médecin à qui nous n’avons rien à reprocher professionnellement, mais ça passe mal entre Michel et lui et comme mon mari ne sait pas cacher ses sentiments… Bon on va voir… Mais du coup on va rentrer de nuit, mes petites poules ne seront pas fermées et vont avoir froid.
Car il fait froid.
Beau, cela semble devoir être bien ensoleillé même si j’en juge par les teint rosé du matin, mais nous avions -5°C hier so
ir !

Je vous « poste » donc un peu rapidement ce texte écrit il y a quelques jours, et je vous fiche la paix pour courir faire notre travail, vous et nous !

Les vieux amants…

Nous sommes vieux tous les deux, c’est vrai, mais bon sang, nous sommes encore vivants!

Ma femme a mal dans les jambes et peut difficilement se déplacer, et moi je ne suis pas tellement plus brillant. Mais nous sommes tous deux encore heureux d’être ensemble.

Seulement il y a un problème…

Les enfants et leurs enfants vivant dans la maison familiale, ont tenu à ce que nous venions vivre avec eux. C’était bien généreux et nous avions dit non au début, mais cela arrangeait tout le monde, enfin ils le croyaient…

Mais ce n’est pas facile !

La jeunesse ça court, ça crie, ça nous bouscule ! L’un deux a failli me faire tomber l’autre jour !

Personne n’est méchant mais nous nous faisons gronder dès que nous bougeons :

-Papi t’es dans le chemin, reste dans ton fauteuil !

-Mamie tu vois bien que tu me gènes, laisse-moi faire !

Et puis les plaisanteries, pas méchantes, non, mais à la force…

-Papi, mais t’es sourd ou quoi ?

Ben oui, je suis sourd, mais ce n’est pas une raison pour me gronder, je n’ai pas choisi de l’être !

-Mamie regarde où tu mets les pieds, t’es miraud ?

Et oui elle a marché dans le petit tas de poussière qu’elle n’avait pas vu…

Sans compter les plus jeunes, Oh nous les adorons, c’est si beau ces poussinets ! Mais ça piaille, ça ne sait pas où ça court, ça pleure sans arrêt…

Alors petit à petit nous nous sommes retirés tous les deux dans la chambre, ne venant dans la salle que pour manger avec eux.

Mais là encore, le repas c’était un peu long, il y avait les disputes, tout se réglait à table !

Et puis ma femme et moi n’avons plus nos dents de 20 ans, nous mangions lentement, trop lentement pour des gens qui doivent repartir à leurs occupations !

Alors notre ange gardien nous a envoyé une personne qui est venue nous soigner, directement dans notre chambre.

Elle vient le matin, en milieu de matinée environ.

Elle prépare des plateaux pour tous les habitants de la maison et elle les installe dehors dans la cour.

Elle fiche tout le monde dehors et elle ferme la porte de la maison.

Elle ouvre grand la porte de notre chambre. Moi je sors, mais en général ma femme ne le fait pas. Alors l’aide-soignante vient l’obliger à le faire malgré les vertes protestations de mon épouse. Mais l’aide-soignante à raison, elle a besoin de bouger un peu ma chérie !

Ensuite cette brave femme lave notre vaisselle et nous sert un repas complet y compris dessert, une madeleine en général. Nous nous installons et mangeons tranquillement pendant qu’elle fait le ménage de la maison. Elle fait doucement tout en chantant et nous ne craignons rien, même quand elle est perchée sur son échelle pour nettoyer les chambres du haut.

Parfois elle doit sortir pour aller chercher de l’eau par exemple. Alors elle le fait les deux pieds en avant pour empêcher les plus hardis de rentrer en se faufilant ! Elle est adroite, il faut la voir faire !!!

Quand elle a fini le ménage, que nous avons bien mangé, elle me guide vers la chambre que je réintègre, puis elle soulève ma femme pour qu’elle me rejoigne. Ensuite elle ferme la porte de notre refuge en laissant juste un entrebâillement pour si nous avons besoin d’appeler et pour nous permettre de voir de loin la vie intense de notre grande famille.

Mamie et moi nous installons confortablement l’un contre l’autre, jouissons du spectacle, et quand nous sommes fatigués, nous nous endormons en ne faisant qu’un.

Alors l’aide-soignante ouvre la porte de la maison, s’engouffre la vie, le bruit, le mouvement, la joie et les disputes, cet ange-gardien récompense tout ce petit monde de friandises et nous quitte jusqu’au lendemain.

Comme des coqs en pâte nous sommes !!!

Signé : le vieux coq et la vieille poule d’Hélène Porcher, le 19 novembre 2015

Un clin d’œil !

Mais c’est aussi de façon détournée un hommage et un remerciement à toutes ces femmes dévouées qui viennent s’occuper des personnes âgées avec patience !

Je vous souhaite de n’en avoir jamais besoin et, pour l’instant, profitez bien du jour, accompagnés de mes amitiés… !!!

LN

Moi j’étais prête à temps ! Mais la connexion dort encore !

En plus j'ai décidément un gros problème d'ordi qui se balade, il va falloir prendre de grandes décisions... En suis-je capable? à suivre...

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 08:33
Papillon-14-02-03-005 PHOTO
Papillon-14-02-03-005 PHOTO

Bonjour chers amis!

Comment allez-vous ce matin?

Un peu rouillés au réveil ? Je vous comprends, avec ce froid nous resterions bien en rond au fond des plumes un peu plus longtemps !

Il n’a pas neigé cette nuit, trop froid ! Il ne reste que cette poudre blanche d’hier conservée aux creux des herbes.

Hier fut une journée cuisine. Debout à piétiner toute la journée à cuire, congeler et…à faire des tas de vaisselles grasses que je déteste !

Mais maintenant nous avons des viandes cuites au congélateur, ce souci est écarté de mon chemin.

Le soir, par contre, j’avais les genoux dans les hanches ! Ah où sont mes vingt ans ??? Oh, même plus ! A soixante j’étais encore vaillante !

Je n’arrive pas à réaliser que j’ai l’âge que j’ai. Je suis si jeune dans ma tête ! En fait, ce sont les emballages qui posent problèmes ahahah !

Allez, je ne vais pas me plaindre, je pense à un beau garçon de 42 ans à qui on vient d’annoncer cette vilaine « longue maladie » nous en sommes retournés. Mais je sais que même si ce sera long et pénible, même si il se retrouvera avec des suites contraignantes, il s’en sortira et il vivra, il aura la force et l’entourage nécessaire pour construire le reste de sa vie avec ça.

En ce moment nous recevons de bien jolis textes encourageants, défense ou consolation contre les vilains événements actuels, ou plus exactement pour l’amour de ce pays, des poésies d’Eluard or d’Aragon fort belles que nous avions un peu oubliées, des textes qui parfois faisaient un peu sourire et qui reprennent leur actualité.

J’ai reçu ce texte de Grand Corps Malade que j’aime beaucoup, je le trouve très beau, (pas le garçon, le texte !) aussi je vais vous le copier pour que vous en profitiez également.

« Après trois jours d’une tristesse infinie et d’une gueule de bois sans précédent, ce matin je suis optimiste. Comme beaucoup, j’ai lu la presse, regardé la télé, parcouru les réseaux sociaux pour comprendre ce qu’on était en train de vivre, pour mettre des mots sur l’indicible, pour regarder mon pays. Alors, bien sûr, j’ai vu de la peur, un peu de haine, du désir de vengeance, j’ai même vu quelques gros cons aussi vulgaires qu’indécents. Mais j’ai surtout vu de l’espoir. J’ai surtout vu du courage et de la dignité. Comme ce veuf qui déclare aux terroristes dans un texte incroyable qu’ils n’auront pas sa haine, ni celle de son fils de 17 mois. Comme cette vieille dame qui affirme que nous fraterniserons avec 5 millions de musulmans et que nous nous battrons contre les 10 000 barbares. Comme ce journaliste qui déclare que personne ne pourra nous prendre ce qui nous constitue. Comme cet enfant qui répète que les fleurs et les bougies, c’est pour nous protéger. J’en ai vu et lu des dizaines comme ça, merci. On dit d’un animal blessé qu’il peut être dangereux. Je découvre aujourd’hui qu’un pays blessé peut être intelligent. Ce matin, je suis optimiste et j’aime mon pays comme rarement. Oui, la France est belle car elle ne cédera pas à la panique. Elle est belle car elle continuera de faire briller toutes ses couleurs, ses différences et ses incohérences. Elle est belle car elle aime danser et faire du bruit, chanter et vivre la nuit. Elle est belle parce qu’elle aime lever son verre en se regardant dans les yeux. Elle est belle parce qu’elle a une grande gueule. Elle est belle parce qu’elle est rebelle et insolente. La France est belle parce qu’elle est libre et ça, personne ne pourra lui enlever. »

GRAND CORPS MALADE

Rien à dire de plus, je vous laisse sur cette belle plume qui réchauffe autant ou presque que nos édredons !

Bonne journée à tous, prenez plaisir à vivre, que vos peines s’étouffent et vos belles pensées s’élèvent !

Je vous envoie des brises de chaude amitié !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 08:38
Papillon danse-10-01-22-005
Papillon danse-10-01-22-005

Bonjour à tous!

Ce matin tout est blanc !

On s’y attendait après la journée d’hier !

Une journée de samedi bien remplie.

Mais dès le matin des giboulées de neige en petites boules nous ont un peu surpris et surtout poussés à aller au ravitaillement sans tergiverser.

La neige à cette époque n’a rien pour surprendre mais on s’était bien habitués à ce que l’été dure éternellement !!!

Je vous ai déjà parlé de la petite maison sur la route et notre ami décédé encore bien jeune.

Cet endroit est moins dangereux pour tourner les voitures que devant chez nous où c’est étroit et en plein virage.

Maintenant l’endroit est abandonné, plein d’herbes et surtout de genets qui ont bouché l’entrée et la vue sur la maison.

Avant de partir pour Meymac, Michel est allé virer de bord là-bas. Quand il est revenu il m’a dit vite fait :

  • « Téléphone à Paule, il y a une voiture et des gens qui bougent dans la maison, je ne peux pas voir mais ce sont peut-être des voleurs, on ne sait jamais. »

(C’était déjà arrivé deux fois par le passé)

Mais Paule était absente, j’ai dû laisser le message sur son répondeur…

En revenant de nos commissions, nous sommes retournés là-bas, décidés d’aller voir ce qu’il se passait, ennuyés de ne pas savoir si Paule était au courant, un peu inquiets de nous retrouver nez à nez avec des voleurs agressifs peut être.

Mais non ! C’était elle qui était là avec leurs enfants et nous étions tous très heureux de nous retrouver et de pouvoir nous embrasser.

Nous ne sommes restés qu’un instant car ils étaient bien occupés et nous aussi, il nous restait à tout décharger de la petite voiture rouge (qui a des pneus neige et donc notre préférence par ce temps).

Mais Paule a une particularité, c’est qu’il est absolument impossible de partir de chez elle les mains vides !

Aussi m’a-t-elle glissé quelque chose entortillé dans un papier-torchon : « fais attention, c’est fragile, c’est un kaki »

Je sais ce qu’est un kaki.

J’ai dû goûter une fois un kaki il y a des années (lumières peut-être même) mais cela ne m’a pas laissé un souvenir impérissable qui m’ait poussé à en racheter.

Mais le kaki si gentiment offert est là, Michel ne connaissait pas du tout, nous avons coupé un petit morceau pour voir…et nous avons tout dévoré comme des cochons car le jus nous coulait entre les doigts, c’était délicieux !

Je pense qu’il y a kaki et kaki…et des gens pour savoir les choisir ! Merci Paule !

Encore une journée avec ses découvertes !

De plus, au retour, mon ordinateur fonctionnait et j’avais un mail très gentil me donnant des nouvelles de ma grande petite fille et un beau dessin de ma petite petite fille, la grande l’ayant scanné pour l’envoyer !!! N’est-ce point gentil tout ça ? Ca fait chaud au cœur !!!

Une petite chose mignonne :

L’hôpital où était Judy (USA) diffuse de temps en temps une petite musique enfantine qui résonne joyeusement dans tout l’hôpital….C’est pour annoncer une nouvelle naissance ! Adorable, non ?

C’est dimanche mes amis, le premier jour de neige de l’hiver et sans doute pas le dernier !

Fermez les portes et les fenêtres, secouez les feux, il fait bon être chez soi !

Je vais aller cuire…un poulet ! J’ai pensé en acheter un hier et ça fait longtemps que nous n’en avions pas fait rôtir.

Bonne journée à tous et toutes, j’espère pouvoir glisser ce texte et toutes mes amitiés chaleureuses sur le blog ce matin, je fais de mon mieux !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 08:48
Chouette-14-04-12-055
Chouette-14-04-12-055

Bonjour cher tous!

Ce matin, il neige !

Il a fait un temps sauvage! Je craignais que les mésanges ne se fassent jeter contre les carreaux par le vent !

J’avais bien des soucis de tous ordres….

Et sur le soir tout s’est éclaircit…Sauf le temps !

J’ai retrouvé Internet et les mails et, parmi eux, une lettre de Judy elle-même !

Rentrée dans SA maison, dans SON lit avec SON fils et SON énorme chat Maine-Coon.

Ah que c’est bon de rentrer chez soi !

Elle a été dans un bon hôpital dans lequel elle a été bien soignée et même dorlotée. Mais tout le monde aime Judy ! Impossible de faire autrement !

Si je vous en parle c’est, plus particulièrement, parce qu’elle a rencontré une sorte de miracle, je ne connaissais pas :

Comme Judy a du mal à respirer (elle est sous oxygène) cela joue sur la circulation sanguine. Comme elle n‘a pas beaucoup de souffle, elle fait le moins de gros efforts possibles et comme elle est très fatiguée elle est souvent couchée.

Et depuis longtemps elle a les jambes qui gonflent et bien entendu, cela a empiré avec le temps.

Elle souffre, ses pieds gonflent, sont complètement gelés quand elle se couche, cela lui procure des sueurs froides quand elle se réveille, bref ce n’est pas la joie, sans parler de la peau qui craque et sa crainte d’un ulcère. Sa maman en souffrait et elle ne se fait pas d’illusion sur ce plaisir.

A l’hôpital on lui a enserré les jambes dans des gouttières gonflables qui se gonflent et se dégonflent de façon régulière, selon un rythme cardiaque.

Et mon amie a soudain a retrouvé des jambes normales, des pieds normaux et comme elle dit elle-même : « vous ne le croiriez pas, mais j’ai encore des os dans les jambes » qu’elle redécouvre.

Je le signale, je suppose que cela doit exister en France aussi et certaines personnes pourraient en trouver grand bénéfice.

Son docteur va essayer de lui trouver cet appareil pour chez elle, je l’espère vraiment !!!

J’espère ne pas vous avoir « infestés » de mon « mal-aise », j’ai fait de mon mieux mais cela n’allait pas très fort. Pourtant je ne voudrais transmettre que de la joie, mais parfois c’est difficile !

Quant à WORDS je ne sais ce qui s’est passé. Normalement les applications de l’ordinateur ne doivent pas dépendre d’Internet ? Normalement on peut avoir un ordinateur pour travailler même si on n’est pas branché sur le Monde ?

Or, malgré le panneau qui s’affiche chaque fois, il finit par s’installer (touchez du bois mes amis), et traitement de texte, visionneuse et capacité d’enregistrer s’activent à partir du moment où le contact s’est fait à nouveau avec nos autorités matérielles.

Bizarre. J’espère car je viens de regarder la météo, cela ne va pas aider nos déplacements !!!!

Et il faisait si moche que Michel s’est dégonflé, et nous ne sommes pas allés au supermarché. Il a dit « demain » et demain c’est aujourd’hui…

Chantez mes amis :

« Aujourd’hui peut-être

Ou alors demain… »

Pour le sacré soleil, ce ne sera pas encore pour aujourd’hui !

Rassurez-vous, nous avons les coqs à manger avant les chats !!!!

A suivre !

Là-dessus je vais vous laisser faire votre journée en toute tranquillité mais pas sans vous charger de la chaleur de mon amitié !!!!

Prenez soin de vous, attention ça glisse et couvrez- vous bien !

A demain si Internet et le temps le veulent bien !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 10:12
Voile de lumière....
Voile de lumière....

Bonjour chers amis !!!

Ce fut encore une journée grise-humide, et anxieuse car j’ai dû attendre jusqu’au soir pour savoir que mon amie rentrerait chez elle fin de semaine. La bataille ne semble pas gagnée mais si l’hôpital la laisse retrouver sa maison, elle on peut espérer qu’elle soit hors de danger. OUF.

L’électricité coupait par saccades. Mon ordinateur étant allumé en a été tout déboussolé. Il se rallumait tout seul, ensuite je ne pouvais l’éteindre, puis plus le rallumer et Words ne fonctionnait plus normalement.

A tout hasard j’ai nettoyé (mais il avait été fait récemment) et défragmenté (mais il n’y avait rien à faire là non plus), et puis cela semble s’être remis en place plus tard… à suivre….

Et bien sûr, alors que j’attendais des nouvelles, impossible de recevoir ni envoyer les mails !!!

Et pour faire bonne dose, Mister Zona était très énervé, et mes yeux avaient du mal à voir !

Mais tout allait bien malgré tout ! Juste qu’il y a des jours où il faut ramer plus fort que d’autre, on pagaie dans la pagaille et ce n’est pas gai ! ahahah mais si !!! C’est juste pour le jeu de mots !

Je vous mets aujourd’hui ce texte, car on n’y pense pas trop, mais ces mamans-là sont comme nous, et elles pleurent….

Au-delà de la violence…

-Maman, maman, je t’en prie, ne pleure pas !

-Comment veux-tu que je ne pleure pas, c’est mon enfant ! C’est mon bébé ! Mon joli bébé que j’ai perdu ! Qu’est-ce que nous avons pu faire pour que cela arrive !

N’avons-nous pas fait tout ce que nous pouvions pour vous élever comme il faut ?

-Si maman, si !

-Avez-vous manqué de quoi que ce soit ?

-Non, maman, non, vous avez été de bons parents ! Maman ne pleure pas…

-Il était un si beau petit, tu te souviens comme il riait ? Abdel, te souviens-tu comme il te taquinait quand il allait te retrouver dans ton lit ? Ma fille, tu m’aidais bien pour m’en occuper, une véritable petite maman tu étais !

-Oui maman, oui…

-Quand on est arrivés votre père et moi, c’était dur, mais on n’a rien dit, on n’a pas pleuré et pourtant des fois, j’en avais bien envie ! Il faisait si froid en France le premier hiver ! Et nous n’avions pas grand-chose !

Mais nous n’avons jamais regretté parce que nous voulions vous donner votre chance. En France vous auriez une belle vie, vous pourriez suivre des études, connaître des choses en toute liberté, choisir vos vies, vos maris et vos femmes ! Non, jamais nous n‘avons regretté notre émigration ici, même si ce fut bien difficile. La France, pour nous, c’était la porte du Monde et je voulais tant que vous soyez tous français !

Est-ce que c’était mal ? Dis-moi ma fille, est-ce que nous avons eu tort ?

-Non Maman, maman je t’en prie, tu te fais du mal…

-Et ce fils, juste après toi ma grande, comme nous le souhaitions ! Ah nous étions fiers, une fille et un fils ! Après nous pouvions accepter qui venait sans souci ! Et le ciel m’a béni de vous six, filles et garçons tous sains et bienvenus !

Ah j’ai prié, oui j’ai prié Dieu. Mais ai-je péché ? Non, j’ai prié Dieu en l’appelant Allah parce que c’est le nom qui avait été inscrit dans mon cœur, mais Allah, Dieu, Jehova ou Vishnou c’est Dieu et c’est Tout ! C’est le nom qui change, mais mon cœur est le même et Lui il doit bien savoir puisqu’il sait tout ! Dis-moi petite, je me suis trompée ?

-Mais non Maman, tu nous a bien appris, la morale et le respect, la tolérance au nom d’un Dieu universel quel que soit le nom qu’on lui donne !

- Et Dieu ne demande pas à ce que l’on massacre son prochain ! Pourquoi se croit-il plus grand que Dieu ?

-Il n’a pas réfléchi. Il a la haine et il prend de la religion ce qu’il voudrait pour justifier son goût de vengeance et de pouvoir.

-Mais mon fils, vengeance contre quoi ? De ton père ? De moi ? On n’a pas été suffisamment gentils pour lui ?

-Non maman, pas de vous précisément, de tout et de tout le monde. Il disait qu’il était méprisé, qu’il ne trouvait pas de travail parce que nous n’étions pas aimés, que notre appartement n’était pas aussi grand que celui des copains, tu sais bien maman, il n’en avait jamais assez… Alors il me disait que c’était parce que nous avions oublié Dieu et que lui et ses copains ils allaient refaire une justice et se battre pour que Allah soit content à nouveau.

- Il pensait vraiment qu’un Dieu serait heureux de voir ces massacres ? Que cela lui ferait plaisir ? Il a perdu la raison mon fils ! Ce sont les choses qu’il fumait qui lui ont fait perdre la raison, il est devenu fou !

Mais toi mon garçon, tu ne crois pas ça ? Dites à votre mère, mes enfants, vous , vous ne croyez pas cela ?

-Non, non nous ne le croyons pas maman.

-Mon garçon, mon beau garçon était si gentil, si généreux. Comment qu’il me disait :

- « Maman quand je serai grand tu verras, je serai fort et je te gâterai, tu auras une belle maison et plein de bijoux parce que je serai un grand homme et tu seras fière de moi ! »

Alors je le serrais contre moi en lui disant :

- « mais mon fils, mon premier fils, je serai toujours fière de toi parce que tu es brave et bon ! »

Alors pourquoi tout ça ?

Dis-moi mon fils, dis-moi ce qui est arrivé à ton frère et pourquoi il a changé comme ça ?

-Je ne sais pas maman, je n’en sais rien.

-Tu n’en sais rien, mais toi dans ton cœur, tu as aussi de la colère ?

-Non maman, je n’ai pas de colère, j’ai beaucoup de chagrin

-Alors pourquoi était-il parti rejoindre ces voyous ?

-Je ne sais pas maman. C’est Ahim qui l’a entraîné, et puis ils se sont monté la tête…Il voulait toujours être le plus grand et le plus fort, et il s’est monté la tête maman.

- Mais comment a-t-il pu devenir méchant ? Quelque chose lui a fait du mal ?

-Des fois oui, il disait que la vie n’était pas juste, qu’il avait droit à des choses qu’il n’avait pas…

-Et toi tu le penses aussi ? Et toi le petit tu le penses aussi ? Tu penses qu’il faut tuer des gens pour être heureux , dis-moi, tu le penses, ça ?

-Non maman, je ne le pense pas. Je pense tout le contraire, comme tu nous as appris maman. Qu’il faut être respectables et que nous serons respectés.

-Oui mon fils, vous voyez mes chéris, voyez où il nous a mené votre frère ! Nous l’avons perdu, j’ai perdu mon fils ainé, mon fils aimé, et en plus la honte tombe sur lui et sur nous ! Les voisins nous regardent avec pitié ou avec crainte ! Comment allons-nous vivre maintenant si les gens nous repoussent comme des parias ? Je ne voulais faire peur à personne moi ! Je voulais seulement être acceptée, élever mieux mes enfants et vous donner la chance d’être grands, forts et savants si vous le vouliez et faire une belle vie qui fasse honneur à vos parents mais aussi à ce pays qui nous a donné la chance de vivre libres.

-Maman arrête de pleurer ! Où il est papa ?

-Ton père !!? Il se cache ! Il a mal et il a honte ! Il est déchiré ton père et il me reproche de l’avoir trop gâté !

Mais je ne l’ai pas plus gâté que vous autres !

Dis-moi, toi, tu le crois que je l’ai trop gâté ?

-Non maman, oh non car bien des fois tu l’as corrigé ! Il était trop orgueilleux…

-Il était fier mon fils et je croyais que c’était bien, que c’était parce qu’il était intelligent et ferait de grandes choses, et il a tué ces pauvres gens, il s’est tué, il nous a tous tués avec lui, nous qui l’aimons, nous sa famille, mais aussi tous les gens comme nous… Il a tout détruit et son père et moi on va en mourir de chagrin.

-Non maman, vous n’allez pas mourir parce que nous cinq ne sommes pas notre frère, vous n’allez pas mourir et vous allez arrêter de pleurer et relever la tête parce que ce n’est pas parce qu’un mouton a attrapé la rage qu’il faut détruire le troupeau, vous n’allez pas mourir et vous allez arrêter de vous lamenter parce que ce n’est pas votre faute, vous êtes, nous sommes des victimes comme les autres et nous allons faire de notre mieux pour prouver que nous sommes respectables et honnêtes.

-Oh oui ma fille, tu parles bien ! Je t’entends. Et vous allez être des enfants responsables car vous allez devoir effacer la faute de votre frère…

-Nous ne pouvons pas effacer quoi que ce soit, ce qui est fait est fait et nous ne pouvons rien réparer de ce qui fut détruit. Mais nous pourrons montrer que nous ne sommes pas tous comme mon frère…

-Oui ma fille, oui, va parler à ton père, il a besoin que tu lui dises ces choses- là. J’arrête de pleurer et je vais vous faire à diner. Oh là, que cela fait mal de perdre un enfant qu’on aime avec en même temps l’obligation de lui en vouloir et le rejeter pour le mal qu’il a fait !

Allez viens petite, tu vas m’aider à éplucher les légumes, il faut continuer à vivre… »

Helene Porcher 18 nov.2015

C’était assez long, j’espère que vous ne m’en voudrez pas ! D’ailleurs peut-être, sans doute, avez-vous abandonné avant la fin et c’est tout à fait votre droit. Mais je ne pouvais couper ce texte…

Alors, ayant déjà abusé de votre patience chers amis, je vous laisse à vos occupations et nous, nous irons nous promener au supermarché !Ô joie ! ;-)

Bonne journée à vous tous et toutes mes amitiés fidèles !

LN la photo fait comme un bateau à voile !

Temps pourri=problèmes connexion..ne vous inquiétez pas si je ne suis pas là un matin, ce ne peut être que cela!!! C'est l'hiver!.

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 08:41
LES FRELONS
LES FRELONS

Bonjour chers amis!

Vous connaissez un peu Stéphane par ses commentaires judicieux sur ce blog.

Il m’a raconté une aventure qui leur est arrivée, à lui et sa famille, et je l’ai trouvée si mignonne que je lui ai demandé l’autorisation de vous la narrer.

Très spontanément il m’a proposé :

-« Veux –tu les photos ? »

-« Ah que oui ! »

Donc vous les avez ci-dessus.

Asseyez –vous une minute, je vous raconte :

Stéphane et Elodie, mais je crois surtout Stéphane, a construit cette petite maison à oiseaux. Avouez qu’en plus elle est charmante !

Mais en lieu de mésanges sont venus s’installer des frelons.

Eux et nous étions un peu inquiets de cette proximité, mais comme ce n’était pas trop proche de la maison et dans un arbre, je me suis permis de dire que ce n’était pas trop dangereux. En effet j’ai vécu plusieurs années avec des frelons…

-NON, ce n’est pas gentil ! Qui a dit : « sous ton crane ? »

Allons dénoncez-vous !

Ah ? Tant que cela ?

Va falloir que je réfléchisse alors !!!! ;-)

Bon, les frelons n’étaient pas dans ma tête mais AUTOUR de ma tête. Il devait y avoir un nid dans le grenier. Notre plafond étant une sorte de gros carton qui ne jointait pas forcément partout, certains, des intellectuels j’en suis certaine, passaient l’hiver cachés derrières mes livres. Dès que le soleil frappait aux carreaux ils sortaient et me tournaient autour comme des avions cargos au vol lourd et au bourdonnement grave jusqu’à ce que je leur ouvre la fenêtre. Jamais aucun n’est venu m’agresser. Je n’en dirai pas autant des guêpes que je redoute maintenant.

Donc Stéphane qui n’avait aucune envie non plus de tuer qui que ce soit a laissé les frelons squatter la petite maison des oiseaux.

Et puis à l’automne, Stéphane a observé que les vols se raréfiaient sérieusement autour du petit trou rond. Un nid de papier avait été construit en annexe, un garage je pense mais je n’ai pas de certitude !;-)

Mais dans l’ensemble le nid n’était pas très gros.

Devant la diminution de fréquentation Stéphane se demandait s’il ne devait pas en profiter pour nettoyer le nid et donner une chance aux mésanges prochaines, car après tout, c’était pour elles qu’il avait construit cela !

Il n’était pas très chaud pour grimper dans l’arbre et risquer de se trouver nez à nez avec des frelons restés en gardiens de la propriété, nous le comprenons. Donc, n’ayant pas que cela à faire, quelques jours se sont passés….

Et, un beau matin, tout est rentré dans l’ordre, Stéphane et sa femme n’ont eu qu’à se réjouir du spectacle….

Les mésanges sont arrivées, ont fait le ménage et se sont installées dans leur nouvel appartement !

N’est-ce pas formidable ????

Merci Stéphane de nous réjouir le cœur de cette jolie histoire-vécue !

La photo de droite montre un nid de frelons également mais qui se sont installés dans une tortue fabriquée à l’aide de branches par un ami à Stéphane et Elodie. Ceux-ci me précisent que le passage est vraiment très petit et cela ne les a pas empêchés de s’installer on ne sait comment !

Mais la nature sait bien se débrouiller !

Je reste inquiète pour mon amie car je n’ai plus de nouvelles depuis le premier message, j’espère que la situation ne s’est pas aggravée depuis… Là, son fils dort, il y a 6h de décalage horaire entre nous. Mais normalement j’espérais trouver une indication ce matin, posée hier après-midi pendant que je dormais…

C’est loin l’Amérique !!!

J’espère de bonnes nouvelles, pour moi mais aussi pour vous tous, (pas de Judy pour vous bien sûr, mais je sais qu’il y a des gens que vous aimez et qui sont loin !), des mots doux qui rassurent pour chacun de vous !

Bonne journée en dépit du brouillard gris-jaune, pensons à remettre des graines aux oiseaux ! Il va même falloir que j’en rachète !

Je ne vous souhaite que de bonnes, tendres et joyeuses choses pour ce jeudi et je vous envoie toutes mes amitiés !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 08:44
ATTENDRE...

Bonjour à tous,

Le brouillard est lourd et froid.

Mon cœur est lourd mais chaud.

Je n’ai pas arrêté de monter l’escalier pour aller voir si j’avais un message du fils de mon amie Judy.

Attendre, redouter, ne pas savoir… Et faire remonter 46 ans de souvenirs transmis par un courrier quasi quotidien….

Avec le mauvais temps tout le monde s’est retrouvé sur l’ordinateur et j’ai reçu plus de messages, d’images et histoires en un jour que je n’en ai reçus en un mois !

Ça tombait bien, le seul moyen de penser à autre chose !

Et enfin le soir un mail qui me délivre :

« Mom is fantastic… »

Je savais que sa maman était fantastique, vous pensez ! Sinon nous ne serions pas restées si longtemps en conversations toutes deux !

Mais je pense, j’espère ne pas me tromper, ce mot voulait dire que ce fils était heureux de voir sa maman beaucoup mieux ! OUF !

Ce n’est pas la première fois que nous avons des craintes réciproques au sujet de nos santés ou mésaventures, mais là ses poumons, déjà sur respirateur d’oxygène, étaient pris de crampes successives et permanentes, sa circulation sanguine s’en ressentait, ce n’était pas rassurant du tout !

J’espère que les soins hospitaliers nous rendrons notre Judy pour encore un bon bout de temps !

« Mais à tout malheur quelque-chose est bon » dit-on. Et en effet ! Je vais avoir des jambes d’acier à avoir monté et descendu cet escalier deux cent fois hier pour aller voir si j’avais un mail me donnant des nouvelles ! ahahahah

Seulement cela ne vous fait pas un blog passionnant car, pour moi, la vie s’était arrêtée et toute pensée autre que les nécessités matérielles également…ou presque ! Car je pensais tout de même à vous grâce à vos précieux messages !

Merci à tous de cet accompagnement précieux.

Il a fait une triste journée et je vous mets un montage à sa ressemblance.

Mais que cela ne vous attriste pas, surtout pas !

Ce matin je retrouve mes chansons et vous invite à en faire autant….

« Sous la pluie qui tombe

Sous le gris des cieux

Sous la pluie qui tombe

Mon cœur est joyeux

Je vaiaiaias où va ma rou-ou-te !

Au bout de la route

Mon ami sera

Au bout de la route

Il m’embrassera

Je vaiaiais où va la rou-ou-te ! »

Tiens cette une bonne idée, ce blog terminé, allons vite faire un bisou à qui est près de nous, et si vous êtes seul, pensez bien fort à quelqu’un que vous aimez !

Je vous embrasse également bien fort, tous !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 08:46
sous bois-4-145
sous bois-4-145

Bonjour à tous!

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas…

Hier matin, en dépit de la gelée blanche grisant dans les creux sombres et humides des fossés il faisait très beau, et soudain, après déjeuner, le temps est devenu gris et le vent a soufflé le froid au point que, comme nous nous étions fiés aux prédictions du matin nous n’avions as allumé de feu et là, Michel s’est précipité pour rallumer la cuisinière.

Mais, Oh confort, Michel ayant trié les petits morceaux de branches du dernier chargement de ce matin, le feu a vite démarré et nous avions presque trop chaud, ce qui est bien rare chez nous.

J’ai dû cavaler en catastrophe à l’étage afin de découvrir la boîte devant le radiateur pour ne pas recueillir …des grillons grillés !

Nous avons eu droit à une coupure d’électricité, joies du mauvais temps et de l’hiver généralement. Ce qui n’est pas une catastrophe en soi, sauf que mon ordinateur déteste les coupures en plein travail et cela me donne des sueurs froides. Heureusement il a bien voulu redémarrer. OUF.

Dans le malheur qui a explosé à Paris il y a tout de même quelque chose de positif: C’est le rassemblement de tous ces gens non seulement en France mais aussi de beaucoup de pays, un élan d’humanité autour de l’événement …

Petite histoire lue dans mon vieux Reader’s Digest

Un chauffeur de taxi rattrape sa cliente :

-Madame, madame, vous avez laissé votre sac sur la banquette arrière !

La dame est infiniment reconnaissante et veut lui donner un pourboire mais l’homme refuse et lui dit :

-Mais si vous vouliez être gentille, vous me diriez combien d’argent il y avait dans votre sac…

La dame le lui dit et demande :

-Mais pourquoi marquez-vous cette somme sur votre carnet ?

-Madame c’est pour totaliser combien cela me coûte d’être honnête !

Barbara Arnstein

J’étais très anxieuse, depuis hier tard dans la nuit, j’attendais des nouvelles de mon amie Judy, ma sœur de cœur, et je viens d’apprendre qu’elle est à l’hôpital, en bien mauvais état et j’ai peur…

Du coup j’ai retardé ce blog pour répondre à son fils, pardonnez-moi.

Je vous souhaite à tous une excellente journée avec seulement de bonnes nouvelles et je vous envoie toutes mes amitiés…
LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de helenedurio.over-blog.com
  • Le blog de helenedurio.over-blog.com
  • : ttextes , histoires, peintures et photos du quotidien isolé en montagne Correzienne
  • Contact

Recherche