Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 08:46
Chien dessin et ordinateur-06-01-26-018
Chien dessin et ordinateur-06-01-26-018

Bonjour chers tous!!!

Le vent reste frais mais hier le soleil est revenu et il a eu la courtoisie de ne pas être trop brûlant après avoir gelé la montagne le matin.

Après inspection du jardin, tout semble avoir pu résister. OUF.

J’ai fait un rêve court et très clair :

On m’avait volé mes chèvres (et je les ai bien reconnues au réveil, c’étaient bien mes biquettes d’avant quand j’étais en Seine et Marne !). Pourtant la porte de la chèvrerie était bien fermée !

Je vais demander conseil à M.B., qui est le gentil monsieur un peu chef de notre village ici.

-« Vous connaissez la dame en noir ? me dit-il..

-Pas personnellement, mais j’en ai entendu parler !

-Ne cherchez pas, vos chèvres sont chez elle !

-Alors on va aller les chercher ?

-Inutile. Comment voulez-vous prouver que ce sont les vôtres ? Vous avez les preuves d’achat ? Elles ont des papiers ? Des puces électroniques ?

-Bien sûr que non ! Mais tout le monde les connait et peuvent prouver ?

-Aucun homme ne vous soutiendra ! Vous avez dit que les problèmes de prostates n’avaient pas besoin de tisanes de perlimpinpin, que juste boire de l’eau claire suffisait et que comme ils pouvaient aller faire pipi quand ils voulaient dans la nature tout allait bien, la Dame en noir est leur sorcière, elle est fâchée, c’est pour cela qu’elle vous a volé vos chèvres et les hommes ne vous défendront pas, ils ont peur qu’elle les laisse tomber ! »

Avouez que mes rêves sont parfois d’une précision étonnante ! Et je vois encore les images aussi nettes que si cela avait été vécu…Peut-être même mieux ahaha !

Avant que je n’oublie dans mes bavardages, il y a une dame du nom de Geneviève Penloup qui fait des tableaux que j’aime infiniment.

Si vous aimez décoller dans l’imaginaire onirique il faut visiter son site. Ce sont des paysages, des êtres de douceur dans des atmosphères profondes et glissantes comme son pinceau.


genevievepenloup.portfoliobox.fr

Je viens d’aller voir les arbres, fantastiques dans les deux sens du mot et pourtant pas effrayants…

Après l’Art, le lard…

Quand je vois, sur mon ordinateur, la liste de tous les produits retirés du marché à cause de salmonelles (N’y en a-t-il jamais de propres ? ;-), je me demande à quoi cela rime.

La plupart du temps ces produits ont été contrôlés une fois mis en vente. Nous les avons donc , le plus souvent, consommés !

S’il devait y avoir un contrôle ce serait AVANT d’être mis en vente !

Et si nous les avons consommés, soit nous avons survécus sans mal, soit nous sommes malades et sommes donc avertis hélas par le médecin, mais le lire ensuite ne change rien au problème !

Or, s’il y a tant de produits, particulièrement les fromages, plats préparés et les charcuteries, que ce soit à cause de produits, de bactéries ou de gluten et de cacahouète, de dangereux en tous cas pour certains, qu’ils doivent être rapportés au supermarché, comment se fait-il que nous ne soyons pas tombés dessus un jour ou l’autre et n’avons pas été malades ?

J’en déduis, car je réfléchis, que la plupart des gens sont résistants à ces bactéries, parce que nous les avons fréquentées intimement dans notre passé sans contrôle d’hygiène forcené.

Donc cela ne concerne que quelques cas de personnes fragiles… qui pourront ainsi savoir APRES consommation qu’elles n’auraient pas dû en manger… Un peu tard non ?

Faut-il acheter son fromage et attendre un mois ou deux avant de le consommer pour voir si, les jours suivants, il n’y aurait pas un avis nous alertant que des bébêtes très vilaines se sont insinuées dedans ? Qui nous dit qu’il n’y en aura pas d’avoir attendu les avis de ces contrôles tardifs ?

N’est-ce pas un peu absurde tout cela ?

Il reste qu’à lire tous ces produits à jeter nous finirions par penser que nos fromages, nos charcuteries, nos produits sont infestés et cela ajoute un peu plus au découragement et à nous faire douter de tout ce que nous consommons..

Combien connaissez-vous de gens qui ont été malades à cause de leur fromage ? Moi, aucun.

Par contre, je pense qu’à TOUT stériliser ils vont retirer nos défenses naturelles et que nous finirons par ne plus rien pouvoir boulotter !

Il reste vrai qu’il est bien de faire des contrôles pour éviter les dérives, et de nous le faire savoir sur les OBJETS, car dans ce cas, nous avons certes acheté le radiateur ou la voiture qui risque de nous éclater dans les mains et si nous avons eu la chance d’y échapper, il est encore temps de nous le faire changer.

Allez braves gens, mangeons notre saucisson et notre fromage en toute tranquillité, les craintes et le doute seraient plus dangereux qu’eux !

Je vous souhaite au contraire une journée décontractée et joyeuse et…Je n’ai encore jamais rien vu contre le chocolat !!!! Wouaiii ! Pensez-y !

Avec mon sourire et mes amitiés !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 09:02

Chers amis,

J'ai, malgré mes courbatures et ma paresseuse congénitale, posé un blog avec un hippopotame en illustration. Il est bien installé dans mes articles de travail, mais il ne sort pas sur Internet. Je ne veux pas recommencer afin d'éviter qu'il y en ait une kyrielle qui s'installe comme l'autre fois, il apparaitra peut-être plus tard,

Mais sachez que, comme chaque matin, ma première pensée a été pour vous!

Amities!

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 08:48
hippopotame-crayon-05-0234
hippopotame-crayon-05-0234

Bonjour Chers amis!

“Enfer et damnation”, comme dirait ma maman en voyant arriver la voisine!

Bon, c’est en riant que je dis cela, mais en effet, ce jour-là maman était déjà très occupée quand par la fenêtre, elle vit arriver une voisine qu’elle aimait bien pourtant, mais qui allait venir lui ronger son temps déjà débordé. Et cette expression que je n’avais jamais entendue, même si je la connaissais, lui échappa et, de la bouche de ma maman d’une part et parlant de cette dame gentille, c’était une telle incongruité que nous en avons beaucoup ri et qu’elle nous est restée en souvenir.

Et ce matin ce fut mon premier cri car…

Il a gelé blanc !

Mes petites betteraves si fragiles, que vont-elles devenir…Ou pour être plus précise…Ont-elles un devenir ?

J’espère que les courges et courgettes, qui ont moins souffert du fait qu’elles étaient en godets, tiendront le coup !

Hier dure journée, mais c’est fait, les placards sont repus, nous fourbus, mais pas foutus ! Ça grince fort mais ça repart ce matin…doucement car rien n’a eu le temps d’être fait hier soir !

De plus le soir je fais la soupe pour le diner et le petit déjeuner. Je mets donc la moitié dans un bocal que je mets à refroidir le derrière dans l’eau, progressivement afin de pouvoir le mettre dans le réfrigérateur la nuit. Je fais cela « tous les soirs que Dieu fait » (cela va avec mon Enfer et Damnation » !) et une fois l’an peut-être, un bocal finit par être fatigué et éclate…C’est évidemment hier soir que c’est arrivé, ma soupe dans l’évier !

Comme le bocal a perdu le fond sans éclat, j’ai pu récupérer la majeure partie des légumes et du vermicelle…pour les poules !

Avez que vous avez eu peur pour nous !

Aussi ce matin je dois d’urgence bricoler une soupe avec ce que j’ai sous la main… UN sachet de potage chinois pour une tasse et de la Floraline. Léger mais mieux que rien et nous nous rattraperons sur le pain et le fromage blanc !

Voilà pourquoi ce matin ce texte sera court, je vous en dirai plus demain !

Bonne journée à chacun de vous, remettez les chemises de laine, c’est ce que j’ai fait toute honte bue !

Je vous envoie mes amitiés un peu grinçantes physiquement mais tellement généreuses que vous pouvez tous en prendre dans grandes parts, il en restera encore !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 08:29
mesange-09-09-23-207
mesange-09-09-23-207

Bonjour les amis!!!

Hier temps changeant, laissant reposer mes pauvres betteraves rouges lamentablement écroulées, fanées bien qu’arrosées et protégées d’un voile suspendu.…

J’ai beau savoir que cela fait toujours cela et qu’en général cela se redresse ensuite, je ne peux pourtant pas m’empêcher d’être désolée du spectacle !

Le vent était glacial !

Comme il ne pleuvait pas, tout compte fait, j’ai arrosé un peu partout.

Nous avons partagé une fraise avec les fourmis ou limaces mais en avons mangé les restes minuscules, et nous avons partagé la deuxième entre nous, elle était parfaite même si un peu acide.

Judy a eu un grand père à qui il est arrivé une curieuse aventure :

Ce monsieur a perdu, très jeune, toutes ses dents et portait deux « dentures » depuis toujours.

Il avait entre 60 et 70 ans quand son dentier a commencé à le faire souffrir. Il a pensé que les appareils s’étaient déformés et il est allé voir le dentiste pour qu’il les répare. Mais le dentiste l’a surpris en lui disant :

  • « Monsieur vous avez trois nouvelles dents qui poussent, c‘est pourquoi votre appareil vous blesse ! »

Quelle surprise enviable ! Enfin ma première réaction fut de le penser !

Mais loin de là, car le monsieur ne pouvait s’offrir tout un nouvel appareillage et les trois dents gênaient…Il a donc fallu les lui arracher alors qu’elles n’avaient pas encore percé la gencive… Pas glop ! dirait Pif le Chien ! Ce fut un moment plus que pénible pour le pauvre homme !

Aujourd’hui, en principe nous irons au super marché et Gamm Vert faire le plein, pour les bêtes et pour nous. Tant !... Que je ne suis pas certaine que la Dacia sera suffisamment grande pour tout rapporter, heureusement le J9 peut encore rouler ahahah !!! Ma liste ressemble aux parchemins que déroulent les moines Tibétains à l’heure de la prière !

Je lis en ce moment un ouvrage qui ne m’intéresse pas du tout. Rassurez-vous un autre vient de m’être offert et je sais que je vais l’aimer, mais je veux tout de même finir ce que j’ai commencé.

Aussi dans cet ouvrage américain de Nora Roberts c’est la romance classique qui n’a aucune chance de me toucher, L’artiste pauvre mais fière et rebelle qui ne respecte pas ses engagements sous prétexte qu’elle est une artiste inspirée, un vendeur d’art très riche et très business man qu’elle méprise pour son argent et pour son travail, ce qui ne l’empêche pas d’accepter qu’il lui fasse gagner une fortune bien qu’elle ne respecte pas les rendez-vous et livraisons, et malgré cette hargne elle est prise de flambées physiques à rouler sur les tapis des bureaux avec lui pour calmer leur libido effrénée..

Ils vont à PARIS, ah Paris la romantique !!!!

Bulles de champagne s’il vous plait !

Il la couvre de robes de prix et de rivières de diamants qu’elle feint de ne pas considérer et penchée par la fenêtre de son GRrrrand Hôtel elle s’attendrit en voyant passer…. les ménagères avec leur long pain croustillant dépassant de leurs sacs et les charrettes des marchands de fleurs sur le trottoir !

Eh bien, la place de la Concorde a bien changé depuis que nous l’avons quittée en 92 !

ECROULEE devant tant d’âneries, de clichés et de travail non documenté. J’ai tout de même regardé la date à tout hasard, 1994 !!!!!

Vivement que je l’ai terminé et que je prenne le suivant, dont j’en avais envie depuis longtemps et comme c’est le livre préféré de mon amie, elle me l’a gentiment envoyé :

« To kill a mockingbird » de Harper Lee.

Peut-être l’avez-vous lu car il est traduit en français et peut-être même l’avez-vous vu en film, maman me dit l’avoir regardé plusieurs fois (sans moi ! ah pas de chance !) et en plus avec Grégory Peck ( Comme acteur ! il n’a pas accompagné maman au cinéma et je sais qu’elle le regrette !) qui est l’un de mes acteurs américains préférés avec Gary Cooper !

Il est temps de foncer dans cette journée. Vu la crise de sommeil que j’ai pu avoir hier en fin de journée, je me demande comment va être ce soir !

Du moins nous ne perdrons pas la journée jardin en allant au super marché, ce n’est pas un temps à piétiner dans la terre humide.

Bon courage à tous, il y a toujours plus à faire que de temps pour le faire !!!

Mais que, le long de vos travaux, des petites choses vous intéressent et vous récompensent ! Et pourquoi pas des grandes ?...de temps en temps….Ce ne ferait pas de mal !

Avec mon grand sourire bête et mes amitiés sincères !

LN

Dessin et montage ordinateur

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 08:37
Les loups-15-05-18-043
Les loups-15-05-18-043

Chers tous,

Il y a des moments où il faut arrêter tout afin de laisser la place aux événements majeurs.

Je n’ai pas répondu aux mails, je n’ai pas travaillé comme je le devais, je n’ai fait qu’assurer le minimum d’alimentation pour bêtes et homme car je ne voulais pas vous faire attendre trop longtemps…

J’ai ouvert le cadeau qui attendait…

J’ai été émerveillée, profondément touchée.

Et j’ai voulu faire une illustration personnalisée pour que mon maigre effort soit une forme de remerciement, loin, bien loin de l’immensité de ma reconnaissance.

Je ne vous raconterai rien de plus aujourd’hui de mes petites bêtises afin de laisser la scène entière à ce texte.

Il est écrit pour vous tous, de la part de Mésange.

L’histoire des loups

Il était une fois… C’est ainsi que commencent les contes, mais ceci n’est pas une légende que l’on contait, le soir, à la veillée, pour faire trembler les petits enfants, c’est une histoire vraie que vous pouvez écouter car ce n’est pas le vent du soir qui l’a rapportée, ni les dames blanches de la montagne qui volent furtivement sous le couvert des grands sapins…

Donc, en l’an 1880, au hameau de La Graule, près de Saint Sulpice-les- Bois, vivait un brave homme, François de son prénom et veuf, pourvu de deux enfants, Anne-Catherine l’ainée et Damien, un « drôle » , âgé de 6 ans. François était scieur de long : il partait à la mauvaise saison, ses sabots attachés autour du cou pour les ménager et son passe-partout sur l’épaule vers les vastes forêts des Landes pour exercer ce métier de scieur avec d’autres hommes du pays et gagner ainsi quelques sous bien utiles à ce pauvre ménage ; à la belle saison, il louait ses bras chez les paysans des alentours. Anne-Catherine, du haut de ses 10 ans, remplaçait la mère trop tôt disparue et gérait la maison et surtout son diablotin de frère !

Cette année-là, avant de partir, le père avait fait ses recommandations : « Damien, tu obéiras à ta sœur et tu iras à l’école ! ». Le galopin n’avait aucune envie d’aller s’enfermer sous la férule du maître d’école et préférait courir les bois ; il le fit savoir vertement à son père en disant : « Je ne veux pas aller à l’école, ça ne sert à rien ! ». François, au bout de quelques discussions, résolut le problème : « Bon, tu ne veux pas aller à l’école, je vais te louer chez le père Pierre à Saint Sulpice, tu garderas les brebis ! ». Damien fut ravi de cette décision : garder les brebis lui semblait une occupation enviable, il se voyait parcourir les landes et les bruyères derrière le troupeau et les moutons sont réputés bêtes paisibles !

Affaire fut faite et Damien partait chaque matin, muni de son crouton de pain et de quelques douceurs ajoutées par sa sœur qui, chaque jour, lui répétait qu’il avait eu tort. Aller à l’école ! Elle aurait bien voulu, elle, qui de sa vie ne sut ni lire ni écrire et en garda des regrets poignants !

Mais l’hiver arriva ! Il fallait pourtant sortir quelques brebis et tous les jours, aller à Saint Sulpice dans la neige et le froid et le vent… C’était déjà moins amusant… Mais pas question de renoncer… Tout polisson qu’il était, Damien savait bien que le père ne plaisantait avec sa parole et sa parole, il l’avait donnée au fermier Pierre !

Un soir d’hiver, Damien revenait à La Graule ; le sentier longeait de vastes sapinières sombres aux branches couvertes de neige qui ployaient jusqu’au sol, il faisait sombre, mais de cette lumière froide particulière aux crépuscules de neige…Damien portait des sabots qui, dans la neige,« bottaient », c’est-à-dire que la neige s’accumulait sous les semelles de bois, menaçant à chaque pas de faire trébucher le garçon, de moins en moins rassuré… Une ombre s’installa à sa droite, une autre à sa gauche…Ombres furtives au trot silencieux… « Ca y est, pensa-t-il, les loups…».Il n’osait pas tourner la tête mais effectivement, les loups l’avaient « pris » comme on disait et semblaient bien décidés à l’accompagner…

Que faire ? Pas moyen de poser ses sabots pour les taper l’un contre l’autre dans l’espoir d’effrayer les loups : il risquait de tomber et là, il se ferait dévorer à coup sûr ! De même, il devait continuer à marcher sans tomber avec ses sabots qui « bottaient » de plus en plus et rendaient sa marche chancelante… Damien continuait son chemin, terrifié par ses compagnons silencieux et peut-être plus encore par les souvenirs de toutes les histoires entendues aux veillées au coin de la cheminée…

Enfin, les maisons de La Graule apparurent dans l’ombre de plus en plus noire… Les trois compagnons continuaient leur chemin silencieux… Damien aperçut la minuscule lueur du chaleil que sa sœur posait à son intention devant le fenestrou de la pauvre maison …Il se jeta d’un seul élan contre la porte qui s’ouvrit sur Anne-Catherine, affolée, qui saisit son frère dans ses bras et le pressa de questions : « Damien ! Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu es blanc comme un linge ? Tu as froid ? Mais qu’est-ce que tu as, mon petiot ? Mais réponds ! Viens te chauffer près du cantou ! »

Mais l’enfant ne répondait pas et ne répondit pas, ni ce soir-là, ni le lendemain…Pendant quinze jours, à la grande terreur de sa sœur et des villageois, Damien ne put prononcer un seul mot..Il restait immobile, devant le cantou, ou bien couché dans son petit lit près de sa sœur qu’il ne voulait pas quitter des yeux…

Enfin, un jour, Damien, ouvrit la bouche et dit : « Je veux aller à l’école ! ». Imaginez la stupeur de tous ! Mais pas question de le contrarier ! Anne-Catherine décida d’envoyer son frère à l’école, décision approuvée par le maître d’école, par le fermier Pierre et que François approuva à son retour quand Damien se décida en fin à raconter son aventure avec les loups !

Damien alla à l’école à Saint Sulpice, puis fut pensionnaire à Meymac où Anne-Catherine lui apportait chaque jour de foire (le 3 et le 19 de chaque mois) sa tourte de pain bis : elle venait de Saint Sulpice à Meymac à pied, heureuse de s’occuper encore de son petit frère ! Puis il partit à Tulle, il devint maître d’école et finit directeur d’un groupe scolaire à Egletons…Le groupe scolaire porte le nom du petit polisson que les loups ont envoyé à l’école !

Le fils d’Anne-Catherine était mon grand-père et j’ai bien connu Anne-Catherine qui ne sut ni lire, ni écrire mais savait résoudre les problèmes « du certificat » de tête (d’après maman)…et Damien était donc mon arrière grand-oncle !

Je suis très fière de ces humbles gens qui, comme François, Anne-Catherine, ont su transformer leur vie difficile à force de travail sans se plaindre en choisissant le chemin du labeur et de l’honneur…

Merci Mésange, c’est magnifique !!!

Je suis certaine que vous avez tous apprécié et je vous laisse penser à tout ce que contient cette histoire, qui n’est pas si lointaine !!!!

Avec toutes mes amitiés !!!Bonne journée à tous malgré la grisaille qui s’annonce !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 08:33
fleurs-dessin ordi-07-04-23-126
fleurs-dessin ordi-07-04-23-126

Bonjour chers amis!!!

Ca va être court aujourd’hui! Les jardins réclament mes petits bras !

Avec l’aide de Michel hier nous avons installé les courges sous leurs protections de grillage.
J’ai tendu un dais au-dessus des betteraves rouges qui cuisaient leurs fragiles feuilles tendres au soleil.

J’ai fait des petites plantations annexes, dérangé un nid de fourmis installées sous un gros pot à réserve d’eau parfait pour le basilic et, j’ai sacrifié leurs œufs aux poules ravies.

J’ai vu une fourmi énorme faire du lèche-vitrine en passant devant le papier posé à nos pieds, crémeux de notre glace, penser qu’elle en rapporterait bien à la maison, vérifier et s’apercevoir qu’elle n’avait pas pris son carnet de chèque et s’éloigner à regret…

J’ai vu la grenouille noire assise sur la pierre de la source, le derrière dans l’eau et le nez au soleil, qui nous regardait avec curiosité penchés au-dessus de l’eau contemplant des plantes étranges et mystérieuses.

J’ai vu le deuxième rhododendron pointer un nez rouge en dehors du fourreau vert, d’autres vont suivre …

Et je me suis posé une question fondamentale comme cela m’arrive parfois :

Quand les gens bêtifient avec les enfants (ce que je ne reproche pas mais ne fais pas pensant qu’un enfant est tout à fait capable de retenir le mot correct) ils disent :

Tu as vu la meu-meu ? pour la vache qui fait meu

Tu as vu le oua oua pour le chien qui fait oua –oua.

Tu as vu le miaou pour le chat qui fait miaou

Bon j’arrête la litanie …

Mais pourquoi dit-on « tu as vu le dada ? » Il ne fait pas da-da ? Ou alors seulement s’il est Russe !

Voilà me semble-t-il un sujet qui mérite une profonde réflexion !

Qui a dit que je ne pensais jamais à rien !

Cela vous est certainement déjà arrivé, enfant ou adulte, d’avoir sur le buffet une boîte enrubannée, un CADEAU, que vous savez pour vous mais que vous devez attendre avant de recevoir. Vous vous doutez de ce que c’est et vous en avez tellement, mais tellement envie…

Vous vous doutez, mais vous n’êtes pas certain ! Et si ce n’était pas ça ? Est-il bien comme vous l’espériez ? Oh si, celui ou celle qui va vous l’offrir vous connait bien, et ce sera quelque chose de formidable, vous le savez…Mais vous n’avez pas le droit, il vous faut attendre demain…Alors en passant vous le touchez du bout de l’index pour être certain qu’il est bien là, le cadeau surprise…

C’est ainsi que je vis depuis hier. Je le touche non pas du doigt, mais du pointeau de ma souris électronique.

Mais voilà, je n’ai pas assez de temps, je ne veux pas le développer en vitesse et gâcher mon plaisir. Je veux avoir la tranquillité de le savourer…

Vous comprenez cela, n’est-ce pas ?

Alors je bous… Seule…

Pas juste, car je suis certaine que mon cadeau est également pour vous !!!

Alors voilà, il n’y a pas de raison que je sois seule à souffrir, maintenant vous aussi, vous allez attendre le cadeau avec moi !

J’espère le développer aujourd’hui, trouver le bon créneau et le partager avec vous demain !

Patientez ! Je le fais bien depuis hier !!!! ahahah

Bon, retour au jardin, et si je trouve un nouveau sujet the thèse, je vous le soumets, c’est promis !!!

Hue Da-da !!!

Bonne journée à vous tous et à demain !

Avec toutes mes amitiés, comme toujours !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 08:38
Margaux
Margaux

Bonjour chers tous !

Hier soir ce fut difficile et je n’ai jamais tant aimé l’heure d’aller au lit !

Nous devions aller chercher nos plants de betteraves rouges, courges et courgettes et tomates.

En général ils sont dans des petits pots aussi avons-nous le temps de les planter et même d’attendre que le climat soit meilleur, je les garde dans la serre et pense seulement à les arroser et tout va bien.

Nous sommes partis de la maison un peu tard, mais qu’importe, ce n’est pas loin !

Là, j’ai revu avec plaisir c’est jeune famille et leurs deux beaux enfants, le chien bleu et maintenant un poney et un cheval, j’ai même eu le plaisir de caresser le poney !

Ces personnes sont très gentilles et c’est un bon moment partagé avec eux.

Mais le problème est qu’ils ont fait des plants à racines découvertes !

Nous voilà avec 15 tomates, 9 courgettes et une quarantaine de betteraves rouges à planter TOUT DE SUITE ! Les courges étant en pots attendront mais il a fallu faire le reste tout de suite, les trous n’étaient même pas prêts !

Les tomates ont trouvé tant bien que mal une place parmi le persil, les choux kale, les salades et les tétragones qui repoussent spontanément tout seuls dans la serre, c’est un peu n’importe quoi, n’importe où, mais qu’importe !

C’est du « travail d’artiste » je vous dirai ensuite pourquoi…

J’ai planté les betteraves dehors en espérant qu’il ne gèlera pas !!!!

Mais j’ai vu le moment où je n’aurais pas le temps d’installer tous les trous pour les courges avant la nuit ! J’ai dû appeler Michel à l’aide qui est gentiment venu m’aider, a nettoyé les feuilles et préparé les trous, puis nous avons transporté les cages de grillage après que j’eu planté ces 9 premières courgettes.

Ouf, c’est en place.

Aujourd’hui je mettrai tranquillement les autres courges et arrangerai les feuilles autour pour protéger.

A propos de travail d’artiste :

Une amie me dit :

- « tu vas te moquer de moi en voyant mes sillons de choux, ils semblent tout de travers ! »

Je lui ai répondu :

- Quand Michel fait des sillons tout est parfaitement droit, parallèle, les écartements égaux au millimètre près.

Quand je fais, moi, je prends un cordeau, un mètre, tout est de travers et il se fiche de moi. Alors maintenant je fais n’importe comment et je lui dis : c’est normal, c’est du « travail d’artiste » ! Dis comme moi ! » ahahah

Et voici mon dernier couplet…pour l’instant car peut-être quelques-uns d’entre vous, chers lecteurs vont se réveiller !

A propos, merci de votre visite Muriel C., j’espère que vous resterez longtemps avec nous et participerez dans les commentaires à nos discussions et jeux et surtout partagerez nos amitiés.!

Grand-Père qu'as-tu vu ?

J'ai vu une p'tite Margaux

Qui sur son vélo

Pédalait pédalait

Grand-Père vous mentez ........

JOELLE

Merci Joëlle et merci de l’illustration, la véritable Margaux partie pour un grand voyage jusqu’au bout de la terrasse ! Quel plaisir de regarder ce joli bout de chou, c’est tellement rafraichissant de voir des petits enfants !!!!

Et ce sera tout pour aujourd’hui si je veux faire tout ce que je dois !

Mais je vous emporte avec moi et mes pensées seront toujours très agréables puisque j’ai de l’affection pour chacun de vous…

Bonne journée à tous !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 08:32
HUPPE Photo de MHel
HUPPE Photo de MHel

Bonjour les amis!

Alors que de par le monde tous les peuples s’étripent et se volent, que les trains s’écrasent, que la terre tremble, que les avions tombent, que les volcans « éruptent » (je sais le verbe manque au dictionnaire !) et les arbres se meurent, que des soldats violent les gens qu’ils sont censés protéger, que des enseignants et prêtres abusent des enfants, tel un certain LOUIS je ne sais plus combien je suis tentée d’écrire :

Que s’est-il passé ? Rien aujourd’hui…

Et en effet, si je suis consciente de ce monde à l’envers, je veux pour survivre ne voir que le beau côté des choses et des gens, et ce beau côté existe autant que le mauvais, peut-être même plus, alors je choisis celui-là tant que la vie me le permet.

A quoi bon se torturer sur les horreurs si nous ne pouvons rien y changer ? Il faut en être conscients, afin de pouvoir, le cas échéant, participer à corriger quelque chose pour un monde meilleur.

Seulement quel est notre pouvoir à nous les petits ? Nos votes ? Je doute même de leur valeur tant nous sommes manipulés. Néanmoins c’est une résistance qui nous reste, oui.

Mais surtout, nous avons un pouvoir beaucoup plus grand…

Celui de la goutte d’eau….Petite force têtue qui goutte à goutte creuse et sème...

Afin de lutter contre l’amertume, le découragement, la haine, la peur et les vilains dangereux sentiments et actes qui s’en suivent, il nous faut semer et faire fleurir la confiance, la tendresse, la beauté, le courage et enfin l’HUMANITE…. C’est un travail long et dans l’ombre, mais si chacun de nous arrivons à persuader au moins deux personnes d’y croire et d’y participer, la pyramide grimpera de plus en plus vite…

Donc…Une journée tranquille, à l’abri malgré le vent glacial et les petites pluies, au chaud, à « mailer » (celui-là aussi n’est pas encore dans mon dictionnaire) avec de gentilles personnes qui partagent avec moi le plaisir de vivre, parfois avec un grand courage. Car tout se mérite !

Et voici le refrain de Mhel et illustré par elle-même, s’il vous plait ! Car, le texte c’est du vécu ! C’est une photo qu’elle a prise à grande distance et qui est drôlement bien réussie malgré son appareil modeste.

J’ai isolé l’espace pour bien distinguer la huppe mais c’est un cliché Mhel !!!

Mhel, Mhel, qu'as-tu vu ?
J'ai vu une huppe
avec sa petite jupe,
qui sifflait ses trois coups
en haut de mon grand houx.
Mhel,
tu mens...

Ai-je besoin de remettre sa signature. C’est Mhel !

Ma seule tricherie est d’avoir un peu rabattu ses plumes de ventre sur la branche pour lui faire sa jupette ! Pardon la huppette !

Et d’après mes plans, Michel m’a fait une belle table de nuit pour mes poules ! Une petite tablette, accrochée au bord du nichoir, pour installer les plats de petits grains et le plat d’eau pour les poussins, dans le nid que la maman ne veut pas quitter.

Sinon elle me bouleverse tout et me perd le grain dans la sciure et le foin et les petits ne boivent ni ne mangent ! Je ne peux pas aller toutes les demis- heures leur tenir l’assiette sous le nez et la conversation !

Nous allons aujourd’hui chercher nos plants chez les jeunes agriculteurs, je vais peut-être voir leurs enfants et le beau chien bleu !!!! J’espère qu’il n’y aura pas de bébé chat sinon je crains fort que Michel ne craque et le ramène ! ahahah (Est-ce que je le crains vraiment ???)

Je vous souhaite à tous une excellente journée en ne regardant que la ligne argentée des nuages des orages !

Avec toutes mes amitiés toujours !

LN

Mes lettres sont des jardins où poussent les points d’exclamation !!!!

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 08:47
Loup-ordi-15-05-13-042
Loup-ordi-15-05-13-042

Bonjour à vous, bonjour à Toi, bonjour à tous !

J’espère que tout va bien pour chacun de vous !

Seulement les Saints de Glace se sont décalés de quelques jours et le froid redescend tout doucement.

J’espère que vous n’avez pas souffert d’orages. Ici deux averses, pas très fortes, juste suffisantes pour tremper mon bonhomme qui tenait à finir de tondre l’herbe autour des parties jardins.

J’avais nettoyé les fraisiers, donc, l’âme en paix, je suis remontée à ma tour pour préparer une prochaine illustration pour le blog.

Aujourd’hui voici celui de DESLOU, que vous connaissez sous DL le plus souvent dans les commentaires.

Vous allez voir le plaisant spectacle que notre amie imagine !


“Lou, Lou, Lou, qu’as-tu vu ?

J’ai vu un loup bleu

Qui dansait sous la pluie

Pour séduire la nuit ...

Lou, vous mentez !!!”

DESLOU

J’ai bien pensé à vêtir le loup de voiles façon danseuse indienne, mais ce serait dommage de le ridiculiser, il n’a pas besoin d’attributs, autres que ceux que le nature lui a attribués, pour faire sa cour à la nuit !

Ici, à Ambrugeat, le loup est un personnage important et l’association des festivités s’appelle Tromp’Loup…

On ne parle plus de ces animaux, mais étant petite le loup faisait encore partie de nos vies. Sans en voir en vrai, ils avaient pratiquement disparus, mais ils restaient vivants dans les mémoires avec des histoires à faire peur ! Les anciens racontaient des contes avec des loups et des enfants dévorés, le soir dans les veillées… Et bien souvent, rentrant de l’école éloignée et la nuit tombant tôt en hiver, nous n’étions pas si certains que les loups n’existaient plus et n’allaient pas jaillir de derrière un arbre !

Je viens de lire quelque chose qui ne me concerne plus et beaucoup d’entre vous non plus, chers amis, mais nous avons de jeunes mères autour de nous :

La plupart des produits pour nettoyer le rond derrière de nos chérubins sont nocifs, cancérigènes ou autres. Même les plus dits innocents ont des traces de résidus de pétrole.
Mais il parait qu’il existe un produit dont je n’ai jamais entendu parler… Non Madame ! Pas le savon !!!! Moqueuse, va
!

Non, mais le :

liniment Oléo-Calcaire…

Seul problème, il coûterait un peu plus cher que les crèmes à fesses.

Je n’ai jamais entendu parler de ce produit mais cela peut intéresser de jeunes femmes autour de vous…

Lu sur « Que Choisir ».

Et quand je vois le prix des couches, j’ai le vertige ! Je n’ai utilisé que des couches tissu et cela n’a pas posé de problème majeur, ma fille a bien grandi tout de même ! Elle nous dépasse même en taille et le premier qui dit : « elle n’a pas de mal » ira au coin !

Ce matin démarre vert humide…On verra ce que cela va devenir dans les heures qui suivent.

Mais ce que je sais, c’est que nous allons, vous et nous, nous appliquer à en faire une belle journée et à y prendre du plaisir à vivre !

Efforçons-nous d’oublier, autant que nous pouvons, ce qui pourrait nous gêner : douleurs, peines, mauvais souvenirs, regrets et amertumes qu’on ne peut plus changer!

Dehors ou dedans, nous avons des tâches pour nous mettre la conscience en paix une fois accomplies, des choses à découvrir pour nous émerveiller, des aventures à partager pour notre plaisir !

Et des amis qui pensent à nous et vous pouvez être certains de la chaleur de mes sentiments pour chacun de vous !

A demain si l’installation le veut bien ! ;-)

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 08:43
mésanges-Pastel-15-05-13-041
mésanges-Pastel-15-05-13-041

Bonjour à tous !

Il a fait chaud et orageux.

Je n’ai pas trop bougé en dehors des orties à récolter et j’ai pu mener à bout le travail que j’avais commencé dans mon bureau.


N’ayant pas suffisamment de temps pour m’installer sur l’ordinateur, et sachant que ce serait plus long à cause de mes balbutiements, je suis allée rechercher au fond de mes étagères mes boîtes de crayons enfouis depuis quelques années maintenant.

Ainsi il m’était plus facile de venir travailler quelques minutes par-ci, par-là entre deux autres labeurs et j’ai pu enfin apprivoiser mes mésanges…

Enfin...Pas les miennes ! Celles de Mauricette D. D.car je connais plusieurs Mauricette (s), toutes aussi gentilles les unes que les autres !!!

Et voici son texte !

Mimi, Mimi, où-vas-tu ?

Voir les mésanges bleues

Posées sur la pierre nue

Qui admirent le ciel bleu

Souhaitant avoir un amoureux !

Mauricette D.

Joli n’est-ce pas? C’est une romantique mais elle n’attend plus son amoureux, il est à ses côtés !!!!

Le temps fut désagréable malgré le beau soleil et la chaleur, mais lourd et beaucoup de vent chaud, je supporte de moins en moins ces temps orageux.

Michel a coupé au « fil » le tour du terrain et ensuite ce fut la grande colère annuelle de la « xyz… de tondeuse de wzx !!! » qui ne veut pas démarrer ! Mais il en est venu à bout tout de même et ainsi, si l’orage nous mouille, l’herbe coupée n’abritera pas de moustiques !

Je me souviens avant que nous habitions ici en permanence, nous sommes arrivés avec mon beau-frère et ma belle-sœur dans une forêt vierge de foin envahie de moustiques ! Avant même de pouvoir décharger la voiture nous avons dû attraper la faux que nous nous passions toutes les trois minutes à tour de rôle, à bout de résistance nerveuse sous les attaques des bestioles !

Ma sœur( quand je dis cela je pense à F.Raynaud !) nous a conté une petite histoire vraie que je trouve adorable !

Elle achète sa viande bio par Internet et les propriétaires de cette ferme gardent un contact avec leurs clients. Et ils ont raconté cette petite aventure :

Une de leur vache ne donnait plus de lait.

Les vaches sont libres d’aller et venir entre l’étable et la pâture et celle-ci ne semblait pas avoir plus de problèmes que les autres…

Les fermiers inquiets tout de même ont fait venir le vétérinaire qui, après examen, a haussé les épaules en disant :

-Je ne vois rien, elle se porte bien, pas de problème ...Ecoutez, surveillez-là, regardez comment elle se comporte et on va voir comment cela évolue. »

A demi rassurés les fermiers ont donc laissé la vache tranquille, tout en la surveillant du coin de l’œil.

A un moment l’animal est allé à l’étable, ce qui était parfaitement son droit mais inhabituel à ce moment- là donc, se demandant si elle allait se coucher ou quoi, un des fermiers a suivi aussi discrètement que possible l’objet de leurs inquiétudes et ont pu voir…

…la vache allaiter un petit cochon qui, lui-même vit en liberté et avait trouvé cette source plus intéressante que celle de sa maman sans doute !

Les fermiers ont laissé faire…Trop mignon !

Ce matin le soleil est là, la poule a réussi à sortir ses deux poussins du nid, je n’ai pas besoin de me précipiter pour leur porter à boire et à manger dans le foin comme hier ; ils étaient complètement assoiffés et déshydratés le matin aussi ai-je dû y aller plusieurs fois dans la journée et ceci pour leur plus grande joie, à eux et à la poule qui était dans le même état. Mais elle restait fidèle au poste…. ???... Bon, c’est une poule !

Je vous souhaite à tous une très bonne journée, sans orage et sans casse, et je vous envoie le doux vent de ma tendresse !!!

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article