Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 08:51
Composition florale -03-21-075
Composition florale -03-21-075

Bonjour chers amis !

Habituellement quand nous achetions quelque chose, nous étions en droit de penser que ce quelque chose était en état de fonctionnement et, que si par malchance une erreur exceptionnelle et malencontreuse avait voulu que ce quelque chose ait un problème, il nous était échangé immédiatement avec des excuses pour le dérangement.

Mais comme dit l’autre « ça c’était avant. »

Ensuite nous avons eu beaucoup plus d’erreurs et de pannes car les choses ont été fabriquées loin et sans contrôle. On renvoyait l’objet à l’usine et comme l’objet avait nécessairement un numéro enregistré, on ne pouvait vous le changer. C’est ainsi que notre première télévision a passé sa première année à faire des allées et venue de l’usine à nous et vice versa, jusqu’à en avoir son passeport garantie épuisé tout en restant encore en panne. C’est un électricien travaillant dans son petit atelier qui nous l’a sauvée : une lampe mal vissée qui bougeait quand les trains ébranlaient notre maison !

« Mais c’était avant » même si c’était après avant… Vous suivez ?

Et voici maintenant :

Tous les produits alimentaires se protègent d’une longue liste d’ingrédients qui « POURRAIENT ?! » entrer dans la composition et être allergéniques…A tous hasard, on met n’importe quoi et on s’en lave les mains…

Et on nous « garantit la non garantie » des produits ce que l’on nous vend et de leur fiabilité.

Ça c’est maintenant.

Non seulement les jeux vendus pour les ordinateurs devront être enregistrés sur Internet afin que le droit de jouer avec soit réservé exclusivement à cette personne, sur cet ordinateur dans cette maison, ce qui empêchera un gosse de revendre son jeu d’occasion pour en acheter un autre, ou d’emporter son jeu pour jouer chez son copain ou sa grand-mère pendant les vacances, mais les clauses de vente sont encore plus effarantes :

Steam : Les jeux sont fournis « sans aucune garantie d’aucune sorte, expresse ou tacite » ce qui dit, de façon plus claire, si ça ne marche pas, vous l’avez…et le gardez en l’état !

Valve : « ne garantit pas le fonctionnement et l’accès continu, libre d’erreurs, sans virus ou sécurisé à Team » et

Microsoft « ne promet pas que les services fonctionneront de manière ininterrompue, régulière et sécurisée ou exempte d’erreurs » Il précise même au joueur « d’utiliser ses service en l’état avec toutes ses imperfections ».

Sony : Ne garantit pas « la qualité et la fonctionnalité, la disponibilité, la complétitude,( !tiens ?) l’exactitude, ou la performance de Suny Entertainment Network et de ses produits »

Origin : précise que l’utilisation des services, logiciel et Internet se fait « à vos risques et périls »

Les « porte-monnaie » virtuels de jeux ne sont ni remboursable, ni transférable et restent la propriété des jeux.

Origin : s’octroie le droit de « republier, publier, utiliser, adapter, traduire, archiver, conserver, reproduire, modifier, créer des œuvres dérivées (…) de tout ou partie du contenu des utilisateurs de quelque manière que ce soit ! »

Ceci étant particulièrement quand un joueur acharné a réussi à créer un personnage super fort, ou un élément de jeu, ou de décor, etc. Ainsi le jeu s’enrichit de la trouvaille et du travail du joueur en l’incluant dans la prochaine version.

Avertissements recueillis dans « Que Choisir ».

Je pense que cela ne concerne ni vous ni moi, nous ne sommes pas des accros du jeu, mais c’est foncièrement malhonnête et cela me choque.

Mais, également, comme nous disions déjà « avant » :

-Il faut vivre avec son temps !

Alors nous allons nous adapter, accepter que le feuilleton que l’on suit régulièrement soit soudain changé à une heure où l’on ne peut plus le regarder, que les chauffagistes débordés ne peuvent plus se déranger si ce n’est pour vendre et installer une chaudière neuve, que l’on ne puisse plus trouver de pruneaux SECS et qu’ils n’y ait plus que ces choses semi-digérées on ne sait par qui …et en plus, vous savez quoi ?

On ne va même pas râler !

C’est inutile, cela nous ferait de la bile en excès et nous ne changerions rien pour autant.

Nos petites plaintes et frustrations sont dérisoires par rapport à tout ce qui se passe.

Il nous reste à faire de notre mieux avec ce que nous avons encore et espérer que les humains vont réagir et nettoyer un peu notre Monde de ses erreurs et malfaçons. Oui, il le fera ! Bien forcé ! Mais que de temps et d’énergies perdues…

Alors, ne perdons pas celui qui nous reste !

Bonne journée à nous, chers amis, prenons les évènements un à un et essayons d’en faire le mieux que nous pouvons, et surtout NE RENONCONS JAMAIS. Ce sont les grains de sable qui font les pyramides et nos petits efforts quotidiens qui maintiennent la VIE !

Comme des fourmis nous sommes les plus grands tout petits que nous sommes.

Je vous embrasse tous en riant de mes philosophies à la gomme..Mais n’effacez pas !!! Tout n’est pas idiot !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 08:30
chaussettes de l'archituchesse
chaussettes de l'archituchesse

Bonjour les amis !!!

La montagne se pèle

De sa toison de neige

Et le brouillard tango

Annonce qu’il fera beau !

Chouette !

Sauf…changement d’humeur rien que pour me faire mentir !

J’écris l’histoire d’un berger dans la solitude de la montagne…et je rêve en même temps…

Imaginez….

Une journée !

Une journée pas plus, mais une journée là-haut !

Sans horaire, sans contrainte, sans projet, sans obligation, sans avoir à courir…

Une journée sans téléphone, sans gosses qui réclament, sans mari qui contrôle, sans chat qui entre, sans chat qui sorte, sans chat qui entre, sans chat qui sorte…Bon j’en passe ou on n’en sortira pas et lui non plus !

Une journée sans devoir se dépêcher de faire le lit, de faire le ménage, d’aller donner à manger aux poules et les nettoyer, sans avoir à préparer le repas, répondre au téléphone, rattraper la casserole qui brûle, surveiller le four, il est tard, vite le couvert, faire sortir le chat, faire rentrer le chat, faire sortir le chat, faire rentrer le chat ..J’en passe, le temps passe… et je vous passe l’après midi qui est de même…

Une journée sans charge, sans avoir à prévoir, à calculer, à répondre !

« -Tu disais quelque chose ?

-Je disais « tu m’entends ? »

-Attends, je n’entends pas… J’arrive…Tu disais quoi ?

-Que je n’entendais pas.
-Tu n’entendais pas quoi ?
-Ce que tu me disais
!

-Je disais que je n’entendais pas… Mais toi que voulais –tu me dire ?

-Ah je ne sais plus, je l’ai mangé… »

Ne rien entendre que le vent doux, les babilles des oiseaux hauts dans l’arbre, la terre qui craque en se réchauffant, l’herbe qui bruisse sous mes fesses…

Rêvez, femmes amies !

Rêvez car cela n’existe pas !

Si vous êtes mariées, si vous avez des gosses, cela ne se peut pas !

Ah si ! Bien sûr ! Vous POUVEZ les laisser à la maison et fuir quelques heures dans la montagne !

Alors vous asseoir dans l’herbe sèche, et quelques secondes écouter les oiseaux...
Et c’est alors qu’une angoisse vous envahi
t…

-« Est-ce qu’ils vont se débrouiller ?

-Vont-ils trouver l’ouvre boîte pour le cassoulet ?

-Et si jamais ils se coupent avec le couvercle ! Mon Dieu !

- Sauront-ils se désinfecter ? Jamais ils ne trouveront l’alccol à 90° !

-Et si c’était plus grave, qu’ils saignent de trop ?

Alors vite vous fouillerez dans votre poche pour prendre votre portable :

-« Allo, ça va ? Vous vous débrouillez bien ?

-…

-Ah vous vous amusez bien ! C’est plus rigolo que d’habitude !

-C’est bien mes chéris »

Vous raccrochez, la mort dans l’âme,

-Ils savent se débrouiller, je ne sers à rien, c’est plus drôle quand je ne suis pas là, leur père est même rentré plus tôt…pour eux… Pas pour moi… »

Alors là tout est gâché, votre temps perdu, car quand vous rentrerez, pétrie de culpabilité ou d’amertume, non seulement il vous faudra reprendre le rythme :

Répondre aux appels dont les numéros attendent sur le carnet à côté du téléphone, entendre la petite se plaindre, le grand réclamer, le père dire qu’il est mort!, rattraper la vaisselle de midi qui, de plus, a séché sur l’évier, ouvrir au chat, fermer au chat, il est tard, préparer la soupe, et surtout, surtout…
Etre aimable, à l’écoute, sexy et tendr
e…

Une femme quoi !

http://www.youtube.com/attribution_link?a=CWMG1ohYJa8&u=/watch%3Fv%3DFldtjQok8Jo%26feature%3Dem-share_video_in_list_user%26list%3DUUjuBXRfMGIMHUB7ee4gDUKg

Ceci est le lien si vous voulez voir la dernière vidéo faite par Elantra. Le texte n’est pas de lui, même s’il a dû remanier un peu une partie, mais le choix des images, le montage c’est de lui, pour l’amie à l’origine du texte.

C’est lundi… On reprend le rythme !

Le linge de samedi doit être sec, pliage et rangement, vous remarquerez que je ne m’emballe pas sur l’idée du repassage !

Aujourd’hui lavage de la couleur et du plus sale que le blanc et mise à sécher.

Bonne idée je vais vous chercher une photo qui m’amuse à ce propos !!! Un petit tour chez l'archiduchesse!

Allez au boulot mesdames, messieurs ! La semaine démarre !

Je vous souhaite à chacun et chacune une excellente journée, et des chansons au cœur ! En ce moment nous avons une crise Brassens, et vous ?

Avec toutes mes amitiés !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 08:31
épouvantail-09-09-04-192
épouvantail-09-09-04-192

Bonjour les Humains !

Vous allez comprendre pourquoi je vous appelle ainsi !

Chaque fois qu’il y a une mise à jour automatique, cela me change des choses sur ma machine et m’oblige à chercher pour retrouver mes marques! Ne peuvent-ils pas respecter mon petit ménage ? On ne se sent pas chez soi !

Une amie m’invite à la rejoindre sur.. Linklin ? je crois. Prudente je lui demande ce que c’est et si c’est gratuit. Elle me répond « oh c’est professionnel, pour mes peintures, et oui c’est gratuit ». Je l’aime et j’aime ses peintures, j’obéi avec plaisir! Mais comme elle m’a dit ne pas être encore installée je m’inscris mais j’attends pour ouvrir, pas d’excès de zèle, attention, Gigas ! Du coup je reçois des propositions pour aller contacter des gens qui sont dans mon carnet d’adresses ! Le site aurait-il piqué lui-même ces adresses ? Ou alors comment

Saurait-il que je connais ces gens-là ????

A la télévision on parle d’objets numériques ? Electroniques ? Je ne sais même pas comment je dois les nommer, qui me semblent tellement étranges :

Montres et porte-clés, bagues et bracelets connectés avec le…smartphone( ?) et qui vous permettent de tout faire…

-Surveiller votre maison, fermer ou ouvrir les volets, allumer le chauffage ou l’éteindre, contrôler le robot aspirateur, si quelqu’un bouge quelque chose chez vous etc.

Mais aussi :

-Vous dire combien de calories vous avez avalé, si vous avez bu assez d’eau, si vous avez grossi ou maigri, mangé vos 5 légumes et 5 fruits, dépensé assez de calories, même une fourchette qui calcule pour vous les calories, le poids de ce que vous avez le droit d’absorber et qui règle la vitesse de vos bouchées etc.

Et puis :

-Vos battements de cœur, si vous avez des problèmes de santé, si vous avez pris vos médicaments, si vous avez fait c…

Et puis d’autres choses dont je ne me souviens pas…
Jusqu’à ce jour où j’ai entendu, tenez-vous bien, « ça m’déchire » comme disent les jeunes
!

Des sous-vêtements, masculins et féminins, qui sont remplis de capteurs pour qu’ainsi le partenaire qui est au loin puisse faire vibrer ces sous-vêtements pour caresser sa partenaire à l’aide de son téléphone…. Non mais là, une fois de plus, je ne comprends rien!

Et vous avez lu dans les commentaires ce que Elantra nous dit, les drones devraient servir pour la poste via Microsoft…

En tous cas le nôtre (si c’en est un de drone, mais qu’est-ce que cela pourrait être d’autre ?) brille le plus souvent à notre horizon, pas très loin. Que peut-il surveiller la nuit ? Repérer les animaux pour la chasse ? Pas juste !

En attendant d’être contrôlés par des robots, chers amis, nous allons vivre notre dimanche en braves humains !

Je vous le souhaite agréable et…bien au chaud, car la neige recommence à tomber !

Avec toutes mes amitiés !

LN

Illustration : L’épouvantail n’est pas de moi. Il m'a été offert, mais je l’ai installé avec ses décors, et la mésange huppée que vous voyez est une de celles qui viennent sur ma fenêtre et que j’aime tant !

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 09:10
St Valentin-06-01-18-013
St Valentin-06-01-18-013

Bonjour chers tous!

Heureusement quelqu’un vient de me signaler que c’est la St Valentin! J’avais complètement oublié !

Alors bonne St Valentin à tous puisque c’est la fête aussi de l’amitié !

Dans ce paysage en négatif du 13 février j’avançais, encapuchonnée de sombre, sur la route noire bordée de blanc nivéal, faire-part inversé de l‘hiver abrité des palmes glauques des sapins inclinés en respect pour les morts de la mauvaise saison.

Soudain sans rien vraiment voir, je perçus qu’Il se levait dans mon dos. Tout doucement il s’approchait, révélant ma silhouette qui s’allongeait comme un géant au bonnet pointu devant moi, noir sur le macadam devenu gris.

Sans lever la tête et sans me retourner je lui dis gentiment :

-« Bonjour soleil ! »

Ayant vu que ce n’était que moi, que cela ne valait pas la peine d’un effort, il éteignit sa lampe de chevet et s’en retourna se coucher, me rendant au sinistre paysage.

Je vous rassure, depuis, le soleil à fait quelques apparitions très bien accueillies !

J’ai à nouveau un joli texte de M.Goblet à vous confier de sa part !

"Il est parfois des sentiers de solitude où l'âme se désespère dans le brouillard, où l'on cherche une touche de douceur, une note d'espoir. Il est des passages de vie où l'esprit chavire, où le coeur se casse, où la nuit parait stationner au-delà même des nuages. Ces instants de tristesse, de mal être nous les avons tous tutoyés un jour.

Je vous souhaite de connaître la personne qui sera présente pour un sourire, une parole de tendresse, pour la main tendue; je vous souhaite de rencontrer celui ou celle qui vous déposera sur un monde lumineux entouré de fleurs et d'amitié. Je vous souhaite d'avoir comme moi la chance de trouver l'ami ou l'amie qui redonne le calme et la sérénité. A tous et toutes, je ne peux transmettre que mon affection et la certitude que je serai toujours à vos côtés pour dépasser les difficultés.

Douce et tendre semaine"

Martine Goblet

Ce matin la neige tombe et a bloqué ma connexion, ni mail, ni Internet.

Tout est blanc à nouveau mais la neige est molle, il suffirait de peu pour la faire fondre je pense.

J’espère que de votre côté, chers amis, vous n’êtes pas trop ennuyé.

Bon. Ce mail est prêt et, dès que je le peux je vous l’envoie avec tous mes vœux de bonne journée de St Valentin et mes amitiés plus chaudes que jamais !!!

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 08:31
neige-15-02-12-015
neige-15-02-12-015

Bonjour amis du blog!

Ne dirait-on pas un désert de sable blanc? Ce n'est que le bord de ma route enneigée mais j'y aurais bien installé un dromadaire...

OK, je ne me présenterai pas à La Télé pour faire les prédictions météorologiques car, malgré mais doutes, il a fait très beau hier !

La neige est toujours présente sur nos pentes, mais la route est propre entre les virages qui eux, sont encore un peu garnis de croutes de glace et de neige fondue.

En fin de journée le camion est repassé donner un coup de brosse semble-t-il m’a dit Michel.

J’aime beaucoup Ca M’Intéresse mais leur service courrier laisse à désirer, répondant un mois après, aussi les courriers s’étaient croisés et avaient un peu mis la pagaille dans nos échanges.

Je me suis donc ré-abonnée le 5 janvier et, telle soeur Anne, je ne voyais toujours rien venir ce 12 février!

J’ai fini par téléphoner, un monsieur très aimable, rien à redire de ce côté, mais qui m’annonce que je suis bien abonnée mais…en numérique !

-« Comment voulez-vous, Monsieur, que je lise mon magazine « numérique »… dans les toilettes ? »

Ça tombe sous le sens, non ? ahahah Enfin, le mien !

Bon. Le monsieur va rectifier, mais je perds le numéro de janvier, épuisé !

Parfois moi aussi….

LES DEUX VIEUX…-5-

Alexandre réfléchit, et cela se voit. Sous sa vieille casquette son front est devenu têtu et son regard concentré.

Claude ne résiste pas à la tentation de le taquiner :

-C a y est, t’as mis ta machine à penser en route !!!

-Oui mais attends…Ecoute….

Si on se met d’accord et qu’on parle à ta fille…Non, bouge pas, attends, écoute jusqu’au bout…

Si on lui dit que nous voudrions nous promener tous les deux, cela la rassurerait, et moi cela me ferait du bien de bavarder un peu avec mon copain ?

Si on lui dit que tu viens de temps en temps pour me tenir compagnie parce que je m’ennuie, elle n’y verra pas de mal ?

Et j’ai aussi un petit coin d’établi, peut-être pas ce qu’il te faut, mais on pourrait arranger ça, et même je te donnerais un coup de main, tu me montrerais ?

On ferait tous les deux, comme quand on avait monté cette vieille carriole !

  • Tu te souviens de ça ! Ah on avait pris du bon temps et elle était chouette !
  • Dommage que nous l’ayons versée dans la rivière ! Oh là le tapage que cela avait fait dans le village mon gars !

Et les deux hommes de rire comme des gamins au souvenir de leurs incartades !

Alexandre s’essuie l’œil droit qui pleure un peu d’avoir ri avec le dos de sa main, puis se tourne à nouveau vers Claude :

-Bon, que penses-tu de mon idée ?

  • Ça serait chouette… Ça pourrait bien marcher…

-Tu devras tout de même boire le jus d’orange ! dit Alexandre avec un grand sourire !

-Oui, là je n’y coupe pas. Mais si ils acceptent au moins cela me ferait des sorties, mais toi, tu es sûr que cela t’irait ?

-Bien sûr ! Moi aussi je m’ennuie tout seul ! Ce n’est pas drôle tu sais de n’avoir personne à qui parler, même avec qui on peut se disputer ! éclate-t-il de rire à nouveau !

Et tu sais quoi ? On pourrait faire comme quand on était gamin, tu te rappelles ? On se retrouvait au gros chêne entre nos deux maisons pour aller à l’école ou chercher le pain ensemble … »

Claude regarde les yeux usés devenus gris-bleu de son ami qui, les sourcils levés, l’interroge du regard… Tant de souvenirs qui brillent dans leurs mémoires à tous les deux! Et là, nos deux vieux « arthrosés » et découragés ont à nouveau douze ans tout à coup !

Alexandre se lève et invite son ami en le soulevant sous le coude :

-« Allez vint t’en anc moué, j’vas la cri c’te gazette et puis j’vons aller tous les deux la vouère c’te brave fille et lui expliquer tout ça et tu verras, on n’est pas encore passés, y a encore d ’la vie à faire d’vant nous ! »

Hélène Porcher 25 janvier 2015

Oh les amis se disputeront sans doute de temps en temps, mais ils se raccommoderont comme de vieux copains qu’ils sont…

Mais plus tard ? Me demandez-vous ?

Un jour à la fois, si vous le voulez bien. Plus tard il sera temps de prendre d’autres dispositions.

Mais ce que j’aimerais que nous nous rappelions, c’est que quelques soient nos difficultés, les autres, ceux qui nous entourent, et encore moins ceux qui prennent soin de nous, ne sont responsables de nos problèmes. Ils font ce qu’ils peuvent et ce n’est certainement pas en nous plaignant continuellement ou en reprochant, que nous ferons avancer agréablement les choses.

Combien de fois ai-je vu des familles se « pourrir » parce que l’un d’eux ayant des problèmes ne pouvait s’empêcher de répandre sa mauvaise humeur, sa mauvaise foi, ses plaintes et ses reproches autour de lui…

Je vous l’accorde, ce n’est pas drôle d’être âgé, impotent, d’être jeune et handicapé, d’être malade, mais essayons de garder quelques égards pour ceux qui nous entourent, même maladroitement ! Essayons de leur alléger le travail en gardant dignité et bonne humeur autant que possible…

J’espère que le jour venu j’en serai capable, sinon, soyez gentil de me faire relire ce texte !!!!

L’effort doit aussi être fait dans l’autre sens. Il faut que le soignant, l’accompagnateur, surtout quand il est un membre de la famille, pense à ne pas prendre la place du soigné.

Bien souvent, pour être gentil, pour aider, cela part d’un bon sentiment, la personne en fait trop ! Il faut que l’assisté ait le droit d’en faire le plus possible par lui-même, afin de garder ses fonctions d’une part, mais aussi son amour propre. Accompagner certes, mais ne pas aller à la place.

Je sais, ce n’est pas facile, car, comme pour les bambins, il est bien plus rapide de lui prendre les chaussures des mains que d’attendre qu’il en finisse de les enfiler et de les attacher. Et pourtant, ce simple geste permet à la personne comme à l’enfant, de se prendre en charge, et de faire travailler ses doigts, ses bras, son cerveau.

Parfois, la personne âgée ou handicapée elle-même refuse de faire l’effort. Et alors elle deviendra de plus en plus placide jusqu’à devenir vide. C’est au soignant d’évaluer ce qui est encore possible de laisser faire, ou de devoir prendre en charge.

Mais je parle là de situations idéales où chacun aurait le temps d’écouter l’autre, et dans nos sociétés speed, ce n’est pas toujours le cas, hélas !!!

Il nous reste à savoir…Et à faire du mieux que l’on peut, comme on peut, dépendant…des circonstances, avec respect et tendresse !

En espérant que nous n’ayons jamais besoin de personne et de ne pas avoir ceux que nous aimons comme une charge, je vous souhaite une bonne journée et je vous souffle un vol de papillons-baisers !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 08:24
Bonhomme de neige-15-02-11-014
Bonhomme de neige-15-02-11-014

Bonjour les amis!

EUREKA! J’AI TROUVE!!!

Admire Stéphane, « prof patient! »

http://data.over-blog-kiwi.com/0/72/91/83/20150211/ob_4040f4_quelques-images-de-la-correze.pps

(Bon, j’espère ne pas m’être trompée !)

J’ai réussi à copier le lien du PPS de Gi avec des photos de Corrèze que je lui avais envoyées !

Et…

Voici la suite de l’histoire, mais, finauds, vous avez déjà subodoré la conclusion !

LES DEUX VIEUX…-4-

Alors le Claude confesse ses rêves secrets à son ami ;

-Tu sais que j’étais un bon bricoleur. J’aimerais bien réparer des trucs, des outils et même des appareils électriques, ou bien aussi faire des jouets mais je crois que les mômes ne jouent plus…

-Ca, ce n’est pas dit ! Faudrait voir à leur en offrir pour savoir ! Et ton idée n’a rien d’étrange ! Il y en aurait bien qui seraient contents d’avoir quelqu’un pour leur réparer leur petit matériel ! Pourquoi ne le fais-tu pas ?

-Que crois-tu ? J’avais commencé à me faire un petit atelier, et quand ma fille a vu ça, elle a poussé les hauts cris : « mais papa, tu ne vas pas travailler ! Tu es à la retraite, repose-toi donc » et aussi » tu vas te blesser et moi je vais devoir te soigner » ! Alors que veux-tu j’ai renoncé !

Je ne veux pas non plus leur causer des ennuis ! Imagine que je me blesse, alors ils seront bien dans la peine avec un estropié !

S’ils étaient mauvais avec moi je me défendrais peut-être, mais ils sont gentils !!! Ils veulent m’aider ! Cependant ils me paralysent complètement et petit à petit je deviens capable de rien du tout…Qu’à rester assis comme une bûche devant la porte quand il y a du soleil ! Mais je ne suis pas encore mort !

-Eh oui, je vois bien que tu t’uses d’ennui… Pour bien vieillir il faut rester actif et vigilant. On existe, on est vivants, je pourrais aussi en apprendre à mes petits enfants s’ils venaient ! Et tu sais mon vieux Claude, moi aussi je m’ennuie ! Je fais ce que je veux, ou bien ce que je peux ! Mais je me demande souvent pourquoi ? Pour qui ? Je parle tout seul !

Attends laisse-moi réfléchir une minute…

(On va lui laisser la journée si vous voulez bien !)

Ooooooooo à suivre !

Il a fait une journée superbe pourtant, mon

courrier était bien chargé de tristesse…Tant de peines… D’amis en difficultés… Comment comprendre ? Comment accepter que les choses aient mal tourné ? Que ce fils se perde ? Que cette fille abandonne ? Que ce père se désespère ? Que des petits enfants soient déchirés ? Que cette mère se décourage ? Que cette personne âgée souffre ?...

Trouver les mots, sans blesser, sans trop en dire et ne rien demander mais laisser la porte ouverte… Nous sommes tellement impuissants.

Le soleil brille, se retrouver soi-même et se dire qu’on a tout de même bien de la chance !

La chance de vous avoir pour amis, chers tous, par exemple, et de pouvoir partager nos mini-aventures de vie…

Alors bonne journée à tous !!!

Je ne pense pas que le soleil vienne nous visiter aujourd’hui, l’horizon est triste, mais nous nous efforcerons de ne pas l’être, mais de chanter et d’aimer !!!

Avec toute mon affection !

LN

Illustration : je l’ai rencontré hier matin en faisant ma promenade. Il m’a dit de vous embrasser !!!

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:21
ciel de Gloire-06-12-04-251
ciel de Gloire-06-12-04-251

Bonjour chers amis fidèles!

Il a fait un temps superbe! Est-il plus beau qu’un soleil de février après des jours gris de neige ?

Mais est-il plus trompeur que cela ? Il nous ferait croire que le printemps est déjà là, les crocus jaunes dans les pots et les odeurs de fumier dans l’air !

Mais non, donnons-nous des claques pour nous empêcher de rêver trop, il y a encore des semaines et des semaines à attendre, surtout ici !

Reste que c’était bien bon à prendre et je ne me suis pas gênée.
J’ai ouvert les boîtes des grillons en grand et je les ai installées dans les taches de lumière sur le plancher ! Ils chantaient à pleines ailes
!

Que de contraintes à l’imagination et la création artistique dans ce monde prè-formaté !

Je nettoyais le dessus de la cuisinière à gaz.

Travail artistique, mais si, mais si ! Soigneusement j’ai retiré les ronds par lesquels passent les flammes, je suis allée chercher dans tous les coins ce qui pouvait s’y cacher comme après chaque préparation de repas.

Non seulement cela demande un minimum de soin, mais les fabricants cachent toujours des creux et trous inaccessibles. D’où, à nous de faire preuve d’inventivité pour trouver le petit ustensile capable de sortir cette nouille coincée près du brûleur, ou décoller le jus séché dans l’angle de cette plaque ou un fil de métal si fin qu’il puisse déboucher le trou d’une flamme, les aiguilles à coudre sont trop grosses !.

Ainsi fait, j’ai eu l’idée de personnaliser ma cuisinière nickel-chrome en posant les dessus de flammes précédemment retirés et en les mettant le petit couvercle sur le gros espace et vice et versa. Impossible !

Quand je vous dis qu’on nous retire toute possibilité d’originalité ! ahahah

Je vous mets le texte de l’histoire :

LES DEUX VIEUX…-3-

- Des vieux grognons ! Doit y avoir de ça, éclate de rire Alexandre que cela fait tousser ! Attends, tu sais on pourrait peut-être arranger les choses ?

-Arranger quoi ?

-Ben notre situation !

Tu ne peux rien faire, ils ne te lâchent pas la jambe parce qu’ils ne veulent pas te voir prendre des risques. Et moi je suis tout seul et tout le monde s’en fout.

Si on s’arrangeait un peu tous les deux ?

  • Oh l’Alexandre ! Je reconnais cette lueur dans tes yeux malins, qu’est-ce que tu vas encore nous inventer ! C’est que tu m’en as fait faire des tours pendables étant gamins, et combien de fois j’ai pris la calotte par ta faute ? s’amuse Claude…
  • Oh oui, se moque son ami, mais aussi tu te faisais toujours prendre ! Mais là, ce n’est pas pareil. Ecoute moi donc :

Tu voudrais quoi au juste ? Qu’est ce qui te manque le plus ?

-Je ne sais pas, aller faire un tour, un tour plus loin que le tilleul ! Voir mes champs…Mais y veulent pas « c’est trop loin, je ne veux pas que tu y ailles tout seul, imagines si tu tombais ! Et moi je n’ai pas le temps de t’accompagner » Bien sûr, la pauvre, elle n’arrête déjà pas de la journée, c’est qu’elle est courageuse ma Petite !

-Et encore, que voudrais-tu d’autre?

-Ben… Bon, à toi je peux le dire, mais si tu rigoles je m’en vais et ne te parle plus !

-Non, promis je ne vais pas me moquer. Vas-y, dis- moi…

-Ca reste entre nous !…

-Oui, ben vas-y !

(Là là là !!! Vous ne saurez que demain !!!...)

A suivre…

Les traces sont bien noires, fondues, dans la blanche neige, je vais peut-être retourner marcher sur le route ce matin.

Je vous souhaite une excellente journée, des choses amusantes à découvrir, des amis avec qui les partager, et soyez assurés de ma fidèle amitié !

A demain…J’espère !

LN

Si vous observez le dessin, les rayons et le soleil sont suggérés par...le dessous d'une coulemelle!

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 08:46
HIPPO-4-189
HIPPO-4-189

Bonjour, bonjour!!!

Vous allez bien? Parfait !

Et puisque vous avez été sages, si, si, mon petit doigt, vous savez celui qui se dresse comme une antenne depuis que le l’ai accroché dans la poignée de la porte, eh bien ce petit doigt me dit TOUT !

Ah oui…Tant pis pour vous ! Si vous n’êtes pas sage je le saurai…

Mais jusqu’ici, mon petit doigt ne m’a dit QUE du bien de vous !

Alors voici l’histoire suite….

LES DEUX VIEUX…2-

C’est le printemps, le soleil doux du matin passe à travers les blondes feuilles tendres et neuves du tilleul et sème ses taches claires de sur les deux hommes sombres assis là.

-« Comment vas-tu Claude ?

-« Ca va, ça va, tout doux… Tu sais, depuis que la Madeleine m’a quitté, paix à son âme, ce n’est plus pareil.

- Je sais bien. Moi c’est de même. Elle avait pourtant un sale caractère ma garce*, mais bon sang, elle me manque…

Mais toi au moins tu as ta fille qui s’occupe de toi ! Tu as de la chance !

-Elle est bien gracieuse c’est vrai, mais tu sais, elle m’empoisonne l’existence …

-Comment donc ? Elle a l’air aux petits soins pour toi !

-C’est vrai ! C’est vrai, et c’est bien cela l’ennui ! Je ne peux plus rien faire !!!

-Comment ça ?

-Dès que je veux faire quelque chose, elle me le prend des mains –« Non papa, tu vas te fatiguer ! ». Elle me fait boire du jus d’orange le matin, j’ai horreur de ça. « si, si, c’est bon pour toi, ce sont des vitamines vivantes » ben ses vitamines elles me bouffent l’estomac à petit feu !

-Elles sont vraiment vivantes !

-Tu l’as dit, rit doucement Claude !

-Oh ce n’est pas méchant reprend Alexandre. Tu sais, moi, je n’ai personne. Mon fils est installé à 25 kilomètres d’ici, ce n’est pas si loin, je ne le vois jamais ! Sa femme travaille dans un institut de beauté et n’a aucunement l’intention de venir chez moi .

–« C’est vieux, c’est sale » qu’elle dit.

C’est vieux, c’est vrai, mais ce n’est pas sale ! Je nettoie ! Et qu’est-ce que je vais aller m’embêter à faire des travaux à mon âge et me retrouver avec le bazar et la poussière des transformations ? J’y suis bien là, je suis chez moi. Et cela n’a pas empêché son échalas de mari de grandir et de faire ses études que je sache !

-Ils sont modernes, ils ne voient pas les choses comme nous autres. On savait se contenter de peu mais il leur faut plus, toujours plus. Mais au moins tu peux être fier, il a bien réussi ton gars !

-Pour ça oui. Mais cela me fait de belles jambes ! Tu vois, s’ils venaient, mettons, une fois par mois par exemple et qu’ils m’amènent les petits, je serais tellement content. Mais ils ont toujours quelque chose de trop important à faire…

- Au moins ils te fichent la paix et ne t’obligent pas à boire du jus d’orange !

(Décidemment Claude a du mal à digérer le jus d’orange ! On ne croirait pas, comme ça !!!)

Moi tu vois, j’aimerais bien bricoler un peu, même accompagner mon gendre aux champs. Je sais bien que je n’y ferais pas grand-chose, je n’ai plus beaucoup de force ! Mais toucher la terre, arracher quelques plantes, couper des branches, il y a des choses pour lesquelles j’aurais encore des capacités ! Mais non : « le père restez donc au coin du feu » « le père allez donc faire un petit tour au tilleul » « le père allez donc vous faire voir » oui c’est bien ça…Zou ! finit Claude soudain plein d’amertume.

-Ne dis pas ça le Claude, je sais qu’ils ont beaucoup d’affection pour toi.

- Oui, pardon, je pense bien ce que tu dis. Mais ils m’étouffent !

-Est-ce que tu le leur as seulement dit ?

-J’ai ben essayé, mais ils ne veulent point entendre et je ne veux pas non plus les vexer, tu le dis toi-même, ils veulent bien faire ! !

-Oui, ce n’est pas bien facile… Mais tu sais, c’est peut-être mieux que d’être tout seul face à son assiette, et puis de devoir se trainer une patte folle pour aller faire ses courses, et se faire à manger, bien que là je me débrouille plutôt bien… Tu te rappelles avec la patronne, des fois, c’est moi qui faisais le fricot, elle râlait mais dans le fond, elle aimait bien!

-Ouai…soupire Claude… Ce n’est pas facile de vieillir et tu vois, ni l’un ni l’autre ne sommes contents de notre sort… Peut-être bien que nous ne sommes que de vieux grognons…

A suivre….

Le mauvais temps rosit et s’adoucit. Encore de la neige partout mais les allées déblayées se nettoient jusqu’à la terre retrouvée.

Je me noie dans mon histoire. Si vous n’avez plus de nouvelles, c’est que je m’y serai trouvée si bien que je n’en serai pas remontée !!!

Non, rassurez-vous, Michel viendra me réveiller d’un : « Quand c’est qu’on mange ? » ahahah

Je vous souhaite une belle et bonne journée, mes grillons chantent, c’est bon signe !!!

Avec toute mes amitiés voire ma tendresse !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 08:28
portrait...Henri IV?
portrait...Henri IV?

Bonjour à Tous!!!

J’écoutais un homme parler des finances nationales et internationales. Je n’ai rien compris, je ne peux rien en dire, rien expliquer. Alors qu’est-ce que je fiche là, me demanderez-vous ?

Et bien malgré cela il me reste comme une odeur (bon, OK l’argent n’a pas d’odeur ! C’est une I-Ma-ge !), une lueur de quelque chose que je ne puis attraper mais qui m’éclaire un peu…

Qu’il n’y a pas de coupable, que chacun veut évidemment trouver la combine qui lui fera gagner le plus d’argent sans payer d’impôts.

Que gagner de l’argent est le moteur des grands entrepreneurs, créateurs, inventeurs etc… Et que cet argent leur permet aussi d’aller plus loin, donc nous en profitons. C’est vrai.

Et je me pose la question :

Est-ce que si cela n’aboutissait pas à plus d’argent, les gens ne se donneraient plus la peine d’inventer, créer, construire ?

Est-ce que la curiosité de chercher, trouver, partager, ne serait pas tout de même la plus forte ?

On a demandé à l’auteur :

« A quoi sert votre livre, il ne donne pas de solutions. »

Le monsieur a répondu :

« Je n’ai pas la solution parce que je pense qu‘il y a plusieurs solutions et qu’il faut que les Etats Européens s’accordent ensemble pour enfin avoir la même » (Entre autres pour éviter les paradis fiscaux.)

Il est normal qu’un Etat se défende de la dépression en faisant entrer des entreprises sur son territoire en échange d’indulgences au niveau des taxes qu’il serait en devoir de lui demander.

Comme l’a dit l’auteur :

« Ce n’est pas illégal mais c’est immoral ». Mais le Luxembourg a sauvé son économie pour son peuple grâce à cela….

Alors à quoi sert ce livre si on ne peut rien changer ?

Ce livre s’est vendu partout et marche très fort, lu par tous les niveaux de société. Je pense qu’il est utile parce que si LUI ne peut changer la configuration économique actuelle, s’il ne peut changer le président, il sème par sa science ses graines de savoir… Et c’est en semant que l’on fait éclore quelque chose… Pour avoir une chance d’en avoir les fruits, il faut d’abord semer.

D’autres sauront un jour, grâce à cela, comment AGIR.

Désolée je n’ai pas pu noter le nom de l’auteur et de son livre que j’avais pris « en marche » à la télévision.

Autre chose :

Oui, je l’avoue j’aime les textes de Martine Goblet.

Que pensez-vous de celui-ci qu’elle nous confie ?

"Dans un état second, sommeil venant, esprit fiévreux, mental stationnant sur la marche zéro, l'humeur frisant les bas -fonds, je suis envahie par la foule des microbes qui essaient de se séduire mutuellement et de donner naissance à d'affreux monstres aux dents longues ! Je les vois dansant et riant, bref, se moquant de mes états d'âme.... certainement que ces affreux destructeurs ne connaissent même pas le mot âme !

Donc, face à ces horreurs que j'essaie d'éliminer, je pensais aussi, que les véritables microbes, nous nous accrochons parfois à eux et les aidons à nous détruire ; j'ai nommé l'esprit de vengeance, l'arrogance, le manque de compassion, l'intolérance, que sais-je encore ? Tous ces petits êtres qui, au fil des jours, grandissent, se nourrissent de nos habitudes, de nos rancœurs, tous ces fantômes malfaisants qui continuent à vivre en nous lorsque fatigués de batailles, nous baissons les bras ! Pour eux, cependant, il existe un remède miraculeux, inventé depuis des siècles, et qui fonctionne toujours : on le trouve à chaque coin de rue, à chaque sourire, à chaque regard : il se nomme Amour !

Que cette semaine voit soit douce, peuplée de remède miracle, et que les microbes vous épargnent. Au coeur de ce courrier, vous trouverez, je le souhaite, toute ma tendresse."

Martine Goblet.

Oh l’histoire courte !!!J’oubliais que nous étions déjà lundi !!!

La voilà :

LES DEUX VIEUX…

-« Où-qu’c’est-y qu’tu vas el’ Glaude*?

-Tin don ! Ben l‘bonjour Alexandre ! J’m’en va cri* ma gazette à c’t’heure!

- T’as ben une minute, vint t’en don t’assouère anc* moué une moment!

-Oh vrai, ça m’f’ra point d’mal, j’suis ben vanné, je r’vint de l’aut’bout… »

Cri=quérir, chercher, apporter.

Anc=avec

Glaude= Claude

Une moment=Les genres n’étaient pas encore très fixés et féminin masculin pas très respectés.

Garce= féminin de gars, utilisé avec tendresse même si un peu moqueur.

Rassurez-vous je continuerai en français.

J’ai commencé en ancien patois berrichon, qui n’était d’ailleurs que du vieux Français, parce que c’est celui dont je me souviens un peu, mais cela pourrait aussi bien être du Limousin, du Provençal ou du Breton, tant la scène pourrait être n’importe où, voir même de l’Américain, du Chinois ou du Grec quant au fond de l’histoire, même si le décor ne correspondrait plus.

Le décor, le voici :

Place de l’église, le pivot des anciens villages.

Une place ronde et autour ce qui en est la partie vitale, l’église donc qui prend d’autorité la meilleur place et la plus importante. Mais se serrant au mieux autour d’elle, vous trouvez le boulanger avec ses gros pains de 4 livres, le boucher qui élève les bêtes qu’il vend, l’épicier-bazar (non mon cher cousin , je n’ai pas dit bizarre) qui vend de tout, et…Le bistro, bien entendu !

Chaque commerce est petit, mal éclairé, et pourtant chaleureux, accueillant car tout le monde se connait depuis des générations et chacun y trouve ce dont il a besoin au moment où cela lui est nécessaire, que ce soit une chose ou tout simplement de la chaleur humaine ou des nouvelles...

Au milieu de la place il y a le tilleul.

Cet arbre avec le temps est rond et conséquent et autour de lui a été bâti un muret qui le ceint. Un muret suffisamment haut et suffisamment large pour que chacun puisse s’y asseoir confortablement à l’ombre.

Et c’est ainsi que Claude et Alexandre s’y retrouvent, comme tous les gens du village à un moment ou un autre quand ils viennent faire quelques courses, ou tout simplement…rencontrer des gens pour passer un moment.

Vous y voyez plus d’hommes que de femmes, et des hommes âgés car ils ont plus de temps libre, les autres ont trop à faire. Mais en passant chacun se salue, voire s’accroche quelques minutes, et c’est là que naissent toutes les histoires du village.

A suivre…..

Et vite je vous laisse car la bavarde va prendre tout votre temps !!!!

D’accord, je file et vous laisse respirer !!! Mais vous n’étiez pas obligés de manger tout tout de suite ! Comment cela manger ? Ne dit-on pas dévorer un texte ? Ah oui, là vous n’avez que picorer…Pardon pour ma prétention c’était juste…OK, je file !

Mais avant je vous fais de grosses bises à chacun !!!

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 08:42
gribouillage oiseaux
gribouillage oiseaux

Bonjour les amis!

Et c’est à nouveau dimanche!

Mon illustration est un petit gribouillage fait sur le coin du bureau avec mon stylo en attendant que Michel soit prêt. Normalement il était sans intention. Au début ce n’étaient que des lignes et cela s’enchainait et petit à petit c’est devenu cela, et cela m’a ramenée au thème à venir de REGARDS 2000 « Apprends-moi la nature » (à vos plumes si cela vous inspire !) et pour que cela devienne sensé, j’ai ajouté le papillon.

Ce n’est qu’un gribouillis mais je l’ai trouvé tendre et du coup je l’ai vaguement colorisé, cette fois à l’ordi. J’ai pensé qu’il pourrait peut-être vous offrir un sourire.

Aujourd’hui samedi un beau soleil qui faisait fondre les allées. Les glaçons, pendus à la gouttière, pleurent de froides larmes. La route qui nous enserre est déserte depuis des jours, seule la factrice vient de temps en temps à ce terminus, déposer une publicité pour un magasin bien trop éloigné pour que nous y allions et s’en retourne son devoir accompli. Parfois une rare voiture téméraire glisse doucement sur la pointe des pneus comme si elle craignait de réveiller un Rio malade et s’en va discrètement se faire oublier dans le silence de l’hiver qui retombe sur nous. Les autres véhicules, mieux informés sans doute, font le détour par une voie plus sécurisée et plus rassurante.

Comme la neige épaisse est gelée, l'eau glisse en dessous, dans les feuilles. Résultat, je n'ai pas fait de bonhomme de neige, mais par contre je me suis offerte la glissade sur le côté de la serre jusqu'en bas au petit mur. Même pas mal, tout était mou (non, Madame, pas mon derrière!!!) mais par contre je tape sur mon clavier avec les fesses à l'air. Bon, je corrige: Je ne tape pas avec mes fesses, soyons précis. Mais j'ai étalé mon pantalon sur le radiateur pour qu'il sèche (le pantalon!) et je n'ai pas voulu en sortir un autre espérant récupérer au plus vite celui-ci qui est le plus chaud.
J’espère que nous n'aurons pas de visite, sinon comme je suis en haut, j'aurai le temps de sauter dans la penderie, non pour m'y cacher, mais pour attraper un bénar
d.


En fait j'étais juste partie 1 minute chercher le courrier. Il n'y en avait pas. Je suis allée voir mes poules pendant que j'étais là-haut, puis, comme le soleil était doux, je me suis encore dit : "Va donc jusqu'à la serre pour voir si tu ne pourrais pas trouver quelques feuilles de chou kale pour ces pauvres bêtes" Je me suis obéie et c'est là que j'ai fait ma démonstration de patinage fessier non artistique, puis je suis allée donner mes feuilles fanées gelées aux poules qui étaient contentes « quand même » et au retour, cul trempé, j'ai été accueillie dans la cuisine par une fumée noire. Ni Michel qui regardait la télé dans le "salon", ni les alarmes incendie n'ont réagis, mais les figues que j'avais mises à cuire étaient calcinées. Et oui la minute s'était prolongée et j'avais oublié ce qui était sur le gaz!!!! Tête en l’air !!!
BON. Y a pas mort d'homme, et tout va bien. Je vais essayer de sauver la casserole mais le sucre brûlé est le pire à retirer, même avec de l’eau de javel chauffé
e.

Nous sommes Dimanche, pensez à vos granules chère Gi et autres ! Moi j’ai déjà mes « petits bonbons » sous la langue.

Le froid est retombé vers 5h hier soir et il a encore gelé dur. -6°C hier en fin de journée. Les glaçons sont revenus en banderole faire Noël au-dessus de ma fenêtre.

J’ai passé ma journée d’hier à écrire mon histoire longue… Avant et après j’ai l’angoisse … « Est-ce que cela vaut vraiment le coup, est-ce que quelqu’un aura envie de lire ça ?… », Mais quand je suis dedans j’y suis bien !

Si nous n’avons pas de visite imprévue, je pense continuer aujourd’hui et avancer.

Et vous ? Qu’allez-vous faire de ce beau dimanche ?

Eh bien je vous laisse le faire tranquillement, joyeusement.

Et c’est au son des chansons de Jacques Brel que nous allons entamer la matinée de tâches ménagères.

« Non, Jeff, t’es pas tout seul, allez viens, viens…… »

Et vous non plus, plein de gens ont de l’affection pour vous et même moi, petite chose lointaine, je pense à vous et je vous aime !

LN

Repost 0
Published by helenedurio.over-blog.com
commenter cet article